Un mo­ment im­por­tant pour Francine Ruest Jutras

L'Express - - ACTUALITÉS - LISE TREM­BLAY lise.trem­blay@tc.tc

DRUM­MOND­VILLE. « C’est un mo­ment très émou­vant pour moi. Ain­si, j’ai ju­gé bon de pondre un texte. »

Ja­mais, du­rant le quart de siècle où elle a oc­cu­pé le siège de mai­resse de Drum­mond­ville, Francine Ruest n’a dé­bu­té une al­lo­cu­tion de cette fa­çon, les tré­mo­los plein la voix.

Chaque fois qu’elle se pré­sen­tait au mi­cro, elle af­fi­chait un re­gard de lionne, prête à dé­battre avec vi­gueur et aplomb sur des su­jets aus­si va­riés les uns que les autres.

Jeu­di soir, c’était dif­fé­rent.

C’était l’inau­gu­ra­tion de l’édi­fice qui porte son nom et qui abrite la nou­velle bi­blio­thèque pu­blique.

L’ex-po­li­ti­cienne a eu be­soin d’un texte, qu’elle a lu re­li­gieu­se­ment, sans trop s’en écar­ter.

« C’est un mo­ment im­por­tant pour moi. Vous sa­vez, j’ai pro­fon­dé­ment ai­mé mon tra­vail. Il faut croire que j’étais faite pour ça, a-t-elle ex­pli­qué à l’au­teure de ces lignes peu après son al­lo­cu­tion. La car­rière que j’ai eue m’a com­blée de sorte que je n’avais pas be­soin de plus… mais ça me touche beau­coup, sur­tout pour mes quatre filles et mes pe­tits-en­fants qui au­ront ce ma­gni­fique sou­ve­nir de leur grand-mère.»

Au mi­cro, Francine Ruest Jutras a rap­pe­lé à quel point les élus ont dû user de pa­tience pour ar­ri­ver à ce jour.

« Ce pro­jet au­ra été l’illus­tra­tion de l’ex­pres­sion lon­gueur et pa­tience et lon­gueur de temps. Cette construc­tion s’im­po­sait de­puis des an­nées. De nom­breuses étapes par­tant de l’ac­qui­si­tion du site, de sa dé­con­ta­mi­na­tion jus­qu’à la construc­tion se sont éche­lon­nées dans le temps avec tou­jours en fi­li­grane, cette né­ces­si­té d’ob­te­nir une sub­ven­tion du mi­nis­tère de la Culture», a ex­pri­mé Mme Ruest Jutras, qui a pré­si­dé le co­mi­té du concours d’ar­chi­tec­ture.

En ce jour d’inau­gu­ra­tion of­fi­cielle, c’était la deuxième fois que l’ex-mai­resse met­tait les pieds dans la nou­velle bi­blio­thèque.

« J’ai eu la chance d’y en­trer il y a en­vi­ron trois mois, mais ça ne res­semble pas du tout à ça au­jourd’hui. C’était en­core un chan­tier, a-t-elle par­ta­gé en des­cen­dant le grand es­ca­lier de forme hé­li­coï­dale. C’est très beau. Je suis fière. Cer­tains di­ront sû­re­ment qu’il manque de cou­leur, mais per­son­nel­le­ment, j’aime beau­coup ce concept. C’est épu­ré, dis­tinc­tif et très lu­mi­neux. »

«Mon sou­hait le plus cher est que les Drum­mond­vil­lois y fassent des dé­cou­vertes en­ri­chis­santes qui les ser­vi­ront toute leur vie. Ein­stein di­sait : la seule chose que vous avez ab­so­lu­ment be­soin de sa­voir est l’em­pla­ce­ment d’une bi­blio­thèque».

Voi­là qui ré­sume tout.

(Pho­to, Cyn­thia Gi­guère-mar­tel)

Francine Ruest Jutras.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.