Le Vil­lage en­tend se dé­fendre «vi­gou­reu­se­ment»

L'Express - - LA UNE - JEAN-PIERRE BOIS­VERT jean-pierre.bois­vert@jour­na­lex­press.ca

LI­TIGE. « On ne lais­se­ra plus quel­qu’un de l’ex­té­rieur s’oc­cu­per de nos af­faires à 100 % ».

C’est la le­çon que dit avoir ap­prise le Vil­lage qué­bé­cois d’an­tan par la voix de Mar­tin Cham­poux, di­rec­teur des com­mu­ni­ca­tions, du mar­ke­ting et du dé­ve­lop­pe­ment au Vil­lage qué­bé­cois d’an­tan. Le li­tige est que le Vil­lage in­vi­sible qui l’ob­jet d’une pour­suite de 620 000 $ par le consor­tium for­mé d’une en­tre­prise de Magog, No­vom Net­works, et d’une autre de Qué­bec, 7e sens (voir autre texte).

Le VQA, consi­dé­rant ne pas avoir re­çu les ser­vices at­ten­dus de la part de ces deux firmes, no­tam­ment en rai­son d’une tech­no­lo­gie non-fonc­tion­nelle, a ré­si­lié le contrat, ce qui, se­lon la par­tie de­man­de­resse, a été fait sans jus­ti­fi­ca­tion.

« On va se dé­fendre vi­gou­reu­se­ment, pro­met M. Cham­poux. On a su­bi des pertes d’ar­gent consi­dé­rables en rai­son du mé­con­ten­te­ment des gens. Je ne dé­voi­le­rai pas de chiffres pour le mo­ment car nous avons à éva­luer les dom­mages que ce­la nous a cau­sés. Nous avons une ré­pu­ta­tion à dé­fendre et ce qui a été pré­sen­té ne ren­con­trait pas nos cri­tères. Pour ce qui est de l’as­pect lé­gal, c’est notre pro­cu­reur Me Serge Ber­nier qui va s’en oc­cu­per ».

Le porte-pa­role du VQA sou­ligne que son or­ga­nisme a ten­té d’en ve­nir à une en­tente avec le consor­tium au cours de l’été. «Le mé­con­ten­te­ment a été per­cep­tible du­rant tout l’été. D’une se­maine à l’autre, les com­men­taires étaient tou­jours né­ga­tifs. On leur a don­né des deuxièmes chances. Dans cette aven­ture-là, on a ap­pris. On ne lais­se­ra plus quel­qu’un de l’ex­té­rieur s’oc­cu­per de nos af­faires à 100 % », a-t-il af­fir­mé.

L’ex­press a ten­té de par­ler au di­rec­teur gé­né­ral Guy Bel­le­hu­meur, comme l’a fait le jour­nal La Tri­bune, mais le VQA a plu­tôt dé­lé­gué M. Cham­poux pour s’adres­ser aux mé­dias lo­caux.

RÉ­AC­TION DE LA VILLE

Bien que le VQA soit une en­ti­té in­dé­pen­dante, la Ville de Drum­mond­ville de­meure un par­te­naire im­por­tant, par le biais d’une sub­ven­tion ré­cur­rente d’en­vi­ron 200000$ par an­née.

In­vi­té à ré­agir, le maire Alexandre Cus­son a d’abord si­gni­fié qu’il n’en­ten­dait pas com­men­ter une cause qui est de­vant les tri­bu­naux, mais il a dit com­prendre la dé­ci­sion des ad­mi­nis­tra­teurs du Vil­lage d’in­ter­ve­nir là où quelque chose ne fonc­tionne pas.

« Je suis moi-même al­lé au Vil­lage in­vi­sible et je suis par­ti après 20 mi­nutes, tout sim­ple­ment parce que ça ne fonc­tion­nait pas. Je com­prends le VQA ; il faut le dire lors­qu’on n’est pas sa­tis­fait ». Quant aux frais d’avo­cats qui risquent de s’al­lon­ger, Alexandre Cus­son a ré­tor­qué que « comme dans tout pro­cès, il y a ra­re­ment des ga­gnants... »

(Photo - gra­cieu­se­té)

Mar­tin Cham­poux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.