Une nou­velle cli­nique ou­vri­ra ses portes

L'Express - - ACTUALITÉS - CYN­THIA GI­GUÈRE-MAR­TEL cyn­thia.mar­tel@jour­na­lex­press.ca

SAN­TÉ. Dès jan­vier, les Drum­mond­vil­lois au­ront ac­cès à une nou­velle cli­nique.

La Cli­nique mé­di­cale am­bu­la­toire se si­tue­ra dans deux points de ser­vice, soit au GMF St-fran­çois et à un autre en­droit qui reste à dé­ter­mi­ner.

« Chaque jour, il y au­ra un mé­de­cin qui se­ra pré­sent dans cha­cun des points de ser­vi­ce­pour­trai­ter­la­clien­tèle»,in­dique Guillaume Cliche, agent d’in­for­ma­tion au CIUSSS de la Mau­ri­cie-et-du-centre-du-qué­bec.

Si l’ob­jec­tif ini­tial était de ré­pondre aux be­soins des pa­tients or­phe­lins, les usa­gers ayant un mé­de­cin de fa­mille pour­ront y être ac­cueillis dans le cas où ils né­ces­si­te­raient une consul­ta­tion ra­pide et qu’ils n’au­raient pas pu être pris en charge par leur om­ni­pra­ti­cien.

Cette dé­ci­sion dé­coule d’une en­tente entre les mé­de­cins de Drum­mond­ville et le CIUSSS MCQ.

« À la suite de la dis­pa­ri­tion du Ré­seau d’ac­cès mé­di­cal Drum­mond (RAMD) et la fer­me­ture de la Cli­nique des ur­gen­to­logues, les mé­de­cins se sont ra­pi­de­ment ras­sem­blés pour trou­ver une al­ter­na­tive afin d’amé­lio­rer l’ac­cès à la pre­mière ligne pour les ci­toyens sans mé­de­cin de fa­mille » ex­plique-t-il, sou­li­gnant néan­moins que la prise en charge des pa­tients est « ex­cel­lente » à Drum­mond­ville. Même si l’ou­ver­ture est pré­vue en jan­vier, quelques cas ré­fé­rés ont dé­jà été trai­tés.

LA GRANDE INS­CRIP­TION

Par ailleurs, le mi­nistre de la San­té et des Ser­vices so­ciaux, Gaé­tan Bar­rette, a an­non­cé mer­cre­di ma­tin la mise en place de la Grande Ins­crip­tion pour fa­ci­li­ter l’ac­cès de la po­pu­la­tion au­près des mé­de­cins de fa­mille, an­ciens et nou­veaux.

Pen­sée de fa­çon à sim­pli­fier la vie des pa­tients, cette nou­velle me­sure per­met­tra aux om­ni­pra­ti­ciens qui dé­butent leur pra­tique de se voir at­tri­buer, au 1er sep­tembre de chaque an­née, des blocs de pa­tients qui se trouvent sur le gui­chet d’ac­cès à un mé­de­cin de fa­mille (GAMF). Ceux-ci pour­ront ain­si avoir ac­cès plus ra­pi­de­ment à un mé­de­cin de fa­mille. Cette me­sure per­met­tra aus­si aux usa­gers dont les mé­de­cins prennent leur re­traite de s’en re­trou­ver un autre dans de meilleurs dé­lais.

Qui plus est, les ci­toyens vi­sés n’au­ront plus à se dé­pla­cer pour un pre­mier exa­men avant d’être ins­crits of­fi­ciel­le­ment au­près de leur mé­de­cin. Il est im­por­tant de sou­li­gner que la ma­jo­ri­té des pa­tients en at­tente sur l e G A M F s o n t d e s p a t i e n t s d i t s « non-vul­né­rables », donc qui ne né­ces­sitent pas de ren­dez-vous ra­pi­de­ment. Tou­te­fois, les om­ni­pra­ti­ciens s’en­gagent à voir en prio­ri­té les per­sonnes les plus vul­né­rables. La me­sure dé­coule d’une en­tente entre le mi­nis­tère de la San­té et des Ser­vices so­ciaux et la Fé­dé­ra­tion des mé­de­cins om­ni­pra­ti­ciens du Qué­bec (FMOQ).

(Pho­to d’ar­chives)

Le GMF St-fran­çois se­ra l’un des deux points de ser­vice de la Cli­nique mé­di­cale am­bu­la­toire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.