Se­cond souffle re­cher­ché pour la cam­pagne de fi­nan­ce­ment du Vil­lage d’an­tan

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Sé­bas­tien Pier­roz se­bas­tien.pier­roz@tc.tc

Le pro­jet du Vil­lage d’an­tan fran­co-on­ta­rien (VAFO) es­père bé­né­fi­cier d’un nou­vel élan. Six mois après le coup d’en­voi de sa cam­pagne de fi­nan­ce­ment, le pro­jet est en­core bien loin des 8 mil­lions $ vi­sés pour le dé­but 2015, date pré­vue de l’ou­ver­ture du site.

Si 1,1 mil­lion $ est pour l’ins­tant amas­sé – dont 650 000 pro­ve­nant de la fro­ma­ge­rie St-Al­bert – seule­ment 150 000$ ont été don­nés de­puis le lan­ce­ment de la cam­pagne en no­vembre 2012.

La lec­ture des chiffres n’in­quiète pas pour au­tant Lin­da Lau­zon, co­or­di­na­trice du dé­ve­lop­pe­ment du VAFO: «Nous avons eu au cours des der­niers mois pas mal de choses tech­niques à ré­gler no­tam­ment la lo­gis­tique avec le site d’amé­na­ge­ment sur le ter­rain proche de la fro­ma­ge­rie St-Al­bert.»

Se­lon Mme Lau­zon, la cam­pagne entre dé­sor­mais plei­ne­ment dans sa «se­conde vague» la­quelle de­vrait être mar­quée par « la conso­li­da­tion des par­te­naires bâ­tis­seurs qui jus­qu’alors n’ont pas confir­mé en­core leurs ap­puis.»

Car les «par­te­naires bâ­tis­seurs» al­liés aux dons com­mu­nau­taires re­pré­sentent un ob­jec­tif de 3 mil­lions $ sur les 8 mil­lions fixés par le VAFO. «Je ne pense pas que les gens soient fri­leux de don­ner. Ça prend du temps. Il faut leur ex­pli­quer, ré­pondre à leurs pré­oc­cu­pa­tions.»

Mais le pro­jet du VAFO bute tou­jours sur l’ob­ten­tion de fonds du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial et fé­dé­ral. Une en­ve­loppe es­pé­rée à 2 mil­lions $ et dont les dis­cus­sions pour son oc­troi n’ont pas en­core abou­ti. «Ce sont des fonds es­sen­tiels, re­con­naît Mme Lau­zon. Nous ne per­dons pas es­poir d’avoir une oreille at­ten­tive de leur part.»

L’ar­chi­viste en chef de l’Uni­ver­si­té d’Ot­ta­wa Mi­chel Pré­vost, éga­le­ment membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du VAFO, se veut aus­si ras­su­rant. «Ce beau pro­jet ne se réa­li­se­rait pas sans l’aide du gou­vernent pro­vin­cial et du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral. En ef­fet, les deux pa­liers de gou­ver­ne­ment de­vront an­non­cer sous peu qu’ils ap­puient fi­nan­ciè­re­ment le VAFO dont l’ou­ver­ture of­fi­cielle est pré­vue en 2015.»

Ap­puis de l’AFO et du RPFO

L’ap­pui conjoint d’ailleurs re­çu au VAFO par l’As­sem­blée de la fran­co­pho­nie de l’On­ta­rio (AFO) et du Ré­seau du pa­tri­moine fran­coon­ta­rien (RPFO) la se­maine der­nière avait pour mis­sion de don­ner une nou­velle vi­si­bi­li­té au pro­jet. «Cet ap­pui était connu de­puis long­temps, mais c’était ef­fec­ti­ve­ment le bon mo­ment pour le sor­tir», concède Mme Lau­zon.

Ce sou­tien de poids s’ajou­tait à ceux de l’ex-en­traî­neur du Ca­na­dien de Mon­tréal Jacques Martin et de l’an­cienne com­mis­saire ca­na­dienne aux langues of­fi­cielles Dyane Adam, of­fi­cia­li­sés au mo­ment du lan­ce­ment de la cam­pagne.

«Il est plus que temps que les Fran­coOn­ta­riens mettent sur pied leur propre vil­lage his­to­rique afin de bien re­flé­ter leur pro­fond en­ra­ci­ne­ment sur le ter­ri­toire ac­tuel de l’On­ta­rio», conclut M. Pré­vost.

(Pho­to: ar­chives)

Le Vil­lage d’an­tan se­ra prêt en 2015 d’après les es­ti­ma­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.