Pat­chos­tars suit sa bonne étoile

L'Express Ottawa - - ARTS ET CULTURE -

Pat­chos­tars est ar­ri­vé sur la pointe des pieds au Ca­na­da en 2001. Au­jourd’hui, le rap­peur d’ori­gine congo­laise et ré­sident d’Ot­ta­wa fait mon­ter le son avec la sor­tie de son pre­mier al­bum Haut Vol­tage

«Si je dois dé­fi­nir mon rap, je di­rais qu’il est avant-gar­diste. J’es­saye d’al­ter­ner sur cer­taines chan­sons, le rap, le hip-hop le chant et le reggae. Tout sim­ple­ment de créer mon propre uni­vers.» Une af­fir­ma­tion qui trouve son point d’orgue dans la chan­son Ri­mi­nel mu­sic

Une qua­ran­taine d’ad­mi­ra­teurs était d’ailleurs réu­nie mer­cre­di soir de la se­maine der­nière au Pe­tit Chi­ca­go pour l’écou­ter. L’oc­ca­sion pour lui de com­mu­ni­quer, chan­ter, et même d’élec­tri­ser.

Élec­tri­sante, c’est se­lon lui le mot ap­pro­prié pour dé­crire son opus. «Les mor­ceaux sont tous dif­fé­rents les uns des autres, mais j’es­saye qu’ils gardent en com­mun l’éner­gie, mais éga­le­ment des thèmes as­sez uni­ver­sels comme la fa­mille.»

Par­cours aty­pique

Uni­ver­sa­li­té. Un concept que Pat­chos­tars connait plu­tôt bien. Né dans le sud de la France, Ken Pat­che­li Li­ki­ti (ndlr: son vrai nom) dé­barque au Con­go avant de fuir le pays en 1997 en proie à des troubles po­li­tiques. Après un bref pas­sage en Côte d’Ivoire, il pose ses va­lises fi­na­le­ment à Mon­tréal. Un lieu sy­no­nyme de vé­ri­table ini­tia­tion à la musique pour lui.

Dans la fou­lée, il fait la connais­sance de trois autres Congo­lais (Nyr­ro, R.leo et G.I.S) avec qui il forme le su­prême 7im-vwa. Com­prendre sep­tième Voi(e) pour la di­rec­tion à prendre, Voi(e) pour la voix et Voi(t) pour la vue.

Le rap­peur se dé­couvre alors en tant qu’au­teur-in­ter­prète et dé­cide de par­tir en so­lo. Au pas­sage, il dé­mé­nage à Ot­ta­wa. Mais ja­mais bien loin de la «fron­tière qué­bé­coise». Car Pat­chos­tars se sent avant tout «Qué­bé­cois».

Tou­jours est-il que la com­pré­hen­sion de la musique cache aus­si la sin­gu­la­ri­té du nom de scène. Ré­ponse de la de­vi­nette? «Ma grand-mère m’a don­né ce nom. Ce­la vient de l’ita­lien «pace» qui si­gni­fie paix et de «stars», les étoiles. En d’autres mots, la paix des étoiles.» Des étoiles dé­sor­mais ac­ces­sibles en tout cas.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.