Tout quit­ter pour s’éva­der

L'Express Montcalm - - ACTUALITÉS - FRAN­CIS TRU­DEAU

Da­vid, qui oeuvre dans le do­maine du jour­na­lisme spor­tif, a pris une dé­ci­sion dé­chi­rante pour réa­li­ser son rêve, soit de quit­ter son em­ploi, du moins, de fa­çon tem­po­raire. «J’y pen­sais de­puis long­temps à ce voyage. Je viens de fi­nir mon bac à L’UQAM et je me di­sais qu’il était temps que je fasse le grand saut. J’ai lais­sé de cô­té mon em­ploi de rêve, pour en réa­li­ser un autre », af­firme-t-il.

Le voya­geur croit que même en 2017, il existe en­core une pres­sion so­ciale, qui em­pêche plu­sieurs ama­teurs de voyage de faire comme lui. « En­core au­jourd’hui, la so­cié­té te demande d’en­trer sur le mar­ché du tra­vail dès que tu sors de l’école, que tu fondes une fa­mille et que t’achètes une mai­son. C’est sûr que je veux fon­der une fa­mille plus tard, mais pour l’ins­tant, je sou­hai­tais pro­fi­ter de ma li­ber­té pour réa­li­ser ce voyage », croit-il.

Le goût du voyage, Da­vid Rioux l’a dans le sang de­puis sa tendre en­fance. En fait, il était à peine âgé de trois mois lors­qu’il a pris l’avion pour la pre­mière fois. « Mes pa­rents ont tou­jours voya­gé. Ce sont mes voyages d’en­fance et d’ado­les­cence qui m’ont don­né la pi­qûre», ex­plique-t-il.

Avant de dé­ci­der de faire un voyage au­tour du monde, Da­vid a au­pa­ra­vant réa­li­sé un voyage de trois mois en Afrique du Sud. « J’ai pris une ses­sion sab­ba­tique à l’uni­ver­si­té pour pou­voir y al­ler. C’est un voyage qui m’a fait com­prendre que j’étais fait pour voya­ger et pas seule­ment dans des pays où le confort règne», sou­ligne-t-il.

Sa pre­mière des­ti­na­tion se­ra d’ailleurs Sin­ga­pour en Asie, où il pas­se­ra les pro­chaines se­maines. Outre l’asie, le voya­geur vi­si­te­ra l’océa­nie, l’afrique et l’amé­rique du Sud. « Au cours de la pro­chaine an­née, j’ai pré­vu vi­si­ter au moins 10 ou 15 pays. Mon ob­jec­tif, c’est de prendre mon temps pour vi­si­ter chaque pays et de ne pas avoir un ho­raire trop pla­ni­fié. C’est le meilleur moyen pour dé­cou­vrir un pays et du temps, j’en ai main­te­nant », note Da­vid.

Il ne cache pas que ce voyage se­ra dis­pen­dieux. Se­lon lui, il en coû­te­ra en­vi­ron de 12 000 $ à 16 000 $ pour réa­li­ser son tour du monde au cours de la pro­chaine an­née. « Il y a des en­droits où je vais tra­vailler pour payer mes dé­penses. Il existe des sites Web comme Wor­ka­way qui per­met aux voya­geurs de tra­vailler quelques heures par jour. En échange, le voya­geur est lo­gé et nour­ri et plu­sieurs de ses ac­ti­vi­tés sont payées. Je compte faire ça ren­du en Nou­velle-zé­lande», sou­tient Da­vid Rioux.

Ce der­nier s’ins­pire, entre autres, de blo­gueurs tels que Ly­diane au­tour du monde et Guillaume sans des­ti­na­tion. D’ailleurs, Da­vid avait créé une page Fa­ce­book pour son voyage en Afrique à l’au­tomne 2015, in­ti­tu­lée Me and my back­pack, où il y re­groupe des pho­tos et des sou­ve­nirs de voyage. « C’est vrai­ment im­pres­sion­nant ce qu’ils font. Leurs blogues fonc­tionnent à plein ré­gime et ont beau­coup de ré­ac­tions sur les mé­dias so­ciaux. Ils ont été une source d’ins­pi­ra­tion pour moi. C’est sûr que j’ai­me­rais, un jour, pou­voir dire que je vis grâce aux voyages. Ça prend tou­te­fois beau­coup d’ef­forts pour se rendre à leur ni­veau», ex­plique Da­vid.

Une pre­mière étape a été fran­chie en ce sens pour lui, alors qu’il s’est fait ap­pro­cher par le blogue No­mad Jun­kies. Ayant de l’ex­pé­rience dans le do­maine des com­mu­ni­ca­tions, Da­vid écri­ra ses pé­ri­pé­ties de voyage dans ce blogue qui re­groupe de nom­breux back­pa­ckers et qui re­joint plus de 250 000 lec­teurs.

« Ce se­ra une belle ex­pé­rience pour moi d’écrire mes aven­tures de voyage pour No­mad Jun­kies. C’est sûr que ça va être un dé­fi sup­plé­men­taire, par­ti­cu­liè­re­ment les jour­nées où je se­rai au beau mi­lieu de la jungle et que je ten­te­rai de me trou­ver une connexion Wi-fi po­table », ri­gole-t-il.

Da­vid Rioux croit que ce voyage se­ra bé­né­fique pour lui et in­vite tous ceux qui

VOYAGE. De plus en plus de jeunes adultes de la gé­né­ra­tion Y sentent le be­soin de voya­ger. Tou­te­fois, rares sont ceux qui réa­lisent vrai­ment leur rêve, entre autres, en rai­son du tra­vail. Da­vid Rioux, lui, a dé­ci­dé de faire les choses au­tre­ment. Na­tif de Saint-roch-del’achi­gan, l’homme de 23 ans a dé­ci­dé de tout quit­ter, pour se concen­trer sur son voyage au­tour du monde.

sou­haitent voya­ger, à ne pas hé­si­ter. « Oui, il y a des coûts re­liés aux voyages, mais la dé­cou­verte de nou­velles cultures est tel­le­ment en­ri­chis­sante, que c’est payant en fin de compte. Que tu aies 18 ans ou que tu en aies 60, il n’y a pas d’âge pour voya­ger. Il suf­fit d’éco­no­mi­ser in­tel­li­gem­ment, en cou­pant dans les dé­penses in­utiles », croit-il.

La prin­ci­pale dif­fi­cul­té que le voya­geur connaî­tra lors de son pé­riple au­tour du monde se­ra d’être loin de sa fa­mille. « Je sais que ma mère et mon père sont stres­sés de me voir par­tir seul avec mon back­pack à l’autre bout du monde. Même si j’ai plu­sieurs proches qui vien­dront me re­joindre à dif­fé­rents mo­ments de mon voyage, je vais quand même m’en­nuyer de ma fa­mille et de mes amis », conclut-il.

Vous pou­vez suivre les aven­tures de Da­vid sur la page Fa­ce­book de « Me and my back­pack » ou en­core sur son compte Ins­ta­gram au @meand­my­back­pa­ck_ world­tour. Il écri­ra éga­le­ment sur le blogue No­mad Jun­kies au www.no­mad­jun­kies.com.

(Pho­to gra­cieu­se­té – Da­vid Rioux)

L’équi­pe­ment que le voya­geur amè­ne­ra lors de son pé­riple au­tour du monde.

(Pho­to gra­cieu­se­té – Da­vid Rioux)

Le pas­sion­né de voyage est éga­le­ment un ama­teur de sen­sa­tion forte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.