Des anges à la re­cherche d’un foyer

La So­cié­té de l’aide à l’en­fance d’Ot­ta­wa de­mande de l’aide

L'Express Ottawa - - LA UNE - Al­len­dria Brunjes

Ka­ri­sa Kar­ma­li a dé­bu­té son pé­riple en fa­mille d’ac­cueil à l’âge de quatre ans. Main­te­nant, âgée de 20 ans, elle se per­met de je­ter un re­gard vers cette pé­riode de sa vie. Elle dit d’ailleurs, qu’à cette époque, elle se sen­tait un peu comme un co­lis FedEx, car elle se pro­me­nait sans cesse de fa­mille en fa­mille.

Ce n’est qu’à 16 ans qu’elle s’est trou­vée un lieu de ré­si­dence per­ma­nent, à Or­léans. Bien que main­te­nant, elle ne de­meure plus avec sa fa­mille, elle la re­voit pen­dant les va­cances et elle l’ap­pelle quand elle a des pro­blèmes.

« Ce sont mes pa­rents pour la vie, ex­pli­quet-elle. Je ne sais pas com­ment le dé­crire, mais c’est comme s’ils étaient mes âmes-pa­rents. C’est comme si c’était pré­vu de la sorte. »

Lun­di der­nier, Kar­ma­li a été sur la Col­line du Par­le­ment, en ai­dant à la construc­tion d’anges dans la neige pour re­pré­sen­ter les en­fants liés à la So­cié­té de l’aide à l’en­fance d’Ot­ta­wa.

Bar­ba­ra MacKin­non, la di­rec­trice exé­cu­tive de la So­cié­té, a dé­cla­ré qu’en­vi­ron 3200 en­fants et jeunes sont sous la res­pon­sa­bi­li­té de l’or­ga­ni­sa­tion dans l’Est d’On­ta­rio.

« Le but de notre évé­ne­ment est vrai­ment de sen­si­bi­li­ser les gens à la né­ces­si­té d’avoir des pa­rents adop­tifs et d’ac­cueil », dit-elle.

Se­lon elle, un grand nombre de pa­rents d’ac­cueil vivent à Or­léans, et un cer­tain nombre des mai­sons de groupe sont aus­si à cet en­droit.

« Nous trou­vons que la com­mu­nau­té d’Or­léans est très ac­cueillante, croit-elle.

Kar­ma­li est main­te­nant une étu­diante en sciences po­li­tiques à l’Uni­ver­si­té d’Ot­ta­wa. Elle ne sait pas ce qui se­rait sur­ve­nue si elle n’avait pas eu l’aide de la So­cié­té de l’aide à l’en­fance d’Ot­ta­wa. L’an pro­chain, l’aide fi­nan­cière qu’elle re­çoit se­ra ar­rê­tée puisqu’elle au­ra alors 21 ans.

« Je re­mer­cie Dieu car je suis as­sez in­tel­li­gente pour avoir de l’ar­gent de cô­té, mais la plu­part des gens n’ont pas ce genre de chose », dit-elle en ajou­tant que sa fa­mille d’ac­cueil l’a sou­te­nue fi­nan­ciè­re­ment.

À son avis, la So­cié­té a be­soin de plus de fi­nan­ce­ment et de sou­tien du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral pour bien va­quer à ses oc­cu­pa­tions.

« Il (le gou­ver­ne­ment) doit être plus en­clin à per­mettre aux en­fants d’avoir de grands rêves et de ne pas les contraindre, dit-elle. Si vous al­lez al­ler, al­lez dur.”

Pho­to: Al­len­dria Brunjes

Des di­zaines des per­sonnes sont al­lées sur la Col­line par­le­men­taire en gage de sou­tien à la So­cié­té de l’aide à l’en­fance d’Ot­ta­wa.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.