« C’est un pri­vi­lège ! » , Ma­de­leine Meilleur

No­mi­na­tion au Mi­nis­tère des af­faires fran­co­phones

L'Express Ottawa - - FRANCOPHONIE - Ben­ja­min Va­chet

La dé­pu­tée d’ot­ta­wa- Va­nier, Ma­de­leine Meilleur, pour­sui­vra sa mis­sion aux af­faires fran­co­phones.

Le pre­mier mi­nistre Dal­ton Mc­guin­ty a dé­ci­dé de main­te­nir sa confiance en Ma­de­leine Meilleur pour s’oc­cu­per de la cause des fran­co­phones en On­ta­rio. Lors de l’as­ser­men­ta­tion de son nou­veau ca­bi­net, il l’a re­con­duite au poste de Mi­nistre dé­lé­guée aux af­faires fran­co­phones.

« Ce­la veut sans doute dire qu’il est content de mon tra­vail, constate Mme Meilleur. Mais pour moi, c’est un pri­vi­lège ».

Après huit an­nées pas­sées aux af­faires fran­co­phones, Mme Meilleur dit conser­ver le même en­thou­siasme. « Ce­la va me per­mettre de conti­nuer mon tra­vail. Je suis fière de mes ac­com­plis­se­ments, comme, par exemple, l’obli­ga­tion pour les tiers of­frant des ser­vices au nom du gou­ver­ne­ment de le faire dans les deux langues of­fi­cielles ».

Mme Meilleur sou­hai­te­ra s’at­ta­quer au dos­sier de l’édu­ca­tion dans son pro­chain man­dat, afin d’aug­men­ter en­core le nombre de gra­dués fran­co­phones au ni­veau post­se­con­daire et de ré­pondre au manque d’éta­blis­se­ments fran­co­phones dans le su­douest de l’on­ta­rio.

« C’est très im­por­tant et il y a en­core des la­cunes. Mais nous de­vrons aus­si com­po­ser avec les im­pé­ra­tifs fi­nan­ciers ».

À l’échelle lo­cale, Mme Meilleur se ré­jouit de l’agran­dis­se­ment de la Nou­velle Scène, à Ot­ta­wa.

Nou­velles res­pon­sa­bi­li­tés

Le jeu­di 20 oc­tobre der­nier, jour de l’as­ser­men­ta­tion, la dé­pu­tée d’ot­ta­wa-va­nier a éga­le­ment hé­ri­té du Mi­nis­tère de la Sé­cu­ri­té com­mu­nau­taire et des ser­vices cor­rec­tion­nels.

«Je vais me fa­mi­lia­ri­ser avec le mi­nis­tère pour pour­suivre sur la voie qui nous a per­mis de bais­ser le crime, tout en tra­vaillant sur la ré­ha­bi­li­ta­tion et la prévention. En 2007, nous avons at­teint le ni­veau de crime le plus bas de­puis 30 ans, ce n’est pas un ac­ci­dent. Ça prouve que nous al­lons dans la bonne di­rec­tion, no­tam­ment en fai­sant de la prévention au­près des jeunes à risque ».

Mme Meilleur compte s’ins­pi­rer de sa cir­cons­crip­tion : « Ot­ta­wa-va­nier est un bon exemple. On s’est pris en main, on a tra­vaillé tous en­semble, avec les as­so­cia­tions com­mu­nau­taires et les mar­chands, et au­jourd’hui, on a bien amé­lio­ré la si­tua­tion ».

La nou­velle mi­nistre de la Sé­cu­ri­té com­mu­nau­taire et des ser­vices cor­rec­tion­nels sou­haite éga­le­ment re­gar­der de plus près la si­tua­tion des pri­son­niers qui souffrent de ma­la­dies men­tales.

« Il faut les trai­ter si nous vou­lons en­core bais­ser le crime. La san­té men­tale a tou­jours été le parent pauvre du do­maine de la san­té, nous de­vons y re­mé­dier et for­mer des pro­fes­sion­nels ». La re­con­duc­tion de Ma­de­leine Meilleur au poste de Mi­nistre dé­lé­guée aux Af­faires fran­co­phones a été sa­luée par les or­ga­nismes fran­co-on­ta­riens.

L’as­sem­blée de la fran­co­pho­nie de l’on­ta­rio ( AFO), l’as­so­cia­tion des

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.