Tou­cher la pou­pée russe

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Do­mi­nique Kurtz Fran­co-Ouest

Pen­dant son par­cours de planche à neige « slo­pe­style » en ronde fi­nale des Jeux olym­piques d’hi­ver de 2014 à Sot­chi, Mark McMor­ris a tou­ché la pou­pée russe, cet obs­tacle si­tué au centre du par­cours. Il fut un des seuls concur­rents à fran­chir cet ex­ploit.

Âgé de vingt ans, Mark McMor­ris est ori­gi­naire de Ré­gi­na, en Sas­kat­che­wan. Il est le fils du po­li­ti­cien et mi­nistre pro­vin­cial de la san­té, Don McMor­ris, et de l’in­fir­mière Cin­dy McMor­ris. Son frère aî­né, Craig, est aus­si plan­chiste pro­fes­sion­nel. Mark a fait ses études se­con­daires en Sas­kat­che­wan. Consi­dé­rant que la géo­gra­phie de cette pro­vince des prai­ries ca­na­diennes offre peu de pistes de planche à neige, il s’est en­traî­né sur des par­cours à tra­vers le Canada et de par le monde.

Deux se­maines avant les Jeux olym­piques, en com­pé­ti­tion aux X- Games à As­pen, au Co­lo­ra­do, McMor­ris se frac­ture une côte en ac­cro­chant sa planche sur une rampe. Il est ca­pable de des­cendre la col­line par lui-même mais il est plus tard trans­por­té à l’hô­pi­tal pour des exa­mens plus dé­taillés sur sa bles­sure. Après plu­sieurs dis­cus­sions avec une équipe mé­di­cale pro­fes­sion­nelle et des thé­ra­peutes, il est dé­ci­dé que Mark sui­vra un pro­gramme de ré­ta­blis­se­ment in­ten­sif pour conti­nuer sa route vers Sot­chi.

Cham­pion mon­dial, à Sot­chi, McMor­ris est le can­di­dat pré­fé­ré pour la mé­daille d’or dans la ca­té­go­rie « slo­pe­style » et ce, mal­gré sa bles­sure. Tou­te­fois, pen­dant sa pre­mière ronde de la de­mi-fi­nale, Mark rate un de ses sauts et n’at­teint pas un poin­tage as­sez éle­vé pour se clas­ser en fi­nale. Il doit donc par­ti­ci­per à la deuxième ronde où il réus­sit tous ses sauts, in­cluant sont saut pré­fé­ré le « triple cork 1440 », se clas­sant troi­sième et ac­cé­dant ain­si à la fi­nale. En pre­mière ronde de la fi­nale, il réus­sit ses sauts mais ses at­ter­ris­sages laissent à dé­si­rer. En deuxième ronde tout va très bien et il est ca­pable de gar­der sa po­si­tion pour rem­por­ter la mé­daille de bronze.

Plu­sieurs pensent qu’une des seules rai­sons que Mark McMor­ris a re­çu une mé­daille est qu’il a réus­si à tou­cher la pou­pée russe avec sa planche pour se mé­ri­ter des points bo­nis. Ce­pen­dant, sa dé­ter­mi­na­tion suite à une bles­sure si­gni­fi­ca­tive lui vaut cer­tai­ne­ment une place sur le po­dium olym­pique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.