Luc Bel­le­rive rem­porte un im­por­tant tour­noi de po­ker

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - PA­TRICK VAILLAN­COURT pa­trick.vaillan­court@tc.tc

PO­KER. Le Sha­wi­ni­ga­nais Luc Bel­le­rive, l’un des fon­da­teurs du Trou du diable, a rem­por­té la se­maine der­nière un tour­noi or­ga­ni­sé par Par­ty Po­ker à Kah­na­wake, le CPPT World cup of cards ain­si que la bourse de 98 000 $ qui s’y rat­tache.

Luc Bel­le­rive a été as­sis à une table du sa­me­di au lun­di pen­dant plus de 30 heures afin de de­ve­nir cham­pion du tour­noi qui comp­tait 191 joueurs au dé­part. Le tour­noi se jouait sous la forme du Texas Hold’em sans li­mites.

Au cours de la jour­née de lun­di, il s’agis­sait de la table fi­nale à 8 joueurs et le Sha­wi­ni­ga­nais était alors le me­neur en je­tons. Le coût d’en­trée à ce tour­noi était de 1650 $.

Lors de la main ga­gnante lors du face à face contre Tam Ho, Luc pos­sé­dait une paire de 4 alors que son ad­ver­saire était ar­mé d’une paire de dames. Lors du flop, un 4 a été dé­cou­vert, ce qui a per­mis au Sha­wi­ni­ga­nais de s’en­ri­chir de 98 000 $. « La chance est tom­bée au bon mo­ment. Je n’y croyais pas ! C’est vrai­ment un bel ac­com­plis­se­ment pour moi. Par contre, j’étais vrai­ment fa­ti­gué, un tour­noi du genre c’est un ma­ra­thon pour le cer­veau. »

Luc Bel­le­rive a com­men­cé à jouer au po­ker il y a 10 ans, et plu­sieurs de ses amis sont des joueurs pro­fes­sion­nels. « C’est cer­tain que ça per­mit de re­haus­ser mon ni­veau de jeu de les cô­toyer. Je vais chaque an­née à Las Ve­gas pour faire des tour­nois, mais je n’ai ja­mais par­ti­ci­pé à l’évé­ne­ment prin­ci­pal. Ça se­ra mon ob­jec­tif pour l’an pro­chain. »

Lors de la pre­mière jour­née du tour­noi sa­me­di, les par­ti­ci­pants com­men­çaient avec 30 000 je­tons. À la mi-jour­née, Luc se re­trou­vait avec 80 000 je­tons. Après quelques mau­vaises mains, il a fi­na­le­ment ter­mi­né la jour­née de 12 heures de jeu avec 33 000 je­tons.

«Au dé­but de la deuxième jour­née di­manche, j’étais le par­ti­ci­pant avec le moins de je­tons sur 43. Au terme de la jour­née, j’ai fi­ni en étant le me­neur. Nous avons com­men­cé la table fi­nale à 10 joueurs di­manche soir. Puis au dé­but de la troi­sième jour­née lun­di, nous étions 8 à la table fi­nale. Comme j’étais le me­neur et que plu­sieurs joueurs n’avaient pas beau­coup de je­tons, ma stra­té­gie était de re­lan­cer. Je re­lan­çais en­vi­ron sur 80% des mains. J’étais agres­sif au maxi­mum. Lorsque nous nous sommes re­trou­vés trois, ça du­ré vrai­ment long­temps. Quand on est ar­ri­vé en tête-à-tête Tam Ho et moi, il m’a de­man­dé de sé­pa­rer les gains comme on avait pra­ti­que­ment le même nombre de je­tons. J’ai re­fu­sé. Je sa­vais que ça pou­vait être la seule fois de ma vie que je pou­vais rem­por­ter un tour­noi de cette am­pleur », ra­conte-t-il.

C’est en re­tour­nant vers Sha­wi­ni­gan lun­di soir que Luc s’est aper­çu que plu­sieurs per­sonnes avaient sui­vi ses ex­ploits sur le web. « Mon té­lé­phone son­nait de par­tout!»

(Pho­to gra­cieu­se­té world­cu­pof­cards.com)

Luc Bel­le­rive.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.