La vic­toire du PLQ au­rait un im­pact li­mi­té en On­ta­rio

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Sé­bas­tien Pier­roz se­bas­tien.pier­roz@tc.tc

Le chan­ge­ment de cap vo­té au Qué­bec lun­di soir n’au­rait qu’un im­pact li­mi­té en On­ta­rio. C’est en tout cas l’avis de Luc Tur­geon, pro­fes­seur de sciences po­li­tiques à l’Uni­ver­si­té d’Ot­ta­wa.

«Je ne pense pas que le re­tour au pou­voir du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec (PLQ) au­ra une in­ci­dence énorme. Le Par­ti qué­bé­cois (PQ) a en­tre­te­nu des re­la­tions plu­tôt bonnes avec les autres gou­ver­ne­ments pro­vin­ciaux du­rant le règne de Pau­line Ma­rois. On ne pou­vait pas par­ler d’une pé­riode de ten­sions, comme ce fut le cas lors des ré­fé­ren­dums de 1980 et 1995.»

La pre­mière mi­nistre Kath­leen Wynne s’était d’ailleurs em­pres­sée de fé­li­ci­ter son nouvel ho­mo­logue Phi­lippe Couillard.

«L’On­ta­rio et le Qué­bec ont une longue his­toire de col­la­bo­ra­tion et de re­la­tions pro­duc­tives, a-t-elle dé­cla­ré par voie de com­mu­ni­qué. Et nous avons hâte de pour­suivre notre par­te­na­riat fruc­tueux en met­tant l’ac­cent sur les choses qui im­portent le plus à la po­pu­la­tion: de bonnes écoles, des soins de san­té fiables, un en­vi­ron­ne­ment sûr et propre de même qu’une so­lide éco­no­mie.»

Ce chan­ge­ment de cou­leur à l’As­sem­blée na­tio­nale ne fe­rait pas for­cé­ment avan­cer les dos­siers com­muns aux deux pro­vinces, d’après M. Tur­geon. À com­men­cer par l’épi­neuse ques­tion de la main d’oeuvre, re­lan­cée par le dé­pu­té pro­gres­sis­te­con­ser­va­teur Jack MacLa­ren qui veut li­mi­ter le nombre d’en­tre­pre­neurs et ou­vriers qué­bé­cois ve­nant tra­vailler sur les chan­tiers pu­blics de l’On­ta­rio.

«C’est un dos­sier qui de­meure pré­sent de­puis plu­sieurs an­nées. On ne peut pas dire que les li­bé­raux au pou­voir de 2003 à 2012 l’ont fait for­cé­ment avan­cer.»

Les fran­co­phones dis­crets

Ce chan­ge­ment de cap a été ac­cueilli de fa­çon me­su­rée par les fran­co­phones hors Qué­bec. «Nous tra­vaillons de fa­çon conti­nue avec le gou­ver­ne­ment du Qué­bec pour le rayon­ne­ment du fran­çais au pays. Pour­sui­vons ce travail en­semble», a ré­agi la Fé­dé­ra­tion des com­mu­nau­tés fran­co­phones et aca­dienne (FCFA) via son Twit­ter.

L’As­sem­blée de la fran­co­pho­nie de l’On­ta­rio (AFO), d’obé­dience fé­dé­ra­liste, n’a pas vou­lu ré­agir au re­tour des li­bé­raux au pou­voir. Joint par té­lé­phone, son pré­sident De­nis Vaillan­court s’est conten­té de ré­pondre que les Qué­bé­cois avaient «pris les dé­ci­sions qui les in­té­res­saient».

(Pho­to: Sé­bas­tien Pier­roz)

La pre­mière mi­nistre de l’On­ta­rio Kath­leen Wynne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.