Quelques ex­traits...

L'Express - - IN MEMORIAM -

«Pen­dant que nous nous di­ri­gions vers notre table, mon père s’est em­pa­ré d’une co­pie du jour­nal lo­cal. La une de la pre­mière page se li­sait comme suit : BRIÈRE AU­RA DE GRANDS SOULIERS À CHAUSSER. Bien­ve­nue dans la LHJMQ ! En li­sant l’ar­ticle, je me suis ren­du compte que, sans le sa­voir, j’avais com­mis une sorte d’im­pair au cours de l’été. Peu après la conclu­sion de notre en­tente avec les Vol­ti­geurs, un em­ployé de l’équipe avait té­lé­pho­né à la mai­son pour me de­man­der quel nu­mé­ro j’avais l’in­ten­tion de por­ter.

- J’ai­me­rais avoir le 14.

Il y avait alors eu un si­lence au bout du fil. - Donne-moi quelques heures pour vé­ri­fier et je te rap­pelle, avait fi­na­le­ment ré­pon­du mon in­ter­lo­cu­teur.

Je n’avais pas com­pris ce qui ve­nait de se pas­ser. Mais tou­jours est-il qu’on m’avait rap­pe­lé un peu plus tard pour confir­mer que j’al­lais ef­fec­ti­ve­ment pou­voir por­ter le nu­mé­ro 14.

À la lec­ture du jour­nal, j’ai com­pris que le nu­mé­ro 14 ap­par­te­nait à nul autre que Ian La­per­rière, qui ve­nait tout juste de com­plé­ter un épous­tou­flant stage de quatre ans à Drum­mond­ville. [...] Il était une lé­gende aux yeux des par­ti­sans de l’équipe. L’au­teur de l’ar­ticle me trou­vait donc un peu ef­fron­té d’avoir de­man­dé à por­ter ce nu­mé­ro quelques se­maines après son dé­part !

Je me sen­tais mal. Je n’avais vou­lu man­quer de res­pect à per­sonne. Et je me de­man­dais s’il n’était pas pré­fé­rable de de­man­der aux di­ri­geants de l’équipe de me don­ner n’im­porte quel autre nu­mé­ro.

[...] Le temps a fi­na­le­ment bien fait les choses. Les nu­mé­ros des joueurs qui ont le plus mar­qué l’his­toire des Vol­ti­geurs ont été re­ti­rés et sont à ja­mais ac­cro­chés dans les

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.