Plus sou­vent à la mai­son, mais en­core trop sou­vent ex­ces­sive sur la route

Son­dage Éduc’al­cool sur la consom­ma­tion d’al­cool

L'Express Montcalm - - ACTUALITÉS - OLI­VIA NGUONLY

« Il y a trois ans, les don­nées se li­mi­taient à la pro­vince dans son en­semble, mais les gens à qui on les pré­sen­tait vou­laient des don­nées par ré­gion, alors c’est ce que l’on fait de­puis deux ans. Ce­la nous per­met de com­pa­rer les ré­gions par rap­port à l’en­semble de la pro­vince, mais aus­si de com­pa­rer une ré­gion avec elle-même d’une an­née à l’autre », ex­plique Hu­bert Sa­cy, di­rec­teur gé­né­ral d’éduc’al­cool.

SON­DAGE 2016

Pour l’an­née 2016, le son­dage dé­montre que les La­nau­dois boivent bien moins que la moyenne des Qué­bé­cois chez des amis (72% contre 80%), dans des bars (20% contre 32%) et dans des dis­co­thèques (6% contre 14%).

Pour le di­rec­teur gé­né­ral, plu­sieurs sup­po­si­tions peuvent ex­pli­quer ce phé­no­mène, comme des fac­teurs so­cio­lo­giques, la gran­deur du ter­ri­toire son­dé ou l’offre dis­po­nible en ma­tière de di­ver­tis­se­ment dans la ré­gion et c’est vé­ri­ta­ble­ment la pré­sence moins forte de bars et de res­tau­rants qui pour­rait ex­pli­quer cette don­née, com­pa­ra­ti­ve­ment à la mé­tro­pole, par exemple.

Plus ca­sa­niers les La­nau­dois lorsque vient le temps de prendre un pe­tit coup ? C’est ce que ré­vèle la der­nière étude réa­li­sée pour le compte d’éduc’al­cool qui dé­cor­tique les ha­bi­tudes des Qué­bé­cois à tra­vers la pro­vince. Leur choix de breu­vages al­coo­li­sés et leur ni­veau de consom­ma­tion res­sortent aus­si par rap­port à l’en­semble des ré­pon­dants.

UNE BONNE ET UNE MAU­VAISE NOU­VELLE

Si les La­nau­dois consomment un peu moins de bière et de spi­ri­tueux que le reste des Qué­bé­cois, ils consomment ce­pen­dant au­tant de vin. La bonne nou­velle, se­lon M. Sa­cy, est qu’ils sont 6% moins nom­breux qu’en 2015 à boire de ma­nière ex­ces­sive, pas­sant de 50% à 44%.

« C’est une très bonne nou­velle, car la consom­ma­tion ex­ces­sive de­meure notre che­val de ba­taille. Ce qui est im­por­tant, c’est vrai­ment com­bien on boit de consom­ma­tions par oc­ca­sion et dans les li­mites gé­né­rales, ça de­vrait être deux par jour pour les femmes et trois pour les hommes, contre 10 par se­maine pour les femmes et 15 pour les hommes », chiffre-t-il.

La mau­vaise nou­velle se trouve du cô­té de la conduite avec les fa­cul­tés af­fai­blies. En 2015, au­cun adulte son­dé n’avait ad­mis avoir conduit plus de deux fois au-des­sus de la li­mite per­mise par la loi. Tan­dis qu’ils étaient 3% en 2016 à af­fir­mer avoir pris le vo­lant sous l’in­fluence d’une consom­ma­tion abu­sive 3 à 5 fois.

M. Sa­cy croit que les ré­pon­dants ont ten­dance à ré­duire le nombre d’oc­cur­rences lors­qu’il est ques­tion de conduire avec les fa­cul­tés af­fai­blies. « La réa­li­té se­rait plus au­tour de 5% et là, ça com­mence à faire du monde. Je les in­vite à ré­flé­chir aux risques pour eux et les autres et à y pen­ser deux fois avant de prendre le vo­lant dans cet état », lance-t-il au groupe ci­blé.

Pour infos: edu­c­al­cool.qc.ca

Hu­bert Sa­cy, pré­sident di­rec­teur gé­né­ral d’édu­c­al­cool.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.