Des dents saines... pour mordre dans la vie!

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE -

Avoir de belles dents est bien plus qu’une af­faire d’ap­pa­rence. C’est d’abord et avant tout une ques­tion de san­té. Voi­là ce que nous rap­pellent tous les pro­fes­sion­nels des dents et de la bouche, à l’oc­ca­sion d’avril, Mois de la san­té buc­co­den­taire.

On mi­ni­mise souvent l’im­pact que peuvent avoir des af­fec­tions aux dents ou aux tis­sus buc­caux sur le bien-être phy­sique, men­tal et so­cial d’une per­sonne. Il faut donc tout mettre en oeuvre pour pré­ve­nir des pro­blèmes comme des dou­leurs buc­cales, des dents man­quantes ou des in­fec­tions buc­co­den­taires et, s’ils se pro­duisent, y re­mé­dier au plus tôt. En ef­fet, mal­gré le raf­fi­ne­ment des tech­niques, il ne se fe­ra ja­mais rien de mieux que des dents na­tu­relles!

Une bonne san­té buc­co­den­taire im­plique une sé­rie de saines ha­bi­tu- des. Ce­la veut dire se bros­ser les dents après chaque re­pas, avec la bonne tech­nique, sans oublier la soie den­taire. Une vi­site chez l’hy­gié­niste den­taire est aus­si de mise, à la fré­quence re­com­man­dée, tout comme l’éva­lua­tion de la san­té den­taire par un den­tiste et son in­ter­ven­tion, au be­soin, pour main­te­nir des dents saines et évi­ter la perte de dents, no­tam­ment par le biais d’ob­tu­ra­tions.

Par contre, si une ou plu­sieurs dents doivent être en­le­vées, il est pri­mor­dial qu’elles soient rem­pla­cées au plus tôt, et ce, pour plu­sieurs rai­sons. D’une part, une den­ti­tion com­plète per­met une meilleure mas­ti­ca­tion, étape cru­ciale de la di­ges­tion. D’autre part, parce qu’on sous-es­time souvent l’im­pact d’une den­ti­tion in­com­plète ou désa­van­ta­geuse sur l’es­time de soi.

Quant aux pro­blèmes buc­co­den­taires, il y en a plu­sieurs. Le plus cou­rant est la gin­gi­vite, soit une in­flam­ma­tion des gen­cives, dont de nom­breuses per­sonnes souf­fri­ront au cours de leur vie. La pa­ro­don­tite, une des­truc­tion des tis­sus de sup­port au­tour d’une ou de plu­sieurs dents, est éga­le­ment fré­quente et né­ces­site que l’on consulte un pa­ro­don­tiste au plus tôt.

Il y a aus­si les mal­oc­clu­sions, c’est-à-dire lorsque les mâ­choires du haut et du bas ne ferment pas l’une sur l’autre de la bonne fa­çon, ou en­core les dents désa­li­gnées. Voi­là quel­que­sunes des spé­cia­li­tés de l’or­tho­don­tiste. Par ailleurs, dans le cas de pro­thèses den­taires, il im­porte de voir le den­tu­ro­lo­giste ré­gu­liè­re­ment afin qu’il pro­cède aux pe­tits ajus­te­ments qui évi­te­ront la for­ma­tion de plaies.

Dans un cas comme dans l’autre, n’at­ten­dez ja­mais de res­sen­tir de la dou­leur avant de consul­ter vos spé­cia­listes de la san­té buc­co­den­taire!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.