La fran­co­pho­nie sa­tis­faite après l’an­nonce de Wynne

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Sé­bas­tien Pier­roz se­bas­tien.pier­roz@tc.tc

Moins mi­ti­gés que les étu­diants, les res­pon­sables fran­co­phones lo­caux se dé­clarent sa­tis­faits de l’an­nonce de la pre­mière mi­nistre Kath­leen Wynne sur le re­mo­de­lage de la bourse étu­diante.

L’As­sem­blée de la fran­co­pho­nie de l’On­ta­rio (AFO) s’est mon­trée fa­vo­rable à l’aide fi­nan­cière: «C’est un pre­mier pas pour amé­lio­rer l’ac­ces­si­bi­li­té aux pro­grammes d’études post­se­con­daires en fran­çais en On­ta­rio, a af­fir­mé le vice- pré­sident de l’As­sem­blée Gilles Le­vas­seur. Nous voyons d’un bon oeil cette ini­tia­tive pour aug­men­ter l’ac­ces­si­bi­li­té à l’enseignement post­se­con­daire, et la vo­lon­té du gou­ver­ne­ment d’ap­puyer les étu­diants fran­co­phones qui choi­sissent des pro­grammes en fran­çais en On­ta­rio.»

Tou­jours se­lon l’AFO, «les dé­tails et les mo­da­li­tés du pro­gramme sont la pierre an­gu­laire pour ga­ran­tir l’ac­ces­si­bi­li­té aux étu­diants fran­co­phones vi­vant dans les ré­gions éloi­gnées de l’On­ta­rio».

Du cô­té de la Ci­té col­lé­giale, la pré­si­dente Lise Bour­geois se ré­jouit éga­le­ment «Nous es­ti­mons que cette an­nonce ai­de­ra à ac­croître les ef­fec­tifs au sein des ins­ti­tu­tions d’enseignement post­se­con­daires fran­co­phones de la pro­vince. Par­fois, la dis­tance, ju­me­lée à plu­sieurs autres fac­teurs, peut in­ci­ter des fran­co­phones à se tour­ner vers une ins­ti­tu­tion de langue an­glaise si­tuée plus près de leur do­mi­cile. En for­mant plus d’étu­diants en fran­çais, nous crée­rons une com­mu­nau­té fran­co­phone plus forte et plus dy­na­mique.»

À no­ter que l’As­so­cia­tion des com­mu­nau­tés fran­co­phones d’Ot­ta­wa ( ACFO) n’était pas dis­po­nible pour com­men­ter cette nou­velle.

(Pho­to: ar­chives)

La pré­si­dente de la Ci­té col­lé­giale, Lise Bour­geois, se montre sa­tis­faite.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.