Aux em­ployeurs de faire du che­min

L'Express - - ACTUALITÉS - JOSYANE CLOU­TIER josyane.clou­tier@jour­na­lex­press.ca

MAIN-D’OEUVRE. D’après la pro­prié­taire du Res­to La Muse, Ju­lie Arel, une so­lu­tion à ce manque de main-d’oeuvre vient des em­ployeurs, qui doivent consi­dé­rer da­van­tage leurs em­ployés.

Elle es­time que le sa­laire est aus­si une com­po­sante im­por­tante de la so­lu­tion. « Si un res­tau­ra­teur paie ses em­ployés au sa­laire mi­ni­mum, c’est nor­mal qu’il ait de la dif­fi­cul­té à re­cru­ter. À mon avis, ça n’a pas de bon sens ! Ici, tout le monde est payé au-des­sus du sa­laire mi­ni­mum et j’ai tou­jours plu­sieurs CV en banque. Je n’ai ja­mais de pro­blème. Il y a en masse de main-d’oeuvre à Drum­mond­ville », af­firme Ju­lie Arel.

Celle-ci es­time par ailleurs que l’image du mé­tier de cui­si­nier doit être re­do­rée, et que c’est aux pa­trons de faire un bout de che­min.

« Avec la nou­velle génération [tra­vailleurs âgés entre 16 et 25 ans], il faut tra­vailler dif­fé­rem­ment. Le tra­vail doit être va­lo­ri­sant pour eux, et il faut créer une équipe qui fonc­tionne bien en­semble. Ils ont le choix, beau­coup d’en­droits re­crutent. En tant qu’em­ployeur, il faut être ca­pable de créer une belle am­biance. Il faut s’adap­ter. » Elle ajoute : « quand les em­ployés sont heu­reux, ils res­tent long­temps ».

PAS UNIQUE À LA RES­TAU­RA­TION

La res­tau­ra­tion n’est pas le seul sec­teur où la main-d’oeuvre se fait rare : dans le do­maine ma­nu­fac­tu­rier, no­tam­ment, les offres d’em­plois pleuvent. Chez le Groupe Sou­cy, entre autres, c’est un im­mense en­jeu. En août der­nier, le pré­sident et chef de l’exploitation du Groupe Sou­cy, Éric Cô­té, ré­pé­tait qu’il avait 50 em­plois dis­po­nibles.

D’après le bi­lan « État du mar­ché du tra­vail» 2016 de l’ins­ti­tut de la sta­tis­tique du Qué­bec, le taux d’ac­ti­vi­té (dé­fi­ni comme le nombre de per­sonnes de 15 ans et plus à l’em­ploi ou en re­cherche ac­tive) a at­teint des som­mets in­éga­lés: «chez les 15-64 ans, le taux d’em­ploi s’éta­blit à 73,3 % en 2016, il s’agit éga­le­ment du taux le plus éle­vé de­puis la dis­po­ni­bi­li­té des don­nées en 1976 », peut-on lire dans le do­cu­ment, émis en mars 2017. Se­lon le même bi­lan, la ré­gion du Centre-du-qué­bec af­fiche un taux de chô­mage (5,3 %) in­fé­rieur à ce­lui du reste du Qué­bec (7,1 %). On note éga­le­ment que « seul l’em­ploi non syn­di­qué est en crois­sance en 2016 ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.