Une croi­sière, ça vous tente?

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE -

De­puis l’ère du Ti­ta­nic, les ba­teaux de croi­sière sont sy­no­nymes de luxe os­ten­ta­toire. À l’époque, ce pa­que­bot était le plus im­mense et luxueux ba­teau pas­sa­ger. En 2012, l’an­née du cen­te­naire de son voyage inau­gu­ral et de son nau­frage in­op­por­tun, plus d’une ving­taine de ba­teaux ont sur­pas­sé le Ti­ta­nic dans les ca­té­go­ries de poids, de lon­gueur et de ca­pa­ci­té pas­sa­gère. En fait, les ba­teaux de croi­sière mo­dernes sont plus ac­ces­sibles qu’à l’époque grâce au mar­ché qui conti­nue de croître. Un in­ci­dent ré­cent pour­rait par contre cau­ser une di­mi­nu­tion d’in­té­rêt: le dé­sastre du Cos­ta Con­cor­dia.

Le 13 jan­vier 2012, le ba­teau Cos­ta Con­cor­dia coule aux côtes de l’île Iso­la del Gi­glio, en Tos­cane. Les 3206 pas­sa­gers s’at­ten­daient à une croi­sière mé­di­ter­ra­néenne pai­sible d’une du­rée de 7 jours. Les va­cances ont été cou­pées court. Le tout s’est pro­duit lorsque le ba­teau a heur­té un rocher et s’est re­trou­vé avec une en­taille d’une cin­quan­taine de mètres au flanc. Le ba­teau s’est en­fin ar­rê­té suite à la re­marque par les pas­sa­gers et les membres de l’équi­page de l’in­cli­nai­son gran­dis­sante du ba­teau. L’éva­cua­tion a dé­bu­té tar­di­ve­ment et dif­fi­ci­le­ment dû à la ra­pi­di­té de l’in­cli­nai­son.

Au to­tal, 25 per­sonnes ont pé­ri dans le nau­frage. Il reste en­core 7 per­sonnes qui sont por­tées dis­pa­rues et dont les corps n’ont pas été re­trou­vés. Une pour­suite cri­mi­nelle se dé­roule à présent contre le ca­pi­taine du ba­teau, Fran­ces­co Schet­ti­no, qu’on ac­cuse d’avoir de ne pas avoir ré­agi de fa­çon pro­pice à la si­tua­tion et d’avoir quit­té le ba­teau pré­ma­tu­ré­ment. Une his­toire à suivre.

Ce n’est point la pre­mière fois que la com­pa­gnie Cos­ta Cruises voit une de leurs croi­sières se di­ri­ger vers les pour­suites cri­mi­nelles. En 2008 et 2010 res­pec­ti­ve­ment, le Cos­ta Con­cor­dia et le Cos­ta Eu­ro­pa ont su­bi une col­li­sion lors de leur ar­ri­vée au port. En 2009, le Cos­ta Ro­man­ti­ca doit éva­cuer ses 1429 pas­sa­gers suite à un in­cen­die de gé­né­ra­trice. Le Cos­ta Classica, quant à lui, a heur­té un ba­teau de car­gai­son en 2010. Plus ré­cem­ment, le 27 fé­vrier 2012, le Cos­ta Al­le­gra en­voie un si­gnal de dé­tresse après un feu dans la chambre élec­trique. Di­sons que la ré­pu­ta­tion de Cos­ta Cruises tient par un fil.

Les com­pa­rai­sons avec la ca­tas­trophe du Ti­ta­nic sont émi­nentes, mais en 1912, la tech­no­lo­gie était bien plus ru­di­men­taire qu’au­jourd’hui. On pen­se­rait qu’en 2012, les nau­frages se­raient his­toire du pas­sé….eh bien non, pas tout à fait. Le pro­grès des dé­cou­vertes ju­ri­diques du dé­sastre Cos­ta Con­cor­dia se­ra sû­re­ment in­té­res­sant.

Le congé de mars est un temps po­pu­laire pour les croi­sières en fa­mille…peut-être se­rait-ce dif­fé­rent cette an­née…une croi­sière, ça vous tente tou­jours?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.