Mon­tréal veut un meilleur taux de par­ti­ci­pa­tion

L'Express d'Outremont - - ACTUALITÉS - Ro­main.schue@tc.tc

RO­MAIN SCHUÉ

VOTE. Mon­tréal va re­pro­duire deux me­sures lan­cées en 2013 pour ten­ter d’amé­lio­rer le taux de par­ti­ci­pa­tion aux pro­chaines élec­tions mu­ni­ci­pales pré­vues le 5 no­vembre.

Le conseil mu­ni­ci­pal de Mon­tréal en fe­ra la de­mande mar­di au­près du mi­nis­tère de Af­faire mu­ni­ci­pales et de l’oc­cu­pa­tion du ter­ri­toire (MAMOT).

En 2013, la Ville avait mis en place, pour la pre­mière fois, le « vote au do­mi­cile de l’élec­teur in­ca­pable de se dé­pla­cer », ain­si que cinq dates de « vote par an­ti­ci­pa­tion » ou­vert à tous, contre une seule par le passé.

Ces deux pro­jets-pi­lotes mis en place pour la pre­mière fois avaient no­tam­ment par­ti­ci­pé à la hausse du taux de par­ti­ci­pa­tion, pas­sant de 39% lors des élec­tions mu­ni­ci­pales de 2009 à 42 % quatre ans plus tard.

DU PER­SON­NEL SUP­PLÉ­MEN­TAIRE POUR ÉVI­TER L’ATTENTE

À l’époque, 432 élec­teurs, qui, «dans la grande ma­jo­ri­té n’au­raient pu vo­ter » se­lon un do­cu­ment des­ti­né aux élus, avaient exer­cé leur droit de vote à do­mi­cile. Près de 30 000 élec­teurs avaient quant à eux vo­té par an­ti­ci­pa­tion. Un suc­cès po­pu­laire qui avait même pro­vo­qué deux heures d’attente dans cer­tains bu­reaux.

« Le per­son­nel élec­to­ral se­ra aug­men­té », écrit-on d’ailleurs ce do­cu­ment afin d’évi­ter, du­rant l’au­tomne, « un temps d’attente si­gni­fi­ca­tif ».

UN TAUX DE PAR­TI­CI­PA­TION EN HAUSSE DE 20 % EN 8 ANS

Alors qu’une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion se­ra éga­le­ment mise en place pour pu­bli­ci­ser ces me­sures, Da­nielle Pi­lette, ex­pert en gestion mu­ni­ci­pale pour l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal (UQÀM) se montre « très fa­vo­rable » à ces pro­jets qui concer­ne­raient prin­ci­pa­le­ment des élec­teurs sûrs de leur choix.

«Beau­coup d’élé­ments se dé­roulent ha­bi­tuel­le­ment dans les der­niers jours et les in­dé­cis at­tendent », es­time-t-elle.

Si le ce taux de par­ti­ci­pa­tion a si­gni­fi­ca­ti­ve­ment aug­men­té de­puis 2005 (+20 %), Da­nielle Pi­lette s’in­ter­roge quant à une nou­velle hausse mar­quante au cours des scru­tins pré­vus le 5 no­vembre.

« De 2009 à 2013, les scan­dales ont pris de l’am­pleur à la mai­rie de Mon­tréal. Il y a des af­faires de cor­rup­tion, des ar­res­ta­tions. Ces en­jeux éthiques ont mo­bi­li­sé les ci­toyens et se sont im­po­sés du­rant la cam­pagne», ex­plique-t-elle, avant d’évo­quer les pro­blé­ma­tiques, pour les grandes villes, de mo­bi­li­ser sa po­pu­la­tion.

TOU­CHER DA­VAN­TAGE LES LOCATAIRES

Si Mon­tréal res­tait bien en-des­sous de la moyenne qué­bé­coise en 2013 (50 %), la rai­son se trou­ve­rait dans sa po­pu­la­tion com­po­sée ma­jo­ri­tai­re­ment de locataires.

« Les pro­prié­taires votent tra­di­tion­nel­le­ment da­van­tage, car ils payent les comptes de taxes, as­sure Mme Pi­lette. Ils sont at­ten­tifs aux chan­ge­ments pro­po­sés par les can­di­dats alors que les locataires peuvent se sen­tir moins concer­nés. Pour les mo­ti­ver, le dé­fi des can­di­dats est de pro­po­ser des en­jeux qui les touchent. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.