Au plus 10 mi­nutes de marche pour prendre l’au­to­bus

Le sys­tème de trans­port en com­mun doit cou­per 7,3 mil­lions $ cette an­née

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Bryan Mi­chaud

Même si les cou­pures pro­po­sées par OC Trans­po pour­raient chan­ger les ha­bi­tudes des Ot­ta­viens, le di­rec­teur gé­né­ral de l’or­ga­nisme pu­blic, Alain Mer­cier, ras­sure la population en di­sant qu’ils n’au­ront pas à mar­cher bien loin pour se rendre à leur sta­tion d’au­to­bus.

Se­lon le plan dé­voi­lé aux membres de la com­mis­sion in­té­ri­maire du trans­port en com­mun, 98,6% des ci­toyens vi­vant en mi­lieu ur­bain au­ront ac­cès à un au­to­bus aux heures de pointe à moins de 400 mètres de leur do­mi­cile, ce qui re­pré­sente en­vi­ron 5 mi­nutes de marche. En de­hors des heures de pointe et tou­jours en mi­lieu ur­bain, 99,9% des ré­si­dents pour­ront se rendre à leur sta­tion d’au­to­bus la plus près en dix mi­nutes au plus.

«Je crois que la population com­prend qu’on ne peut pas ser­vir 100% des gens de la même fa­çon, si­non ça va coû­ter trop cher», ex­plique M. Mer­cier.

De plus, le di­rec­teur gé­né­ral d’OC Trans­po rap­pelle que 31% des ser­vices de trans­port en com­mun of­frant an­nuel­le­ment 25 mil­lions de voyages et plus et ayant rem­pli le son­dage de l’Ame­ri­can pu­blic tran­spor­ta­tion as­so­cia­tion ont dû faire le même exer­cice, l’an der­nier.

Dans son plan, OC Trans­po a ca­té­go­ri­sé ses cir­cuits en quatre ca­té­go­ries : ceux qui ne chan­ge­ront pas ou qui se­ront amé­lio­rées, re­pré­sen­tant 90% des lignes d’au­to­bus, les routes à éli­mi­ner, car elles en croisent d’autres, ceux qui font des boucles ain­si que ceux où la clien­tèle est tel­le­ment basse qu’il ne jus­ti­fie pas qu’un au­to­bus s’y rende.

La pé­riode de consul­ta­tion pu­blique d’OC Trans­po se­ra cru­ciale dans l’ébauche fi­nale du plan des cou­pures. M. Mer­cier ne ferme pas la porte à re­voir cer­taines cou­pures pro­po­sées, tant qu’OC Trans­po réus­sisse à éco­no­mi­ser 7,3 mil­lions $ cette an­née.

«Main­te­nant, on va re­gar­der les élé­ments par­ti­cu­liers des routes, ajoute M. Mer­cier. Par exemple, si on voit qu’il y a une ré­si­dence de 90 per­sonnes âgées sur une route, on va se de­man­der si on doit en­le­ver la route.»

Les conseillers ne se pro­noncent pas

Les conseillers mu­ni­ci­paux ren­con­trés par L’Ex­press d’Ot­ta­wa pré­fèrent at­tendre les consul­ta­tions pu­bliques avant de se mouiller dans le dos­sier.

Le conseiller du quar­tier Ri­deau-Va­nier, Ma­thieu Fleu­ry, s’est dit pré­oc­cu­pé par les cou­pures au centre-ville. Se­lon lui, même s’il at­tend avant de ju­ger, le centre-ville de­vrait être épar­gné par les cou­pures puisque ces der­nières de­vraient vi­ser avant tout les tor­tillards.

«Quand je vois que la 5, la 12 et la 16 sont re­con­si­dé­rées, c’est sûr que je me de­mande (s’il faut les cou­per), dit le jeune conseiller. Est-ce que c’est un ré­ajus­te­ment de cir­cuits ? Est-ce que c’est des cou­pures de temps ? Est-ce qu’on en­lève des au­to­bus sur le cir­cuit ? Il sem­ble­rait même que les gens sur la com­mis­sion de trans­port sont confus. On va at­tendre (avant de ju­ger).»

Le conseiller du quar­tier Bea­con Hill- Cyr­ville, Tim Tier­ney, s’est dit heu­reux que son sec­teur n’ait pas été trop af­fec­té par les pro­po­si­tions d’OC Trans­po.

«J’ai re­çu des cour­riels de mes gens et j’écou­te­rai leurs in­quié­tudes, fait va­loir M. Tier­ney. J’irai voir les consul­ta­tions pu­bliques. (…) Tout ça se fait dans deux buts ma­jeurs : l’éco­no­mie des coûts et l’op­ti­mi­sa­tion du ser­vice.»

«Il y a un coût à don­ner des ser­vices comme on en offre au­jourd’hui et nous ne pou­vons pas (sou­te­nir les coûts), dit le conseiller d’Or­léans, Bob Mo­nette. Il y au­ra cer­tains in­con­vé­nients, mais je ne crois pas que ce se­ra aus­si ma­jeur que le por­trait le laisse voir pré­sen­te­ment.»

Pho­to: Bryan Mi­chaud

Le di­rec­teur gé­né­ral d’OC Trans­po, Alain Mer­cier, est ou­vert à l’idée de ré­ajus­ter cer­taines cou­pures, tant qu’en bout de ligne, le ser­vice pu­blic puisse cou­per pour 7,3 mil­lions $ dès cette an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.