Can­na­bis : le maire Cus­son préoc­cu­pé

L'Express - - ACTUALITÉS - CYN­THIA GIGUÈRE-MAR­TEL cyn­thia.mar­tel@jour­na­lex­press.ca

PO­LI­TIQUE. Le maire de Drum­mond­ville Alexandre Cus­son avoue avoir cer­taines pré­oc­cu­pa­tions quant à l’im­plan­ta­tion éven­tuelle d’une suc­cur­sale de la So­cié­té qué­bé­coise du can­na­bis (SQC) à Drum­mond­ville.

S’il est en­core trop tôt pour la So­cié­té des al­cools du Qué­bec (SAQ), qui gé­re­ra la SQC, de se pro­non­cer sur l’em­pla­ce­ment des fu­turs points de vente par­tout au Qué­bec, M. Cus­son se ques­tionne tout de même sur deux points, no­tam­ment. Le pre­mier concerne l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire.

« Ha­bi­tuel­le­ment, lors­qu’une so­cié­té d’état dé­cide de s’éta­blir sur un ter­rain en par­ti­cu­lier, il n’y a pas grand-chose à faire. Elle a un très grand pou­voir dé­ci­sion­nel. Dans ce dos­sier, nous (mu­ni­ci­pa­li­tés) ré­cla­mons que notre com­pé­tence d’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire soit res­pec­tée, qu’on ait un plus grand rôle à jouer. »

Le pre­mier ma­gis­trat sur le fi­nan­ce­ment.

« Comment se­rait fi­nan­cée la suc­cur­sale ? De plus, ce­la va en­gen­drer de nou­velles dé­penses, qu’on pense à la for­ma­tion des po­li­ciers et de cer­tains em­ployés mu­ni­ci­paux, dont ceux au ser­vice d’ur­ba­nisme. Il va éga­le­ment fal­loir se do­ter de nou­veaux ou­tils. Pour moi, il n’est pas ques­tion de taxer les s’in­ter­roge éga­le­ment contri­buables sur une base mu­ni­ci­pale afin de res­pec­ter une pro­messe fé­dé­rale. À mon avis, un par­tage des coûts un tiers (fé­dé­ral) / un tiers (pro­vin­cial) / un tiers (mu­ni­ci­pal) se­rait la bonne so­lu­tion. »

UNE « BONNE RÉ­PAR­TI­TION GÉO­GRA­PHIQUE »

Par ailleurs, L’express a com­mu­ni­qué avec la SAQ afin de connaître les fu­tures lo­ca­li­sa­tions des points de vente et de s’in­for­mer sur le fonc­tion­ne­ment.

Ge­ne­viève Fer­ron, porte-pa­role, a d’abord af­fir­mé que la So­cié­té d’état « sou­haite ga­ran­tir une bonne ré­par­ti­tion géo­gra­phique du ré­seau ».

« Pour moi, il n’est pas ques­tion de taxer les contri­buables sur une base mu­ni­ci­pale afin de res­pec­ter une pro­messe fé­dé­rale. » - Alexandre Cus­son

Confor­mé­ment au cadre pro­po­sé, la SQC ou­vri­ra une quin­zaine de points de vente dès l’été 2018. Les pre­mières suc­cur­sales se concen­tre­ront d’abord dans les zones ur­baines les plus denses, par exemple Mon­tréal et Qué­bec.

« La SAQ pren­dra éga­le­ment en consi­dé­ra­tion les me­sures ré­gle­men­taires énon­cées par le gou­ver­ne­ment, no­tam­ment sur la dis­tance mi­ni­male qui de­vra sé­pa­rer un point de vente de can­na­bis de lieux qui sont fré­quen­tés par des mi­neurs ou des clien­tèles vul­né­rables », pré­cise-t-elle dans un cour­riel.

Les ma­ga­sins se­ront au­to­nomes et ne ven­dront que du can­na­bis. « Ce­la con­corde avec les re­com­man­da­tions du Groupe de tra­vail sur la lé­ga­li­sa­tion et la ré­gle­men­ta­tion du can­na­bis éta­bli par le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da. D’ailleurs, le pro­jet de loi au Qué­bec est clair à cet ef­fet. »

Le ser­vice en ligne se­ra quant à lui fonc­tion­nel à comp­ter du 1er juillet 2018, date choi­sie par le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da pour lé­ga­li­ser la sub­stance.

Qui plus est, la fi­liale se confor­me­ra à la loi qui in­dique clai­re­ment qu’un mi­neur ne peut être ad­mis dans un point de vente de can­na­bis et sa pré­sence ne peut y être to­lé­rée, in­dique Mme Fer­ron. Ain­si, toute per­sonne qui dé­sire être ad­mise dans l’une ou l’autre des suc­cur­sales se­ra te­nue de prou­ver qu’elle est ma­jeure sur de­mande d’un pré­po­sé de la fi­liale.

« D’ailleurs, la SQC veille­ra à ce que son per­son­nel ne vende pas de can­na­bis à des per­sonnes mi­neures ou dont le com­por­te­ment est ma­ni­fes­te­ment al­té­ré par les ef­fets de l’al­cool ou de la drogue, ni aux per­sonnes qui es­saient d’ache­ter pour elles. C’est une res­pon­sa­bi­li­té que la SAQ prend très au sé­rieux. La SAQ a dé­ve­lop­pé cette ex­per­tise au fil des ans et elle est très per­for­mante pour faire res­pec­ter son éthique de vente. »

« La SAQ s’as­su­re­ra de par­ta­ger à la SQC son ex­per­tise en for­ma­tion, contrôle et mise à jour de la com­pé­tence des em­ployés en ma­tière de vente res­pon­sable, en te­nant compte de la mis­sion par­ti­cu­lière de la fi­liale », conclut-elle.

(Photo Archives)

Le maire de Drum­mond­ville Alexandre Cus­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.