Fran­çois Val­lières confron­te­ra Jean Pa­ren­teau

L'Express - - LA UNE -

L'AVE­NIR. Fran­çois Val­lières laisse son siège de conseiller qu’il oc­cu­pait de­puis huit ans pour bri­guer les suf­frages à la mai­rie contre le maire sor­tant Jean Pa­ren­teau.

Dans un com­mu­ni­qué trans­mis à la presse, M. Val­lières es­time que le maire sor­tant est de­ve­nu trop di­rec­tif.

Il ra­conte qu’il fai­sait par­tie de l’équipe «Ac­tion L’ave­nir» for­mée en 2009 jus­qu’à ce qu’il ap­prenne, il y a quelques jours, que le maire sor­tant «cher­chait sour­noi­se­ment des can­di­dats à lui op­po­ser ain­si qu’à un autre conseiller». M. Val­lières juge qu’il s’agit de re­pré­sailles contre lui-même et l’autre conseiller, parce qu’ils ont osé, à quelques re­prises, s’op­po­ser à cer­taines de ses prises de po­si­tion qu’ils ju­geaient ar­bi­traires.

M. Val­lière a ima­gi­né «Le Bal des Tuques», et «L’ave­nir en Fête». Il ajoute avoir conçu et éri­gé les glis­soires d’hi­ver et ai­dé de nom­breux bé­né­voles. Il se dit res­pon­sable de l’ar­ri­vée des jeux d’eau après en avoir vi­si­té plu­sieurs dans d’autres mu­ni­ci­pa­li­tés et en avoir mar­chan­dé les coûts au­près de plu­sieurs sources. Il ajoute aus­si que c’est lui qui a conçu et su­per­vi­sé la construc­tion de l’abri cen­tral de la piste cy­clable.

Ses pro­jets? «La réa­li­sa­tion à court terme du pro­jet do­mi­ci­liaire qui stagne de­puis trop long­temps. Le par­achè­ve­ment des égouts do­mi­ci­liaires de la mon­tée Bois­vert. Concré­ti­ser les ac­cès de des­centes à la ri­vière, l’un au rang 1 et l’autre au bout de la rue Lac­ha­pelle. Amé­na­ger une gar­de­rie dans la bâ­tisse ac­tuelle de l’hô­tel de ville. Agran­dir l’ac­tuel bâ­ti­ment de la voi­rie qui en a gran­de­ment be­soin et y in­té­grer le nou­vel hô­tel de ville. Pen­ser un lo­tis­se­ment de ter­rain qui fa­vo­ri­se­rait la ve­nue d’un sec­teur de mi­ni­mai­sons à L’ave­nir. L’éclai­rage de la rue Prin­ci­pale est désuet et très coû­teux. Le rem­pla­cer par de l’éclai­rage D.E.L. pro­cu­re­rait une lu­mière plus douce et sur­tout plus éco­no­mique», a-t-il énu­mé­ré.

«Fort de l’ex­pé­rience ac­quise au cours des huit der­nières an­nées et des inutiles frot­te­ments qui ont trou­blé l’at­mo­sphère à l’hô­tel de ville, je me pré­sente à la mai­rie dans le but de tra­vailler en très grande har­mo­nie avec les élus. Ils au­ront le droit ab­so­lu de s’ex­pri­mer et de vo­ter se­lon leur conscience. (JPB)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.