En route vers un cen­tième ma­ra­thon

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ANNONCES CLASSÉES - PA­TRICK VAILLANCOURT pa­trick.vaillancourt@tc.tc

SPORT. Ten­nis, ca­not, ski de fond, pé­tanque, et la course à pied ne sont que quelques sports pra­ti­qués par Ma­rio Gé­li­nas. À l’au­tomne 2018, il a l’ob­jec­tif de com­plé­ter un 100e ma­ra­thon.

L’homme de 59 ans, de Sha­wi­ni­gan, a pas­sé les 14 der­nières an­nées à La Tuque. Il a no­tam­ment lan­cé les 24 heures de ski de fond et de ra­quettes, et en 2009 il a été l’un des por­teurs du flam­beau olym­pique dans le cadre des Jeux olym­piques de Van­cou­ver en 2010.

Il y a quelques se­maines, M. Gé­li­nas a com­plé­té son 90e ma­ra­thon à ce­lui or­ga­ni­sé par les pom­piers de La­val. C’est en 1980 qu’il a com­plé­té son tout pre­mier ma­ra­thon.

«J’ai com­men­cé à faire un ma­ra­thon par an­née, puis deux. Après 20 ans, j’avais at­teint mon âge avec le nombre de ma­ra­thons ef­fec­tué. Au cours des cinq der­nières an­nées, j’ai pris les bou­chées doubles pour ar­ri­ver au chiffre de 100 ma­ra­thons. Je fais en­vi­ron neuf ma­ra­thons par an­née. Mais c’est cer­tain que le ren­de­ment baisse avec l’âge. Mais je ne me consi­dère pas comme un ath­lète émé­rite. Je cours pour mon plai­sir, pour l’éva­sion.»

On doit se trou­ver une pas­sion pour s’éva­der de la vie quo­ti­dienne et la mienne, c’est la course à pied»

Ayant tra­vaillé pen­dant plus de 30 ans en san­té men­tale, M. Gé­li­nas af­firme que la course à pied lui per­met de s’éva­der et de ré­soudre des pro­blèmes. «On doit se trou­ver une pas­sion pour s’éva­der de la vie quo­ti­dienne, et pour moi c’est la course à pied.»

Ma­rio Gé­li­nas a aus­si par­ti­ci­pé à une ving­taine de Clas­siques in­ter­na­tio­nales de ca­nots de la Mau­ri­cie. Le cé­lèbre Serge Cor­bin lui a d’ailleurs dé­jà don­né le sur­nom de Du­ra­cell.

«Je ne consi­dère pas mes per­for­mances comme un ac­com­plis­se­ment. Je n’ex­celle pas dans les sports que je fais. Mais je veux du­rer long­temps. Mar­cel Jo­bin est l’un de mes mo­dèles. Je veux cou­rir long­temps comme lui. Au­tant dans la course que lors d’une clas­sique de ca­nots, ça ne me dé­range pas d’ar­ri­ver der­nier. Par contre, com­plé­ter une épreuve pour moi est un ac­com­plis­se­ment. De toute fa­çon, ça se­rait dif­fi­cile d’al­ler plus vite, je connais mes ca­pa­ci­tés», ex­prime ce­lui qui court un ki­lo­mètre en six mi­nutes.

C’est à Bé­can­cour en 2018 que M. Gé­li­nas pro­jette de com­plé­ter son cen­tième ma­ra­thon. En­vi­ron une quin­zaine de per­sonnes a réa­li­sé l’ex­ploit au Ca­na­da. «C’est un ami à moi qui s’oc­cupe du ma­ra­thon de Bé­can­cour, c’est pour­quoi c’est ce­lui-là que j’ai choi­si pour at­teindre le chiffre 100. D’ailleurs, je me pro­mets d’avoir le dos­sard #100 pour cette course.»

(Pho­to TC Me­dia – Mi­chel Scar­pi­no)

Ma­rio Gé­li­nas.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.