«On va abor­der d’une nou­velle fa­çon les plus grandes peurs»

L'Express - - ACTUALITÉS - GHYS­LAIN BERGERON ghys­lain.bergeron@tc.tc

TOU­RISME. Sur­veillez vos ar­rières, ou­vrez grand les yeux. Les zom­bies, les clowns mons­trueux et les fan­tômes sont de re­tour à Drum­mond­ville pour la 10e édi­tion du Vil­lage han­té du Vil­lage qué­bé­cois d’an­tan.

L’au­tomne ar­rive à grands pas. La nuit tombe de plus en plus tôt et les êtres ma­lé­fiques re­vien­dront han­ter les rues du Vil­lage qué­bé­cois d’an­tan. Les ama­teurs d’hor­reur et de sus­pense au­ront ren­dez-vous les ven­dre­dis et sa­me­dis du 29 sep­tembre au 4 no­vembre, en plus du 8 oc­tobre, au Vil­lage han­té. Le nou­veau di­rec­teur du vil­lage, Guy Bel­le­hu­meur, qui fai­sait sa pre­mière ap­pa­ri­tion pu­blique de­puis sa no­mi­na­tion, était fé­brile à l’an­nonce des ac­ti­vi­tés. «Mal­gré que je sois ar­ri­vé il y a seule­ment quelques se­maines, je peux vous dire que ce se­ra toute une an­née. On a écou­té les gens et des ac­tions concrètes vont être prises. L’ac­cès au site se­ra plus fa­cile, nous sommes dé­jà en dis­cus­sions avec la Ville et la Sû­re­té du Qué­bec afin de co­or­don­ner l’ar­ri­vée des vi­si­teurs qui, cette an­née, se­ront li­mi­tés sur le site », a af­fir­mé le nou­veau di­rec­teur gé­né­ral.

Ques­tion de nous mettre en­core plus dans le bain (de sang) Pierre Le­vas­seur, pré­sident du CA, après avoir af­fir­mé que le Vil­lage han­té était la plus im­por­tante ac­ti­vi­té du genre au Centre-du-qué­bec, a été sau­va­ge­ment agres­sé par un mys­té­rieux per­son­nage. Il a été kid­nap­pé et em­por­té, lais­sant der­rière lui un fi­let de sang au sol, dans les abîmes du bâ­ti­ment. N’ayez crainte, il a été re­vu, bien vi­vant, quelques mi­nutes plus tard en train de man­ger un suc­cu­lent beigne du vil­lage !

La co­or­don­na­trice des évé­ne­ments, Ka­rine Pa­ra­dis, pro­met que les ama­teurs se­ront sa­tis­faits. « La qua­si-to­ta­li­té du site se­ra ex­ploi­tée. On va abor­der d’une nou­velle fa­çon les plus grandes peurs, les plus in­tenses pho­bies, les an­goisses les plus ter­ri­fiantes et les aver­sions les plus pro­fondes. Ce se­ra un amal­game de noir­ceur, de sur­prises, de zom­bies et tout ça, dans un jeu de lu­mière et des sons qui vont ajou­ter au stress. On va sti­mu­ler l’ima­gi­naire, la tor­ture, la sor­cel­le­rie et même le sur­na­tu­rel. On va in­ten­si­fier l’ani­ma­tion dans les rues, on veut créer un ef­fet de sur­prise…», a-t-elle ex­pli­qué.

L’édi­tion de cette an­née ver­ra ap­pa­raître trois nou­velles ac­ti­vi­tés. La zone im­mer­sive, un la­bo­ra­toire ex­pé­ri­men­tal qui se­ra si­tué sur la ferme à l’ex­tré­mi­té nord du vil­lage, est une vaste zone en­va­hie pas les zom­bies dans la­quelle le spec­ta­teur de­vient un ac­teur pré­pon­dé­rant dans un par­cours d’une tren­taine de mi­nutes.

« Les fa­milles sont nom­breuses à ve­nir vi­si­ter le vil­lage. Afin d’évi­ter que les en­fants aient à pas­ser dans la zone pour la clien­tèle aver­tie, nous avons dé­mé­na­gé la zone fa­mi­liale à la Bas­sine, près de la billet­te­rie, où de gen­tils monstres et prin­cesses at­ten­dront les en­fants dès 17 h 30 et les in­vi­te­ront à faire un tour de pe­tit train, à se faire ma­quiller ou à réus­sir des jeux d’adresse. Ain­si, les fa­milles pour­ront quit­ter plus tôt si elles le dé­si­rent », a ajou­té Mme Pa­ra­dis.

Du même coup, le tour du vil­lage aban­don­né est né dans la par­tie sud, près de l’am­phi­théâtre Saint-fran­çois, où se trou­vait an­cien­ne­ment la zone fa­mi­liale. « On sort des sen­tiers bat­tus. Ce se­ra une vi­site gui­dée où les his­toires de fan­tômes et de mys­tères se­ront ra­con­tées par un étrange guide », a ex­pli­qué Ka­rine Pa­ra­dis.

Afin de per­mettre aux vi­si­teurs de pro­fi­ter au maxi­mum de l’offre du vil­lage, la di­rec­tion a mis en place de nou­velles me­sures. «Nous al­lons li­mi­ter le nombre d’en­trées sur le site afin de rac­cour­cir les files d’at­tente. L’achat du billet en ligne de­vient la meilleure ga­ran­tie d’ac­cès au site. On va aus­si pro­lon­ger la du­rée des ac­ti­vi­tés, mais avec l’am­pleur du site, il est im­pos­sible de faire le tour com­plet en une soi­rée», a dé­cla­ré M. Bel­le­hu­meur en fai­sant ré­fé­rence au nou­veau slo­gan Trop de peur pour une seule soi­rée.

Le site du Bel­vé­dère de­vien­dra une halte de re­pos où des consom­ma­tions, en col­la­bo­ra­tion avec le Bo­ckale, se­ront of­fertes. De plus, les vi­si­teurs pour­ront se di­la­ter la rate en voyant dé­fi­ler des pho­tos des autres vi­si­teurs alors qu’ils se­ront dans des si­tua­tions où la peur fe­ra son oeuvre.

Les ré­si­dents de Drum­mond­ville ob­tien­dront un ra­bais de 30 % sur une en­trée in­di­vi­duelle ou fa­mi­liale, sur pré­sen­ta­tion d’une pièce d’iden­ti­té avec adresse et pho­to, les deux pre­miers soirs de l’évé­ne­ment, les 29 et 30 sep­tembre. Les portes ouvrent à 17h30 pour la zone fa­mi­liale et la zone aver­tie est ou­verte de 18 h 30 à 23 h 30.

(Pho­to – Ghys­lain Bergeron)

Le nou­veau di­rec­teur gé­né­ral du Vil­lage qué­bé­cois d’an­tan, Guy Bel­le­hu­meur, s’est fait sou­hai­ter la bien­ve­nue par les zom­bies du vil­lage.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.