Les drogues et notre so­cié­té

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Ali­cia Howse L’Es­cale

Phi­lip Sey­mour Hoff­man, Co­ry Mon­teith, Jus­tin Bie­ber et Lind­say Lo­han : qu’ont en com­mun toutes ces cé­lé­bri­tés ? À en­tendre ces noms, un mot se ma­ni­feste dans les pen­sées de plu­sieurs per­sonnes : « les drogues ». Dans notre so­cié­té, on en­tend cou­ram­ment par­ler de la der­nière per­sonne à avoir abu­sé de telles sub­stances. En plus, la lé­ga­li­sa­tion de la ma­ri­jua­na est un su­jet pré­sent même en po­li­tique. En outre, il est fa­cile d’ob­ser­ver que des élèves de nos écoles se­con­daires consomment des stu­pé­fiants. Je crois qu’il est rai­son­nable de conclure que les drogues sont de­ve­nues un élé­ment ac­ti­ve­ment pré­sent dans notre col­lec­ti­vi­té.

Plu­sieurs se rap­pellent très bien la nou­velle du dé­cès de Co­ry Mon­teith. Cet acteur, connu no­tam­ment pour son rôle de Finn dans Glee, est mort le 13 juillet 2013 dans un hô­tel à Van­cou­ver à l’âge de 31 ans. D’après le rap­port du co­ro­ner, ce­lui-ci a suc­com­bé à un mé­lange mor­tel d’hé­roïne et d’al­cool. Mon­teith avait dé­jà été ad­mis dans un centre de dés­in­toxi­ca­tion en avril, mais n’em­pêche que sa mort pré­ma­tu­rée en a sur­pris plu­sieurs.

Une autre ve­dette, Phi­lip Sey­mour Hoff­man, qui ap­pa­rait dans la tri­lo­gie des Hun­ger Games, a lui aus­si connu le même sort avec cette puis­sante drogue. Le 2 fé­vrier 2014, cet acteur en­cen­sé par les cri­tiques a été trou­vé mort dans son appartement suite à un sur­do­sage fa­tal d’hé­roïne.

Il y a aus­si les his­toires de ceux qui ont ex­pé­ri­men­té des sub­stances sans connaître une fin aus­si tra­gique. Jus­tin Bie­ber entre autres a été à plus d’une re­prise mê­lé à dif­fé­rentes his­toires ayant un lien avec la drogue. Par exemple, l’in­ci­dent où Bie­ber a été ac­cu­sé de conduite avec facultés af­fai­blies. D’après les mé­dias, le taux d’al­coo­lé­mie de Bie­ber res­pec­tait la li­mite lé­ga­le­ment per­mise au vo­lant, il avait plu­tôt consom­mé des mé­di­ca­ments pres­crits, la « nou­velle drogue » qui dé­fonce son consom­ma­teur. Heu­reu­se­ment, l’ado n’a bles­sé per­sonne, mais des ac­tions de ce genre peuvent oc­ca­sion­ner des consé­quences dévasta­trices.

Fi­na­le­ment, cer­tains états de notre voi­sin au sud ont dé­jà lé­ga­li­sé le can­na­bis pour des uti­li­sa­tions mé­di­cales et ré­créa­tives. Ce mou­ve­ment a re­joint le Canada et la ques­tion d’au­to­ri­ser l’utilisation de la ma­ri­jua­na dans notre pays sus­cite un chaud dé­bat. Le chef du Par­ti li­bé­ral, Jus­tin Tru­deau ex­plique que lui-même croit qu’on de­vrait al­ler plus loin que de dé­cri­mi­na­li­ser le can­na­bis en le lé­ga­li­sant. Il éla­bore en di­sant que cette tac­tique per­met­trait au gou­ver­ne­ment de taxer et ré­gle­men­ter la plante ce qui est, d’après lui, le meilleur moyen de la contrô­ler et de pro­té­ger les jeunes Ca­na­diens puisque main­te­nant, il est souvent plus fa­cile pour ces der­niers d’ache­ter de la ma­ri­jua­na que des ci­ga­rettes. Plu­sieurs sont d’ac­cord avec les af­fir­ma­tions de M. Tru­deau et re­marquent que de nom­breux ado­les­cents de leur en­tou­rage confirment leurs sup­po­si­tions. D’après eux, il suf­fit de se rendre aux alen­tours d’une école se­con­daire pour ob­ser­ver des étu­diants qui consomment des stu­pé­fiants.

Bref, les drogues ne sont dé­fi­ni­ti­ve­ment plus un su­jet ta­bou. Les gens sont tout de même in­dé­cis par rap­port à toute l’at­ten­tion qu’on ac­corde à de telles sub­stances. Sommes-nous en me­sure d’amoin­drir les sé­rieuses consé­quences que peuvent avoir les drogues ou sommes-nous en train d’édu­quer le pu­blic à leur su­jet ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.