Du grand écran au bout de nos doigts et vice versa

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE -

Il ar­rive sou­vent que les films qui ont un énorme suc­cès au ci­né­ma soient trans­por­tés dans le monde des jeux vi­déo; par­fois, c’est l’in­verse! Mais est-ce que cette ma­nière de faire les choses est ef­fi­cace?

Le pre­mier jeu vi­déo à être trans­po­sé au ci­né­ma fut au Ja­pon en 1986. Il met­tait en ve­dette le fa­meux jeu des Frères Su­per Ma­rio. Le film a connu un grand suc­cès dans son pays d’ori­gine. Tou­te­fois, il ne fut ja­mais tra­duit dans d’autres langues. De­puis ce temps, les jeux vi­déo à suc­cès de­ve­nus films sont clas­sés en moyenne sept étoiles sur dix au ni­veau in­ter­na­tio­nal. Le plus grand suc­cès fut ob­te­nu quand le jeu vi­déo Le Prince de Perse fut trans­po­sé au ci­né­ma. Ce der­nier ré­col­ta plus de 335 mil­lions au «Box Of­fice». Il se trouve aus­si qu’il est le jeu vi­déo le plus po­pu­laire se­lon les sta­tis­tiques.

Un film à ve­nir qui at­tire consi­dé­ra­ble­ment l’at­ten­tion et gé­nère beau­coup de contro­verse est As­sas­sin’s Creed. Il est, lui aus­si, ba­sé sur un jeu im­men­sé­ment po­pu­laire. So­ny a don­né beau­coup de sou­plesse à Ubi­soft, le créa­teur du fa­meux jeu. Il leur a don­né la per­mis­sion d’ap­prou­ver le bud­get, le scé­na­rio et même la date de sor­tie du film: du ja­mais vu!

In­ver­se­ment, nous avons les jeux vi­déo qui ont été créés après la sor­tie du film sur le­quel le jeu se base. L’un des tous pre­miers fut E.T. l’ex­tra-ter­restre, qui est sor­ti en 1982. Il fut aus­si, mal­heu­reu­se­ment, l’une des plus grandes faillites dans l’his­toire des jeux vi­déo et plu­sieurs autres ont connu une même des­ti­née. Par exemple, la version console de Tin­tin, His­toire de Jouets, Ava­tar, et bien d’autres, laissent à dé­si­rer et ils ont d’ailleurs ré­col­té de faibles re­ve­nus. La rai­son à ce­la? Beau­coup de ces jeux restent trop fi­dèles à l’his­toire ori­gi­nale du film, ce qui donne aux jeux un as­pect ré­pé­ti­tif, une du­rée trop courte et des dé­fis trop fa­ci­le­ment at­tei­gnables.

En con­clu­sion, quoique quelques films à suc­cès aient éga­le­ment eu du suc­cès en de­ve­nant des jeux vi­déo, l’in­verse est plus avan­ta­geux. Les jeux vi­déo qui sont trans­po­sés au grand écran attirent sou­vent plus l’at­ten­tion puis­qu’ils sont dé­jà connus sur un large mar­ché et leur no­to­rié­té est dé­jà éta­blie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.