«J’étais prêt à pas­ser à autre chose» - Mi­chaël Bour­ni­val

L'Hebdo du Saint-Maurice - - SPORTS - SA­MUEL DURANCEAU-CLOU­TIER re­dac­tion_­sha­wi­ni­gan@tc.tc

HO­CKEY. Après deux sai­sons où il n’a dis­pu­té que 61 ren­contres en rai­son de symp­tômes re­liés aux com­mo­tions cé­ré­brales, le Sha­wi­ni­ga­nais Mi­chaël Bour­ni­val tente de per­cer l’ali­gne­ment du Light­ning de Tam­pa Bay en Flo­ride. Même s’il est conscient que la tâche ne se­ra pas fa­cile, l’an­cien du bleu­blanc-rouge est heu­reux d’avoir une nou­velle chance de faire ses preuves.

En 2013, Mi­chaël Bour­ni­val a sur­pris tous les ex­perts en for­çant la main de la di­rec­tion des Ca­na­diens de Mon­tréal, une sai­son où il a amas­sé 14 points en 60 ren­contres. Par la suite, plu­sieurs épi­sodes de com­mo­tions cé­ré­brales ont li­mi­té son temps de glace, en­traî­nant même son ren­voi dans les mi­neures.

Le 1er juillet der­nier, l’an­cien ca­pi­taine des Ca­ta­ractes de Sha­wi­ni­gan n’a pas mis de temps à si­gner une en­tente d’un an à deux vo­lets avec le Light­ning de Tam­pa Bay. «Je n’ai pas été tel­le­ment sur­pris de ne pas re­si­gner à Mon­tréal, car de­puis deux ans, je jouais plus ou moins. Dans l’or­ga­ni­sa­tion, des joueurs pas­saient de­vant moi. J’étais prêt à pas­ser à autre chose. Mon but était de pou­voir jouer au ho­ckey et vivre mon rêve à nou­veau. C’est dom­mage ce qui s’est pas­sé. Le Light­ning était l’équipe la plus in­té­res­sée et avec mon agent, nous avons pris la dé­ci­sion d’al­ler de ce cô­té. C’est une or­ga­ni­sa­tion qui a plu­sieurs bons joueurs et je vais tout faire pour faire ma place. Je suis quel­qu’un qui aime les dé­fis. Je crois que peu im­porte où tu te re­trouves, c’est toi qui fait ta chance. Le che­min vers la Ligue na­tio­nale de ho­ckey n’est pas fa­cile et de­mande un tra­vail de tous les jours», a-t-il af­fir­mé.

DEUX AN­NÉES PLUS DIF­FI­CILES

cours des quatre der­niers mois. «L’été der­nier, j’ai Chose cer­taine, les com­mo­tions semblent dû ar­rê­ter une se­maine quelques fois. Cette an­née, choses du pas­sé pour ce­lui qui s’en­traîne de­puis j’ai fait mes choses nor­ma­le­ment et je me sens quelques an­nées à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Trois­comme je l’ai tou­jours été. Ma condi­tion phy­sique Ri­vières lors de la sai­son morte. «C’est chose du n’est pas com­pa­rable à celle de l’an der­nier. J’ai la pas­sé. J’ai eu un été nor­mal à l’en­traî­ne­ment et j’en chance de com­men­cer la sai­son en même temps suis très content. J’es­père que tout ça est der­rière que tout le monde cette an­née. Je m’en vais vrai­moi. J’ai tou­jours vou­lu al­ler au bout de mon rêve. ment à Tam­pa Bay avec la men­ta­li­té que je dois Lorsque j’étais bles­sé, je ne sa­vais pas où tout ça tout don­ner à chaque jour. J’ai dé­jà fait quelques al­lait tom­ber. Je n’ai ja­mais pen­sé aban­don­ner. camps. En même temps, je ne veux pas me mettre Dans ma tête, je n’étais pas prêt à tout lâ­cher. J’ai de pres­sion sup­plé­men­taire avec tout ça. Je suis tou­jours gar­dé es­poir». vrai­ment content d’avoir ma chance», a lan­cé ce­lui

Dans ces mo­ments dif­fi­ciles, le ho­ckeyeur de 24 qui a pu ap­prendre à connaître da­van­tage lesYan­ni ans a eu ten­dance igno­rer l’at­ten­tion por­tée à son Gourde, Ni­co­las Rio­pel, Cé­drick Pa­quette et Pier­reé­gard. «Plu­sieurs gens ont pris de mes nou­velles Luc Le­tour­neau-Le­blond du Light­ning au cours de l’été.par­mes­pa­rents,maisàun­mo­ment­don­né,j’étais tan­né d’en en­tendre par­ler. Lorsque je croi­sais S’il doit pas­ser par le Crunch de Sy­ra­cuse, qui quel­qu’un dans la rue, c’était la seule chose dont il se­ra di­ri­gé par l’an­cien des Olym­piques de me par­lait. J’ai eu ten­dance à m’iso­ler face à tout Ga­ti­neau Be­noit Groulx, Bour­ni­val vou­dra ob­te­nir ça», a avoué l’an­cien choix de troi­sième tour (71e) un rap­pel avec le grand club en cours de route, de l’Ava­lanche du Co­lo­ra­do en 2010. comme Yan­ni Gourde ou Jo­na­than Au­dyMar­ches­sault la sai­son der­nière. «Une sai­son, c’est long. Plu­sieurs choses peuvent se pas­ser et c’est rare qu’il n’y a pas de rap­pels. Dans les mi­neures, tu te bats tou­jours pour cette chance».

UNE FORME RESPLENDISSANTE

En com­pa­gnie de ses amis de longue date, le Sha­wi­ni­ga­nais s’est en­traî­né à plein ré­gime au

Le Sha­wi­ni­ga­nais s’est en­traî­né à plein ré­gime au cours des quatre der­niers mois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.