Cac­ciot­ti re­plon­gé dans de vieux sou­ve­nirs

L'Express - - SPORTS - JO­NA­THAN HABASHI jo­na­than.habashi@jour­na­lex­press.ca

HOCKEY. Du­rant sa car­rière ju­nior, Ste­ven Cac­ciot­ti avait la ré­pu­ta­tion d’éle­ver son jeu d’un cran dans les mo­ments cru­ciaux. L’an­cien ca­pi­taine des Vol­ti­geurs était de re­tour au Centre Mar­cel-dionne, la se­maine der­nière, dans le cadre du tour­noi du ré­seau mid­get es­poir de Hockey Qué­bec.

Après huit sai­sons chez les pro­fes­sion­nels en Ita­lie et en France, Cac­ciot­ti a ré­cem­ment ac­cro­ché ses pa­tins à l’âge de 30 ans. De re­tour au Qué­bec, le Mon­tréa­lais d’ori­gine ita­lienne est de­ve­nu as­sis­tant-en­traî­neur des Tigres du Lac Saint-louis cette sai­son.

« J’ai pas­sé des an­nées in­croyable en Eu­rope. Je me suis fait beau­coup d’amis. C’est une ex­pé­rience que je ne vais ja­mais ou­blier. Après le ju­nior, je ne pen­sais ja­mais connaître une telle car­rière pro­fes­sion­nelle. J’ai été ca­pable de jouer long­temps, mais je sen­tais qu’il était temps de pas­ser à autre chose », a ex­pli­qué Cac­ciot­ti.

L’an­cien at­ta­quant dit se plaire dans sa nou­velle vie, lui qui est éga­le­ment de re­tour sur les bancs d’école pour de­ve­nir élec­tri­cien.

« Je ne vou­lais pas lâ­cher le hockey, c’est pour­quoi j’ai choi­si de m’im­pli­quer dans le coa­ching. Je donne mon temps aux jeunes. J’adore ça», a-t-il ra­con­té.

« Comme joueur, je n’étais pas le plus ta­len­tueux, mais je tra­vaillais fort et j’avais une bonne in­tel­li­gence du jeu. Je pense que je suis ca­pable d’ame­ner ces qua­li­tés dans le coa­ching. Je par­tage mon ex­pé­rience avec les jeunes pour les ai­der à s’amé­lio­rer et à at­teindre le pro­chain ni­veau. »

Mon­trant une fiche de 9-2-2 jus­qu’ici cette sai­son, les Tigres font par­tie des meilleures équipes au clas­se­ment de la Ligue d’ex­cel­lence du Qué­bec. « On a une très belle équipe. Le tra­vail d’équipe, c’est notre iden­ti­té. C’est ce qui nous a ame­né là où on est. On est bien par­ti, mais on n’a en­core rien ac­com­pli. On veut tout ga­gner, y com­pris les tour­nois comme ce­lui de Drum­mond­ville », a af­fir­mé Cac­ciot­ti.

UN SEN­TI­MENT SPÉ­CIAL

En dé­bar­quant au Centre Mar­cel-dionne, Ste­ven Cac­ciot­ti a aus­si­tôt été re­plon­gé dans de vieux sou­ve­nirs. Le choix de sixième ronde des Vol­ti­geurs en 2004 a dis­pu­té trois sai­sons et de­mie avec l’équipe avant d’être échan­gé aux Tigres de Vic­to­ria­ville en dé­cembre 2007, à l’âge de 20 ans.

« Ça fai­sait long­temps que je n’étais pas re­ve­nu à Drum­mond­ville. La ville a beau­coup chan­gé. Quand je suis ren­tré dans l’aré­na, j’avais un gros sou­rire aux lèvres. Pleins de bons sou­ve­nirs me sont re­ve­nus en tête. J’ai re­pen­sé à nos par­cours en sé­ries éli­mi­na­toires, mais aus­si à notre sai­son dif­fi­cile du­rant la­quelle j’ai été échan­gé. C’est peut-être cette adversité qui a per­mis à l’équipe de ga­gner la Coupe du Pré­sident l’an­née sui­vante», a re­la­té ce­lui qui a amas­sé 113 points en 198 matchs en car­rière dans l’uni­forme des Rouges, connais­sant ses meilleurs mo­ments au prin­temps 2007 avec une ré­colte de 15 points en 12 ren­contres.

«C’est un fee­ling spé­cial de re­ve­nir ici. J’ai re­vu des vi­sages que je n’avais pas vu de­puis dix ans. Ça m’a fait plai­sir. »

Grâce à un beau geste de l’or­ga­ni­sa­tion des Vol­ti­geurs, l’an­cien ca­pi­taine a eu la chance de vi­si­ter le ves­tiaire de l’équipe en com­pa­gnie de ses pro­té­gés. « C’est bien de pou­voir mon­trer aux jeunes là où j’ai joué. Quand je vais leur ra­con­ter des his­toires, ils au­ront main­te­nant en tête l’en­droit exact où je les ai vé­cues », a conclu Ste­ven Cac­ciot­ti.

(Photo Ghyslain Ber­ge­ron)

Ste­ven Cac­ciot­ti

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.