La mai­son des Pre­miers mi­nistres

Mai­son Lau­rier

L'Express Ottawa - - CHRONIQUE - Ben­ja­min Va­chet

L’ex­press pré­sente des chro­niques his­to­riques écrites en col­la­bo­ra­tion avec l’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa, Mi­chel Pré­vost, dans l’es­prit des États gé­né­raux de la fran­co­pho­nie, afin de tra­cer un por­trait de la fran­co­pho­nie de la ca­pi­tale à tra­vers le temps et les em­preintes qu’elle a lais­sées et laisse en­core dans le pay­sage ot­ta­vien. La Côte-de-sable ne compte que trois lieux his­to­riques na­tio­naux, le ca­nal Ri­deau, l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa et la Mai­son Lau­rier, au 335, ave­nue Lau­rier, à l’angle de la rue Cha­pel.

Construite en 1878 pour la fa­mille du bi­jou­tier John Les­lie, un com­mer­çant pros­père d’ot­ta­wa, cette belle ré­si­dence est éri­gée avec des briques jaunes.

« Il s’agit d’un signe de ri­chesse au 19e siècle, car il fal­lait faire ve­nir ces briques des États-unis », re­marque l’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa.

La Mai­son Lau­rier se dis­tingue par son style Se­cond Em­pire, très en vogue à l’époque, avec son toit man­sar­dé et ses nom­breuses lu­carnes.

La grande vé­ran­da ou­verte et qui s’harmonise si bien avec le reste de l’édi­fice d’ori­gine est ajou­tée plus tard, au dé­but du 20e siècle.

D’illustres pro­prié­taires et vi­si­teurs

La Mai­son Lau­rier s’avère être l’un des bâ­ti­ments les plus si­gni­fi­ca­tifs de l’his­toire du Ca­na­da puis­qu’il loge, pen­dant des dé­cen­nies, deux pre­miers mi­nistres du Ca­na­da.

Sir Wil­frid Lau­rier, de 1897 à 1919, puis William Lyon Ma­cken­zie King, de 1923 à 1950, y élisent do­mi­cile.

« Il faut sa­voir qu’à cette époque, le 24, pro­me­nade Sus­sex n’est pas en­core la ré­si­dence of­fi­cielle des pre­miers mi­nistres du Ca­na­da. Ces der­niers ha­bitent alors dans leur propre mai­son », sou­ligne Mi­chel Pré­vost. En fait, la pro­prié­té est don­née en 1897 au couple Lau­rier par de fi­dèles amis et des mi­li­tants li­bé­raux qui es­timent que le pre­mier mi­nistre du pays doit ha­bi­ter dans une de­meure digne de sa fonc­tion.

En 1921, n’ayant pas d’en­fant, la veuve de Sir Wil­frid Lau­rier, La­dy Zoé, dé­cide de lé­guer la mai­son au suc­ces­seur li­bé­ral de son ma­ri, William Lyon Ma­cken­zie King. C’est d’ailleurs lui qui bap­tise la mai­son du nom de son cé­lèbre pré­dé­ces­seur à qui il voue une grande ad­mi­ra­tion.

Lorsque les deux hommes oc­cupent le poste de pre­mier mi­nistre, la vaste mai­son ne sert pas uni­que­ment de ré­si­dence, elle fait éga­le­ment of­fice de bu­reau.

« C’est d’ailleurs ce qui ex­plique que d’illustres vi­si­teurs comme le pré­sident de la France, le gé­né­ral Charles de Gaulle, et le pre­mier mi­nistre du Royaume-uni, Sir Wins­ton Chur­chill, se pré­sentent à la porte du 335, ave­nue Lau­rier », re­marque l’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa.

Au­jourd’hui, la mai­son est de­ve­nue un mu­sée qui met en va­leur non seule­ment l’ar­chi­tec­ture de ce ma­gni­fique bâ­ti­ment, mais aus­si l’époque où y vi­vait le pre­mier fran­co­phone à de­ve­nir pre­mier mi­nistre du Ca­na­da et le 10e pre­mier mi­nistre du Ca­na­da.

Après sa mort en 1950, William Lyon Ma­cken­zie King, lui aus­si sans en­fant, lègue la pro­prié­té au peuple ca­na­dien. Parcs Ca­na­da gère ce lieu his­to­rique na­tio­nal et y offre des vi­sites gui­dées et di­verses ac­ti­vi­tés d’ani­ma­tions.

L’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa, Mi­chel Pré­vost, rap­pelle qu’il offre des vi­sites gui­dées du quar­tier de la Côte-deSable pour les groupes de 10 per­sonnes et plus. Pour ré­ser­ver une vi­site, com­po­sez le 613-562-5825 ou en­voyez un cour­riel à mi­chel.pre­vost@ uot­ta­wa.ca.

Pho­to : Ben­ja­min Va­chet

La Mai­son Lau­rier au 335, ave­nue Lau­rier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.