Une uni­té K9 pour contrer les drogues au Col­lège Saint-ber­nard

L'Express - - ACTUALITÉS - GHYS­LAIN BER­GE­RON

PRÉ­VEN­TION. Dans l’op­tique d’of­frir un es­pace d’en­sei­gne­ment et de vie sé­cu­ri­taire, le Col­lège Saint-ber­nard (CSB) fe­ra ap­pel cette an­née à une uni­té ca­nine qui se spé­cia­lise dans la dé­tec­tion de drogues.

Le pro­gramme, le pre­mier du genre à Drum­mond­ville, est di­ri­gé par Ma­rio Bois­vert, res­pon­sable en san­té, sé­cu­ri­té et mieux-être au CSB. « Ce n’est pas une me­sure ré­pres­sive, mais bel et bien pré­ven­tive. Nous avions dé­jà plu­sieurs ca­mé­ras vi­déo et il y a des sur­veillants un peu par­tout dans l’école. L’uni­té ca­nine s’ajoute, c’est un autre moyen de rendre notre lieu d’en­sei­gne­ment plus sé­cu­ri­taire », a ex­pli­qué M. Bois­vert.

En au­cun temps, les élèves ne se­ront en contact avec le maître-chien et son fi­dèle com­pa­gnon. Les rondes d’inspections se fe­ront par­tout dans l’école pen­dant les heures de cours afin que ce soit fait dis­crè­te­ment.

«Ici, on tra­vaille dans le res­pect. On veut ac­com­pa­gner les étu­diants qui se­ront pris en dé­faut et non pas les poin­ter du doigt. Les pa­rents se­ront aus­si sol­li­ci­tés dans les dé­marches de sen­si­bi­li­sa­tion et d’in­ter­ven­tion », a ajou­té M. Bois­vert.

Le chien En­zo, un mâle Ber­ger belge ma­li­nois de sept ans, fe­ra quelques vi­sites au CSB du­rant l’an­née sco­laire 2017-18. Son maître, Sé­bas­tien Le­may, opère K9 Ins­pec­tion de­puis deux ans à Sher­brooke. « C’est l’un des meilleurs chiens pour faire ce tra­vail. Il a re­çu un en­traî­ne­ment d’un an avant d’al­ler sur le ter­rain. Plu­sieurs fac­teurs, comme le chaud, le froid, l’hu­mi­di­té, peuvent in­fluen­cer ma fa­çon de tra­vailler. Je ne cesse de lui en­sei­gner. Ce n’est pas dif­fi­cile, il veut tou­jours ap­prendre ! » a lan­cé M. Le­may pen­dant que son chien mor­dillait son jouet après avoir ef­fec­tué son tra­vail.

Ma­rio Bois­vert pro­fite de l’oc­ca­sion pour en ap­prendre un peu plus sur les as­tuces des étu­diants. «Par­fois on trouve des ca­chettes que per­sonne ne pou­vait soup­çon­ner. Ça me per­met d’être plus vi­gi­lant en tout temps et de cette fa­çon, on peut in­ter­ve­nir plus ra­pi­de­ment », a-t-il conclu.

(Pho­to - Ghys­lain Ber­ge­ron)

En­zo au tra­vail. Il est ac­com­pa­gné de son maître Sé­bas­tien Le­may.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.