Ado­les­cent sur­doué : le zèbre de l’école se­con­daire

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Ma­rit­za Woel et Tay­lor Wor­ming­ton Gar­neau

Dans une jungle afri­caine, on peut trou­ver plu­sieurs types d’ani­maux ma­jes­tueux. On trouve des gi­rafes, des hip­po­po­tames et même des lions. Mais, il existe un ani­mal tout à fait unique : le zèbre.

Les zèbres sont beau­coup plus in­tel­li­gents com­pa­ré à la ma­jo­ri­té des ani­maux, mais ils ont de la dif­fi­cul­té à suivre des règles. Dans la jungle de l’école se­con­daire, les élèves sur­doués forment une po­pu­la­tion de zèbres. Un ado­les­cent sur­doué est un en­fant qui pos­sède un quo­tient in­tel­lec­tuel (Q.I.) qui est plus éle­vé que la ma­jo­ri­té des in­di­vi­dus d’âge si­mi­laire. L’ado­les­cent est re­con­nu comme étant « pré­coce » lors­qu’il pos­sède un Q.I. de 130 ou plus. Même si cet ado­les­cent pos­sède un don ex­tra­or­di­naire, il peut souf­frir d’une dé­pres­sion ex­trême. Puisque l’ado­les­cent zé­bré se dis­tingue de la ma­jo­ri­té, il est souvent la cible d’in­ti­mi­da­tion. En ef­fet, la fu­sillade hor­rible de l’école se­con­daire Co­lom­bine a été cau­sée par deux in­di­vi­dus sur­doués.

Mo­nique de Ker­ma­dec, une spé­cia­liste des ado­les­cents sur­doués en France, a des points de vue uniques sur la na­ture des en­fants zé­brés. Nous avons eu le privilège de faire une en­tre­vue avec Mme de Ker­ma­dec afin qu’elle puisse nous éclair­cir sur le su­jet cho­quant de la dé­pres­sion chez les ado­les­cents sur­doués.

Se­lon Mme de Ker­ma­dec, de­puis le XXIe siècle, la dé­pres­sion et les échecs sco­laires trou­vés chez les ado­les­cents sur­doués semblent être des su­jets qui captent l’in­té­rêt des gens. Avec l’ar­ri­vée des mé­dias so­ciaux et de la cy­ber-in­ti­mi­da­tion, l’in­ti­mi­da­tion contre les ado­les­cents sur­doués de­vient de plus en plus né­faste. Comme dé­mon­tré dans le livre The Spark, de Kris­tine Bar­nett et dans di­verses études réa­li­sées par Mo­nique de Ker­ma­dec, les élèves zé­brés souffrent d’une dys­syn­chro­nie so­ciale. Donc, ils ont une grande dif­fi­cul­té à s’in­té­grer à la norme. Mme de Ker­ma­dec sti­pule que « [les per­sonnes sur­douées] souffrent de leur dif­fé­rence… et se sentent mar­gi­na­li­sées. Cer­taines sont vic­times de dis­cri­mi­na­tions. Et nombre d’entre elles éprouvent un manque de confiance en elles, sont en si­tua­tion d’échec sco­laire, sen­ti­men­tal ou pro­fes­sion­nel, et ont du mal à s’in­té­grer à la so­cié­té ». À cause de ce­ci, le taux de sui­cide et de dé­pres­sion chez les ado­les­cents sur­doués est plus éle­vé que la norme.

En plus, se­lon plu­sieurs psy­cho­logues et so­cio­logues (no­tam­ment Mo­nique de Ker­ma­dec), l’édu­ca­tion pro­norme des écoles se­con­daires est une cause ma­jeure de la dé­pres­sion re­trou­vée chez ces jeunes zèbres : « la qua­li­té de la re­la­tion avec les en­sei­gnants et la ri­chesse du pro­gramme sont [les fac­teurs] les plus im­por­tants [pour évi­ter une dé­pres­sion aca­dé­mique] ». Puisque seule­ment 2% des ado­les­cents d’un même groupe d’âge sont consi­dé­rés « sur­doués », la ma­jo­ri­té des en­sei­gnants au ni­veau se­con­daire pla­ni­fie leur édu­ca­tion pour plaire uni­que­ment à la norme. Donc, puisque les ado­les­cents sur­doués sont beau­coup plus avan­cés, ils perdent in­té­rêt pour l’édu­ca­tion très ra­pi­de­ment. À cause de ce­ci, se­lon Mme de Ker­ma­dec, leur suc­cès sco­laire chute.

La pré­co­ci­té est une épée à double tran­chante. Une in­tel­li­gence in­croyable peut me­ner à un ave­nir rem­pli de suc­cès mais, comme dé­ter­mi­né par Mo­nique de Ker­ma­dec, être sur­doué peut aus­si être une cause de dé­pres­sion et me­ner au sui­cide ado­les­cent. Il faut donc évi­ter de mettre de la pres­sion sur ces jeunes et ten­ter d’of­frir une édu­ca­tion uni­que­ment pour les sur­doués. Avec l’aide des psy­cho­logues, des pro­fes­seurs et du gou­ver­ne­ment, on peut fa­ci­le­ment as­su­rer que la pré­co­ci­té de­meure uni­que­ment quelque chose de po­si­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.