Une pre­mière conven­tion col­lec­tive à Saint-es­prit

Il ne reste qu’un seul dossier li­ti­gieux

L'Express Montcalm - - LA UNE - JEAN JOU­BERT

SO­CIÉ­TÉ. Il a fal­lu cinq (5) séances de né­go­cia­tion pour que le Syn­di­cat ca­na­dien de la fonc­tion pu­blique (SCFP) et la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-es­prit signent un tout pre­mier contrat de tra­vail. La sus­pen­sion de Ro­bert Bru­net, pré­sident du syn­di­cat, flot­tait dans l’air lors de ces né­go­cia­tions.

Le 15 août der­nier, le SCFP et la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-es­prit s’en­ten­daient sur les clauses d’une pre­mière conven­tion col­lec­tive. Deux se­maines plus tard, les huit em­ployés (cols bleus et cols blancs) de Saint-es­prit ac­cep­taient les pro­po­si­tions de l’em­ployeur. Cette en­tente d’une du­rée de cinq (5) ans pré­voit des aug­men­ta­tions sa­la­riales entre 11,25 % et 14 % se­lon l’in­dice des prix à la consom­ma­tion (IPC).

L’in­tro­duc­tion de la sé­cu­ri­té d’em­ploi pour tous les sa­la­riés ré­gu­liers à la date de l’ac­cré­di­ta­tion (oc­tobre 2016) fait par­tie des gains des tra­vailleurs. D’ailleurs, se­lon nos in­for­ma­tions, c’est un peu beau­coup pour pro­té­ger leur em­ploi que les em­ployés de Saint-es­prit ont op­té pour la syn­di­ca­li­sa­tion. Même s’il était sus­pen­du de ses fonc­tions de­puis mai der­nier, le pré­sident du syn­di­cat, Ro­bert Bru­net, a par­ti­ci­pé aux séances de né­go­cia­tion. « Je suis content de cette si­gna­ture et j’es­père que ce­la contri­bue­ra à mettre l’at­mo­sphère au beau fixe », a été son bref com­men­taire. De son cô­té, le maire Mi­chel Bris­son a fé­li­ci­té les par­ti­ci­pants aux rondes de né­go­cia­tion. Il était sur­tout fier du dé­rou­le­ment des né­go­cia­tions, mal­gré la sus­pen­sion de son ins­pec­teur mu­ni­ci­pal. «Nous avons pas­sé par-des­sus les li­tiges pour conclure cette en­tente. » Maxime Va­lade, conseiller syn­di­cal au­près du SCFP, a aus­si eu de bons mots pour les deux par­ties lors des ren­contres, il a ce­pen­dant dé­plo­ré le contexte dans le­quel ont eu lieu les ren­contres. «Tous les griefs sont ré­glés sauf ce­lui im­pli­quant M. Bru­net», a-t-il lais­sé tom­ber. Dans ce dossier, le SCFP contes­te­ra cette dé­ci­sion de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif du Tra­vail (TAT). Rap­pe­lons que Ro­bert Bru­net a été sus­pen­du, sans sa­laire, pour une pé­riode de quatre (4) mois et trois jours en juin der­nier.

OU­TIL DE TRA­VAIL

Ques­tion­née à sa­voir ce qui chan­ge­rait avec l’en­trée en vi­gueur de ce nou­veau contrat de tra­vail, l’ad­mi­nis­tra­tion Bris­son, par la voix de sa di­rec­trice gé­né­rale, Ca­ro­line Au­ber­tin, a ré­pon­du « qu’il s’agit d’un ou­til de tra­vail, une ré­fé­rence, qui se­ra utile pour tous. Ce­la per­met­tra aus­si une équi­té entre les em­ployés. »

(Pho­tos TC Mé­dia Jean Jou­bert)

Une si­gna­ture his­to­rique le 25 sep­tembre der­nier à l’hô­tel de ville de Saint-es­prit. Jo­hanne Rin­guette, Ca­ro­line Au­ber­tin, Mi­chel Bris­son, Ro­bert Bru­net, Fran­cine Ven­dette et Maxime Va­lade of­fi­cia­li­sant cette en­tente.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.