Ex­po­si­tion d’en­ver­gure sur la guerre de 1812

Mu­sée de la guerre

L'Express Ottawa - - VIE CULTURELLE - Bryan Mi­chaud

Mo­ment his­to­rique peu connu du grand pu­blic, la guerre de 1812 a eu un im­pact im­por­tant sur l’ave­nir du Ca­na­da. Pour sou­li­gner le bi­cen­te­naire de l’évé­ne­ment, le Mu­sée de la guerre of­fri­ra une ex­po­si­tion d’en­ver­gure sur le su­jet de juin 2012 à mars 2013.

Elle a écla­té lorsque les États-Unis ont dé­cla­ré la guerre à la Grande-Bre­tagne en signe de pro­tes­ta­tion au sou­tien ac­cor­dé aux au­toch­tones dans leur ré­sis­tance face à l’ex­pan­sion­nisme amé­ri­cain. Aux dires des di­ri­geants du Mu­sée, cette ex­po­si­tion se­ra l’une des «plus im­po­santes et in­no­va­trices» de son his­toire.

Bap­ti­sée tem­po­rai­re­ment Les quatre guerres de 1812, elle re­tra­ce­ra l’ori­gine et le dé­rou­le­ment du conflit du point de vue des quatre ac­teurs prin­ci­paux de la guerre : les Bri­tan­niques, les Ca­na­diens, les Amé­ri­cains et les Pre­miers Peuples.

«On a di­vi­sé l’ex­po­si­tion en quatre sec­tions et dans cha­cune, on parle d’une pers­pec­tive, dit Dr Pe­ter Ma­cLeod, his­to­rien au Mu­sée de la guerre. Dans la sec­tion amé­ri­caine, par exemple, on parle de la guerre vue par les Amé­ri­cains. Pour eux, c’est une deuxième guerre de l’in­dé­pen­dance contre les Bri­tan­niques.»

Pour Dr Ma­cLeod, il est im­por­tant que le Mu­sée sou­ligne le bi­cen­te­naire de cette guerre puis­qu’elle a fa­çon­né l’his­toire ca­na­dienne. «Ça nous donne l’oc­ca­sion de par­ler d’une guerre que plu­sieurs per­sonnes à tra­vers le Ca­na­da ne connaissent pas beau­coup, sauf au Sud de l’On­ta­rio», dit l’his­to­rien.

L’ex­po­si­tion met­tra en ve­dette 150 ar­té­facts, dont quelques-uns sont des pièces uniques du Mu­sée de la guerre. Par­mi les items que les vi­si­teurs pour­ront voir de près, il y a la tu­nique por­tée par Sir Isaac Brock, dont le nom de fa­mille a été im­mor­ta­li­sé par la mu­ni­ci­pa­li­té de Bro­ck­ville et l’Uni­ver­si­té Brock, lors­qu’il a été tué par une balle lors de la ba­taille des Hau­teurs de Queens­ton. Par ailleurs, le trou lais­sé par la balle sur le vê­te­ment est tou­jours vi­sible.

«Isaac Brock est un of­fi­cier qui a com­man­dé les forces bri­tan­niques au Ca­na­da pen­dant la pre­mière an­née de la guerre, ra­conte Dr Ma­cLeod. Il avait un ca­rac­tère très fort. C’est lui qui a ga­gné la ba­taille à Dé­troit. Il est sur­tout re­con­nu pour sa mort ».

Ex­po­si­tion iti­né­rante et ca­ta­logue

En plus de l’ex­po­si­tion qui se­ra pré­sen­tée au Mu­sée de la guerre, l’or­ga­ni­sa­tion en pré­sen­te­ra éga­le­ment une iti­né­rante afin de per­mettre au plus grand nombre de Ca­na­diens de pou­voir ob­ser­ver de près cer­tains ar­té­facts.

Un bou­quin met­tant en image cer­tains items pré­sen­tés par l’ex­po­si­tion, pi­men­té par des textes du Dr Ma­cLeod, se­ra éga­le­ment en vente au­près du pu­blic.

«Le man­dat du Mu­sée est de rayon­ner à tra­vers le pays, ex­plique Yas­mine Min­gay, ges­tion­naire aux com­mu­ni­ca­tions pour le Mu­sée de la guerre. De­puis plu­sieurs an­nées, on fait voya­ger des ex­po­si­tions à tra­vers le pays. Dans ce cas-ci, nous au­rons une ex­po­si­tion ici et deux de ces ver­sions qui pour­ront être prises par dif­fé­rents mu­sées et divers lieux à tra­vers le pays pour les gens ne sa­chant pas s’ils se­ront en me­sure de ve­nir voir leur propre pa­tri­moine à l’in­té­rieur de nos quatre murs.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.