Les controverses de Sot­chi

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Sa­fia Has­san Gisèle-Lalonde

Se­lon Am­nes­ty In­ter­na­tio­nale, au cours des der­nières an­nées, la Rus­sie a pas­sé une sé­rie de lois dra­co­niennes, qui ont res­treint la li­ber­té in­di­vi­duelle de ses ha­bi­tants. Mais c’est sur­tout Sot­chi, la ville où se passent les Jeux olym­piques 2014, qui a créé le plus de contro­verse. Suite aux me­naces ter­ro­ristes, aux his­toires de tri­che­ries et à l’em­pri­son­ne­ment de ma­ni­fes­tants, pour plu­sieurs, le choix du CIO de Sot­chi comme ville hôte laisse à dé­si­rer.

Les Jeux olym­piques tombent en même temps que le 150e an­ni­ver­saire du gé­no­cide des Cir­cas­siens, le peuple in­di­gène du Cau­case. En fait, se­lon NoSot­chi2014, une cam­pagne fon­dée par la dia­spo­ra cir­cas­sienne, tout ce­la a com­men­cé vers la fin de la Guerre de cent ans. L’Em­pire so­vié­tique avait ex­pul­sé 1,5 mil­lions de Cir­cas­siens de leur pays d’ori­gine, les lais­sant mou­rir de faim alors que leur ter­ri­toire fut brû­lé. La ré­gion de Sot­chi était un lieu po­li­tique et cultu­rel im­por­tant pour ce peuple, mais leurs traces furent dé­truites par le gou­ver­ne­ment de l’époque. Le peuple cir­cas­sien étant dis­per­sé dans le monde, pro­teste avec fer­veur contre les Jeux olym­piques, afin de faire connaître son his­toire et de sen­si­bi­li­ser la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale à la dis­cri­mi­na­tion à la­quelle fait face la com­mu­nau­té cir­cas­sienne en Rus­sie.

Le 30 juin 2013, la Rus­sie a fait pas­ser une loi ban­nis­sant toute forme de pro­pa­gande des re­la­tions ho­mo­sexuelles. De­puis, le pré­sident Pou­tine fait l’ob­jet de plu­sieurs cri­tiques. En fait, en guise de so­li­da­ri­té en­vers la com­mu­nau­té LGBT, plu­sieurs villes à tra­vers le monde ont le­vé le dra­peau aux couleurs de l’arc-en­ciel du­rant les Jeux olym­piques, no­tam­ment, la ville de To­ron­to. De plus, une pa­no­plie de com­pa­gnies, telles que la com­pa­gnie Amé­ri­caine de té­lé­com­mu­ni­ca­tion, AT&T et des au­teurs ré­pu­tés in­ter­na­tio­na­le­ment, se sont pro­non­cés ou­ver­te­ment contre cette po­li­tique afin de dé­mon­trer leur sup­port aux ath­lètes ho­mo­sexuels. Ce­pen­dant, c’est lorsque Google, à l’ou­ver­ture des Jeux, op­ta pour une ban­nière d’ac­cueil aux couleurs de l’ar­cen-ciel, avec un hy­per­lien vers la charte olym­pique, que le mes­sage a été le plus clair : le monde sup­porte la com­mu­nau­té LBGT.

Pour cer­tains, Sot­chi re­pré­sente un en­droit où les droits hu­mains se font constam­ment vio­ler. Pour d’autres, elle re­pré­sente la chance d’une vie, le fruit d’ef­forts spor­tifs et la réa­li­sa­tion d’un rêve. Les Jeux olym­piques ont une longue tra­di­tion de dis­ci­pline, d’es­prit d’équipe et de res­pect. La phi­lo­so­phie du mou­ve­ment olym­pique étant d’édu­quer le monde sur l’éga­li­té, la paix et la fra­ter­ni­té à tra­vers les sports, va à l’en­contre des ré­centes po­li­tiques russes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.