Ren­trée Conci­lia­tion tra­vail-études, comment y ar­ri­ver?

L'Express d'Outremont - - CULTURE -

En ce sens, il est pri­mor­dial d’avi­ser l’em­ployeur de ses dis­po­ni­bi­li­tés dès l’entretien d’em­bauche. Au­cun com­pro­mis ne doit être consen­ti. Au­tre­ment dit, pas ques­tion de sa­cri­fier un cours ou de re­pous­ser l’échéance de ses tra­vaux sco­laires pour « rendre ser­vice » à l’em­ployeur. Si ce der­nier n’ar­rive pas à com­prendre et à res­pec­ter la réa­li­té de l’étu­diant, mieux vaut al­ler voir ailleurs !

Com­bien d’heures par se­maine faut-il tra­vailler ? Un étu­diant à temps plein ne de­vrait pas tra­vailler plus de 15 heures par se­maine, sans quoi il risque de connaître des dif­fi­cul­tés à l’école, voire de se di­ri­ger tout droit vers l’aban­don de son pro­gramme...

L’étu­diant qui vise une conci­lia­tion tra­vail-études op­ti­male doit éga­le­ment te­nir compte d’un autre fac­teur : ses be­soins phy­sio­lo­giques. Bien man­ger, dor­mir suf­fi­sam­ment, faire de l’exer­cice, avoir une vie so­ciale ac­tive et ré­ser­ver du temps pour re­laxer de­meurent à la base d’une conci­lia­tion tra­vail-études réus­sie. Il ne faut pas dé­pas­ser 15 heures de tra­vail ré­mu­né­ré par se­maine lors­qu’on étu­die à temps plein.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.