Ma­rie-jo­sée Le­maire ré­plique

L'Express - - ACTUALITÉS -

CENTRE-VILLE. (NDLR) La can­di­date au poste de conseillère mu­ni­ci­pale du dis­trict 3 à Drum­mond­ville, Ma­rie-jo­sée Le­maire, a fait par­ve­nir à L’ex­press une lettre en ré­ponse aux ré­flexions écrites d’une ci­toyenne, Mi­chelle Thé­roux, qui ont été pu­bliées dans L’ex­press du 25 oc­tobre der­nier. La voi­ci dans son in­té­gra­li­té.

Je vous re­mer­cie, Ma­dame Thé­roux, pour l’in­té­rêt que vous por­tez aux af­faires mu­ni­ci­pales. Il est ce­pen­dant mal­heu­reux que vous vous soyez prê­tée à ten­ter de jus­ti­fier une gros­sière faus­se­té vé­hi­cu­lée par Mme Las­sonde et que les faits dé­mentent à leur face même.

Je ré­af­firme qu’elle s’at­tri­bue in­jus­te­ment une réa­li­sa­tion au cours de son man­dat, soit le car­re­four gi­ra­toire, alors même qu’il était dé­jà ou­vert au pu­blic avant son élec­tion (1 no­vembre 2013). De plus, pour avoir fait la cam­pagne pré­cé­dente, je peux vous as­su­rer qu’à au­cun mo­ment, le rond-point Cu­ré-mar­chand n’a été un en­jeu, et pour cause !

À notre époque où l’on exige la plus grande pro­bi­té et hon­nê­te­té de nos élus, ayons au moins la dé­cence de res­pec­ter la vé­ri­té !

Vous me per­met­trez de ne pas par­ta­ger votre point de vue quand vous af­fir­mez que la construc­tion d’un troi­sième pont et l’ins­tau­ra­tion de sens uniques nous ra­mè­ne­raient 50 ans en ar­rière. Il me semble plu­tôt qu’ils peuvent s’ins­crire dans une re­cherche de so­lu­tions qu’il va fal­loir en­vi­sa­ger à plus ou moins court terme. Bien sûr que l’amé­lio­ra­tion de l’offre et du ser­vice du trans­port en com­mun fait par­tie de l’équa­tion.

Que vous le vou­liez ou non, la cir­cu­la­tion est un pro­blème qui m’a été men­tion­né à plu­sieurs re­prises par des ci­toyens lors de mes consul­ta­tions et de mon porte-à porte. Nos au­to­mo­biles ne sont mal­heu­reu­se­ment pas ap­pe­lées à dis­pa­raitre mais plu­tôt à être rem­pla­cées par des voi­tures élec­triques ou sans chauf­feur. Il fau­dra aus­si te­nir compte de l’essor de la ville. Dans ce contexte, il ne sert à rien de se mettre la tête dans le sable et notre res­pon­sa­bi­li­té est de trou­ver des so­lu­tions.

Si gou­ver­ner c’est pré­voir, il m’ap­pa­raît, au contraire, bien avi­sé de s’as­su­rer de faire nos de­voirs de sorte que si un troi­sième pont s’avé­rait être la meilleure so­lu­tion, nous soyons prêts à faire les choses dans les meilleures condi­tions. Dois-je com­prendre que la can­di­date que vous ap­puyée se­rait contre cette so­lu­tion?

Pour ce qui est des sens uniques, je veux sim­ple­ment si­gna­ler que l’on en re­trouve dans la ma­jo­ri­té des villes de mêmes di­men­sions que Drum­mond­ville et qu’ils fonc­tionnent avec bon­heur. Peut-on se don­ner une deuxième chance?

Dos­sier For­tis­si­mo : dif­fé­rentes op­tions sont sur la table. Je le sais, j’étais pré­sente aux consul­ta­tions. Ce­pen­dant, l’idée d’un lieu où l’on pour­rait of­frir des ac­ti­vi­tés cultu­relles et ré­créa­tives me semble pro­met­teuses.

Je suis tout à fait d’ac­cord pour re­don­ner les bords de la ri­vière aux ci­toyens et que la ver­dure y oc­cupe une large place. Je sou­haite moi aus­si, de tout coeur, faire de ce lieu un bel en­droit dont les Drum­mond­vil­lois pour­ront en pro­fi­ter et s’en­or­gueillir. Y in­clure un as­pect ré­créa­tif ne peut être, à mon avis, qu’on atout sup­plé­men­taire.

Il est im­por­tant pour moi que peu im­porte le ou les pro­jets re­te­nus qu’il y ait des re­tom­bées pour le centre-ville. Je vois mal comment vous pou­vez vous of­fus­quer d’une telle chose.

Je me pré­sente comme conseillère avec toute ma fougue, mon éner­gie et des idées.

Je ne me conten­te­rai pas d’être une pré­sence muette aux séances du Conseil. Je compte plu­tôt as­su­rer une pré­sence sou­te­nue dans le mi­lieu et tra­vailler de fa­çon construc­tive à faire pro­gres­ser notre ville.

Voi­là, Ma­dame, en tout res­pect, quelques ré­ponses à vos ré­flexions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.