En sé­cu­ri­té au Fes­ti­val Wes­tern de St-Tite ?

Une ac­tion concer­tée des dif­fé­rents in­ter­ve­nants

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - MY­RIAM LORTIE my­riam.lortie@tc.tc

SÉ­CU­RI­TÉ. À l’aube du 50e an­ni­ver­saire du Fes­ti­val Wes­tern de St-Tite, où plus de 600 000 vi­si­teurs sont at­ten­dus pen­dant une di­zaine de jours, le di­rec­teur gé­né­ral Pas­cal La­fre­nière se veut ras­su­rant quant à la sé­cu­ri­té des fes­ti­va­liers.

Quelques jours après l’at­ten­tat de Bar­ce­lone, en marge d’une confé­rence de presse dans les lo­caux du Fes­ti­val Wes­tern de St-Tite, le di­rec­teur gé­né­ral de l’évé­ne­ment Pas­cal La­fre­nière se vou­lait ras­su­rant.

Il a no­tam­ment rap­pe­lé que les me­sures de sé­cu­ri­té se sont in­ten­si­fiées dans les dix der­nières an­nées, no­tam­ment par une concer­ta­tion des dif­fé­rents in­ter­ve­nants, qu’il s’agisse du centre hos­pi­ta­lier du sec­teur Sha­wi­ni­gan-Sud, du CLSC, des pom­piers, des am­bu­lan­ciers, de la Croix-Rouge ou en­core du MAPAQ.

«Tous ceux qui ont un lien avec la sé­cu­ri­té se ren­contrent plu­sieurs fois par an­née. Nous avons peau­fi­né notre concer­ta­tion », in­dique le di­rec­teur gé­né­ral. Des si­mu­la­tions d’in­ci­dent avaient d’ailleurs lieu mar­di.

« Évi­dem­ment qu’à la suite de l’at­ten­tat de Bos­ton ou deNice, on n’a pas le choix. (…) On s’échange des pra­tiques d’af­faires aus­si, dans la me­sure du pos­sible. On re­çoit 600 000 vi­si­teurs, c’est un en­droit ou­vert, on ne peut pas avoir des portes d’en­trées à chaque ville pour sur­veiller qui entre », sou­lève Pas­cal La­fre­nière.

Le di­rec­teur gé­né­ral se fait tou­te­fois avare de com­men­taires con­cer­nant les me­sures ad­di­tion­nelles de sé­cu­ri­té par sou­ci, jus­te­ment, de sé­cu­ri­té. « On ne s’avance pas, on ne les pu­blie pas, mais on in­ves­tit tou­jours plus d’ar­gent dans la sé­cu­ri­té. On a tou­jours un peu plus d’ou­tils, des me­sures sup­plé­men­taires, des res­sources sup­plé­men­taires », dit-il.

L’an der­nier, des vé­hi­cules d’ur­gence ser­vaient d’en­trave aux vé­hi­cules po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux à l’en­trée des rues qui me­naient au dé­fi­lé. « Ce sont des me­sures dé­jà en place, on va conti­nuer dans ce sens-là. »

Le di­rec­teur gé­né­ral rap­pelle que les l’évé­ne­ment se veut pro­fes­sion­nel, sécuritaire et plai­sant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.