Tru­deau sus­cite l’at­tente des Fran­co-on­ta­riens

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Sé­bas­tien Pier­roz se­bas­tien.pier­roz@tc.tc

La no­mi­na­tion de Justin Tru­deau comme chef du Par­ti li­bé­ral ca­na­dien (PLC) peut ap­pa­raître comme un es­poir pour les fran­co­phones de l’On­ta­rio.

«Justin Tru­deau a dé­cla­ré plu­sieurs fois vou­loir main­te­nir l’hé­ri­tage de son père. À sa­voir le res­pect des mi­no­ri­tés lin­guis­tiques au Ca­na­da in­cluses dans la Chartre, es­time le po­li­to­logue de l’Université d’Ot­ta­wa, Luc Tur­geon. Il est na­tu­rel­le­ment plu­tôt ou­vert aux com­mu­nau­tés fran­co­phones hors Qué­bec.»

Le dé­pu­té fédéral d’Ot­ta­wa-Va­nier, Mau­ril Bé­lan­ger, sou­tien de longue date du can­di­dat Tru­deau, abonde dans le même sens: «Il ne faut pas ou­blier que M. Tru­deau a gran­di à Ot­ta­wa. Il est plus en­clin à connaître la réa­li­té fran­co­phone que d’autres.»

Lors de son pre­mier dis­cours di­manche soir, Justin Tru­deau s’est vou­lu ras­su­rant avec les fran­co­phones: «Les fran­co­phones qui vivent à Shé­diac, à Sud­bu­ry, à Saint-Bo­ni­face ain­si que par­tout au pays qui veulent que leurs en­fants s’épa­nouissent en fran­çais, votre dé­ter­mi­na­tion m’ins­pire et elle doit conti­nuer.»

En vi­site dans l’Est on­ta­rien à l’au­tomne, M. Tru­deau avait même glis­sé qu’il était «tech­ni­que­ment Fran­co-On­ta­rien»… avant de faire une brève dé­cla­ra­tion sur l’échec se­lon lui du re­gistre des armes à feu.

Car c’est bien sur le conte­nu de la pla­te­forme que le dé­pu­té de Pa­pi­neau se­ra at­ten­du: «Il est à coup sûr meilleur po­li­ti­cien que M. Dion et M. Igna­tieff, les deux pré­cé­dents chefs du PLC, as­sure M. Tur­geon. Mais son point faible reste pour le mo­ment le manque de conte­nu de son pro­gramme. Il n’a pas une Feuille de route très dé­ve­lop­pée.»

Trou­ver les thèmes de sa pla­te­forme peut ap­pa­raître comme une ur­gence, d’au­tant que M. Bé­lan­ger re­con­naît que «l’ef­fer­ves­cence au­tour de Justin va di­mi­nuer dans les se­maines à ve­nir.» Pour M. Tur­geon, «il y a tou­jours une lune de miel du fait qu’il était moins ex­po­sé aux cri­tiques des autres par­tis. Mais ça ne de­vrait pas tar­der à com­men­cer.»

Le Par­ti conser­va­teur du Ca­na­da a dé­jà mis en ligne di­manche un site in­ter­net une vi­déo des­ti­née à dis­cré­di­ter le nou­veau chef li­bé­ral avec le slo­gan «Il n’est pas à la hau­teur».

Bien que «très très heu­reux du suc­cès de M. Tru­deau.», le dé­pu­té pro­vin­cial d’Or­léans Phil McNee­ly – qui était mon­té aux bar­ri­cades la se­maine pré­cé­dente sur le dos­sier du dé­mé­na­ge­ment des fonc­tion­naires vers l’ouest d’Ot­ta­wa -af­fi­chait im­mé­dia­te­ment ses at­tentes: «J’es­père qu’il por­te­ra de l’at­ten­tion à cer­tains dos­siers (…) La loi sur les langues of­fi­cielles doit être res­pec­tée. Quand on ne suit pas la loi, il faut le prendre au sé­rieux.»

(Pho­to: Sé­bas­tien Pier­roz)

Le nou­veau chef du PLC Justin Tru­deau avec ses sym­pa­thi­sants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.