Steve La­plante dans une pièce de théâtre fé­mi­niste

L'Express - - CULTURE - CYN­THIA GIGUÈRE-MAR­TEL cyn­thia.gi­guere-mar­tel@tc.tc

THÉÂTRE. Le co­mé­dien ori­gi­naire de Drum­mond­ville Steve La­plante est en ve­dette dans la pièce de théâtre qui se­ra pré­sen­tée ce mer­cre­di à la Mai­son des arts.

Ba­by-sit­ter est une co­mé­die grin­çante qui plonge les spec­ta­teurs au coeur de la ques­tion du fé­mi­nisme et de la confu­sion qui l’en­toure.

« On règle le fa­meux pro­blème de la mi­so­gy­nie, rien de moins ! » lance Steve La­plante.

L’his­toire com­mence lorsque Cé­dric (Da­vid Boutin) perd son em­ploi après avoir fait une blague sexiste qui de­vient vi­rale sur in­ter­net.

« Là-de­dans, Cé­dric est mon frère. Pré­ci­sé­ment, Cé­dric est aux Alouettes de Mon­tréal et il est saoul. À un mo­ment don­né, il lance une in­sa­ni­té vul­gaire à Chan­tal Ma­cha­bée », ex­plique-t-il.

Après le coup d’éclat de Cé­dric, qui lui fait perdre son em­ploi chez Hy­dro-qué­bec, Jean-mi­chel (Steve La­plante), jour­na­liste-ve­dette, pense qu’il ne faut pas ba­na­li­ser l’évé­ne­ment et que cet acte man­qué est la pointe de l’ice­berg de la mi­so­gy­nie de son frère. Il le pousse alors à s’at­ta­quer au pro­blème en fai­sant de l’in­tros­pec­tion et l’ac­com­pagne dans l’écri­ture d’un ré­cit-té­moi­gnage Sexist sto­ry pour en fi­nir avec le ma­chisme.

« Jean-mi­chel se sert de ce drame pour se don­ner du ca­pi­tal », in­dique le co­mé­dien.

Ce­lui-ci dé­crit son per­son­nage comme un homme ayant un « gros égo ».

« C’est dur de ne pas le ju­ger ! J’ima­gine qu’il est comme ça, car il manque de confiance en lui. Il a be­soin de prendre le plan­cher, d’être à l’avant­plan. Il joue au su­per­man alors qu’il n’a pas rai­son de le faire. »

Steve ad­met avoir du plai­sir à jouer ce rôle et qu’il est fa­cile à cam­per.

« La pièce est tel­le­ment bien écrite et tous les per­son­nages sont tel­le­ment clai­re­ment dé­fi­nis que tu as juste à te col­ler à la si­tua­tion. C’est fa­cile dans ce temps-là », ex­pose-t-il.

Deux autres per­son­nages sont au coeur de l’ac­tion, il s’agit de Na­dine (Isa­belle Brouillette), la blonde de Cé­dric, et la ba­by-sit­ter (Vic­to­ria Dia­mond). Na­dine, exas­pé­rée par l’in­tros­pec­tion de son chum, elle-même en manque de rêve et d’adré­na­line, se laisse alors ten­ter par les jeux thé­ra­peu­tiques éton­nants ini­tiés par la mys­té­rieuse ba­by-sit­ter. Cette der­nière réus­si­ra-t-elle à ra­me­ner l’équi­libre dans la mai­son ou contri­bue­ra-t-elle à éloi­gner davantage le couple ?

Ba­by-sit­ter est une pièce à la fois ir­ré­vé­ren­cieuse, drôle et dé­sta­bi­li­sante.

«L’écri­ture de Catherine (Lé­ger) est très pun­chée. Les gens qui disent que le théâtre c’est plate et que ce n’est pas pour eux, eh bien cette pièce leur est des­ti­née. L’au­teure a d’ailleurs la vo­lon­té de créer du théâtre ac­ces­sible et qui n’est pas éli­tiste », sou­ligne le Drum­mond­vil­lois.

BA­SÉE SUR UN FAIT RÉEL

Ba­by-sit­ter réelle.

« Il y a en­vi­ron deux ans, un in­gé­nieur on­ta­rien d’hy­dro One, l’équi­valent on­ta­rien d’hy­droqué­bec, avait in­ter­rom­pu un jour­na­liste en ondes lors d’un match de sport en lan­çant Fuck her right in the pus­sy. Évi­dem­ment, ça avait fait le tour du web. Ce phé­no­mène a été ob­ser­vé à tra­vers le monde », ex­plique Steve La­plante. a été créée à par­tir d’une anec­dote Avec son re­gard sur la mi­so­gy­nie, cette pièce de théâtre pré­sente ain­si un su­jet tou­jours aus­si Une soi­rée spé­ciale

Steve La­plante avoue que jouer chez lui, en plus dans une aus­si « belle » salle que la Mai­son des arts, re­vêt un ca­rac­tère par­ti­cu­lier.

«C’est tou­jours spécial de jouer dans son pa­te­lin. Il y a une petite ré­son­nance que je ne re­trouve pas ailleurs, c’est sûr. »

Le co­mé­dien, qu’on pour­ra voir éga­le­ment dans la nou­velle sé­rie té­lé­vi­sée Oli­vier s’ar­rête ré­gu­liè­re­ment à Drum­mond­ville pour rendre vi­site à sa fa­mille. criant d’ac­tua­li­té, ce type de comportement étant ob­ser­vé quo­ti­dien­ne­ment et la ques­tion du fé­mi­nisme re­ve­nant sans cesse.

« Je di­rais que ce n’est pas né­ces­sai­re­ment une pièce pro-fé­mi­nisme, mais plu­tôt sur la place du fé­mi­nisme dans la so­cié­té », se dit d’avis Steve.

Gra­cieu­se­té - Ma­ga­li Can­cel) (Pho­to

Cé­dric (Da­vid Boutin, à gauche) se­ra pous­sé par son frère Jean-mi­chel (Steve La­plante) à se lan­cer dans l’écri­ture d’un livre pour s’at­ta­quer à son pro­blème de ma­chisme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.