La voix des élèves

L'Express Ottawa - - ÉTUDIANT - Zoé Spry Fran­co-Ci­té

En tant qu’élève, on a peu de pou­voir quant à notre édu­ca­tion. Toutes les dé­ci­sions en lien avec l’édu­ca­tion sont prises par des adultes. C’est pour ce­la que le poste d’élève conseiller a été créé. Au Con­seil des écoles ca­tho­liques du Centre-Est (CECCE), deux élèves conseillers sont élus lors de l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle (AGA) du Ré­seau des élèves. Cette an­née, les deux élues sont Épi­pha­nie Muyen­zi et Cha­nel Four­nier. J’ai ren­con­tré Épi­pha­nie Muyen­zi pour en connaître da­van­tage sur son ex­pé­rience en tant qu’élève conseillère.

Se­lon Épi­pha­nie, son rôle est de re­pré­sen­ter les élèves et leurs in­té­rêts à la table des conseillers du CECCE, elle est la voix des élèves au­près du Con­seil sco­laire. Il n’est pas tou­jours fa­cile ce­pen­dant de se re­trou­ver par­mi les autres conseillers plus âgés et plus ex­pé­ri­men­tés. «J’ai de la mi­sère à com­prendre cer­tains mots qui sont uti­li­sés ou cer­tains thèmes qui sont sur la table. Je com­mence à en­trer dans ces su­jets alors que les autres conseillers sont là de­puis par­fois quatre ans. Je ne sais pas tou­jours com­ment bien m’ex­pri­mer », ra­conte-t-elle.

Heu­reu­se­ment, il y a le Re­grou­pe­ment des Élèves Conseiller.ère.s francophones de l’On­ta­rio pour ou­tiller et ap­puyer les élèves conseillers.

Mal­gré les dé­fis ren­con­trés, Épi­pha­nie pro­fite beau­coup de son ex­pé­rience. «J’ai tou­jours les o re i l l e s g randes ouve r t e s . J’ap­prends beau­coup. Je compte ap­por­ter avec moi ce que j’ai ap­pris.»

Lorsque je lui de­mande ce qui l’a en­cou­ra­gée à se pré­sen­ter pour le poste d’élève conseillère, Épi­pha­nie ex­plique qu’elle voit ce poste comme « une der­nière étape » après s’être im­pli­quée dans di­vers co­mi­tés sco­laires dès le dé­but de son se­con­daire.

Elle conti­nue d’ailleurs de s’im­pli­quer au­près de di­vers co­mi­tés. C’est un peu en plai­san­tant qu’elle me montre son agen­da lorsque je lui de­mande com­ment elle gère toutes ses ac­ti­vi­tés. «J’ai ap­pris l’uti­li­té d’un agen­da cette an­née. C’est un peu comme mon jour­nal in­time. Je mets tout de­dans et je l’em­mène tou­jours avec moi.»

Épi­pha­nie conti­nue­ra en­core long­temps à uti­li­ser son agen­da puisqu’elle pla­ni­fie conti­nuer de s’en­ga­ger au­près de sa com­mu­nau­té après la fin de son man­dat. Elle offre ce con­seil aux jeunes du se­con­daire: « Im­plique-toi dès main­te­nant. J’ai ap­pris à connaître pleins de gens par­tout en On­ta­rio et j’ap­prends tel­le­ment de choses utiles à l’ex­té­rieur du se­con­daire. On a ten­dance à pen­ser que l’édu­ca­tion se fait à l’école, mais l’im­pli­ca­tion te per­met d’ap­prendre n’im­porte où et fait en sorte que ton ap­pren­tis­sage se dé­ve­loppe.»

Son seul re­gret est que son man­dat ne dure qu’une an­née; elle au­rait ai­mé avoir plus de temps pour vrai­ment faire une dif­fé­rence et par­ta­ger ses opinions après s’être rat­tra­pée sur les su­jets qui sont sur la table de­puis deux ou trois ans.

Les pro­chaines élec­tions des élèves conseillers au­ront lieu le 31 mars pro­chain à Fran­co-Ouest lors de la pro­chaine AGA du Ré­seau des élèves. J’in­vite donc les élèves du CECCE à pro­fi­ter de cette oc­ca­sion pour ex­pri­mer leur opi­nion, car c’est leur chance d’avoir un mot à dire pour ce qui a trait à leur édu­ca­tion.

Épi­pha­nie Muyen­zi, élève conseillère au Con­seil des écoles ca­tho­liques

du Centre-Est.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.