Un chan­ge­ment s’im­pose, dit Hé­lène La­roche

L'Express - - ACTUALITÉS - JEAN-PIERRE BOIS­VERT jean-pierre.bois­vert@jour­na­lex­press.ca

SAINT-CY­RILLE-DE-WEN­DO­VER. Il n’y a pas eu d’élec­tions mu­ni­ci­pales à Saint-cy­rille-de-wen­do­ver de­puis 12 ans et le temps est ve­nu d’un chan­ge­ment, af­firme la can­di­date à la mai­rie Hé­lène La­roche dans un com­mu­ni­qué qu’elle a trans­mis à L’ex­press.

« Un chan­ge­ment s’im­pose et c’est la conclu­sion que j’en re­tire à la fin de ma cam­pagne élec­to­rale éche­lon­née sur plu­sieurs mois dans les six dis­tricts de la mu­ni­ci­pa­li­té. Il faut se rap­pe­ler que les der­nières élec­tions à la mai­rie re­montent en 2005. Les évé­ne­ments po­li­tiques qui ont sui­vi ont lais­sé un goût amer à la ma­jo­ri­té des élec­teurs du temps. Cette si­tua­tion, se­lon mon ana­lyse, a pro­ba­ble­ment créé un dés­in­té­rêt, puisque les membres du conseil mu­ni­ci­pal alors en place ont été, pour la plu­part, re­con­duits par ac­cla­ma­tion du­rant les deux man­dats sui­vants. Il n’y a pas eu d’élec­tions mu­ni­ci­pales à Saint-cy­rille-de-wen­do­ver de­puis 12 ans», dé­clare celle qui pro­met, entre autres, plus de trans­pa­rence.

L’ex-as­sis­tante de la mai­resse Fran­cine Ruest Ju­tras fait re­mar­quer que « contrai­re­ment à celles de 2005, les élec­tions de 2017 comptent 15 can­di­dats dans tous les dis­tricts et à la mai­rie. « Mais est-ce que l’équi­libre né­ces­saire dans le sui­vi des dos­siers, le trans­fert des connais­sances, la sta­bi­li­té et la conti­nui­té de la ges­tion au quo­ti­dien n’étaient pas mis en pé­ril en pré­sen­tant et en sou­hai­tant faire élire de nou­velles per­sonnes sans ex­pé­rience dans cinq des six dis­tricts, sauf à la mai­rie ? Peut-on par­ler de dé­mo­cra­tie ou de stra­té­gie élec­to­ra­liste? Pour ma part, j’ai trou­vé l’exer­cice pé­rilleux, in­quié­tant et dif­fi­cile à jus­ti­fier au­près de la po­pu­la­tion. Est-ce que la pré­sence d’au­tant d’as­pi­rant(e)s aux postes a ame­né le re­tour d’un cer­tain in­té­rêt, de ques­tion­ne­ments, d’échanges d’idées, de la ma­ni­fes­ta­tion de be­soins ex­pri­més par toutes les ca­té­go­ries d’âge ? Peut-être... et je l’es­père. Chose cer­taine, cette élec­tion, à n’en pas dou­ter, a consti­tué un ex­cellent mo­tif d’al­ler vers les gens, de les écou­ter, de les connaître mieux, de leur per­mettre de faire un choix éclai­ré. Elle confir­me­ra aus­si la lé­gi­ti­mi­té de sié­ger aux can­di­dates et can­di­dats élu(e)s ».

À la suite de ses nom­breux échanges avec la po­pu­la­tion, qu’elle qua­li­fie pour la plu­part de cor­diaux et très per­ti­nents, la conclu­sion de Mme La­roche est la né­ces­si­té d’un chan­ge­ment à la tête de la mu­ni­ci­pa­li­té d’abord. D’où dé­cou­le­ra, par la suite, une nou­velle phi­lo­so­phie de ges­tion dans sa glo­ba­li­té axée sur la per­sonne, l’ou­ver­ture, l’écoute, la com­mu­ni­ca­tion et la trans­pa­rence de l’in­for­ma­tion.

« Je sou­haite éta­blir cette fa­çon de faire le plus ra­pi­de­ment pos­sible, en concer­ta­tion avec le per­son­nel en place, le conseil élu et les in­ter­ve­nants du mi­lieu ».

(Pho­to - gra­cieu­se­té)

Hé­lène La­roche

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.