Quand le fes­ti­val tisse des liens

Un heu­reux ha­sard à sa­veur coun­try

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - MY­RIAM LOR­TIE my­riam.lor­tie@tc.tc

REN­CONTRE. Un heu­reux ha­sard a réuni Syl­vie Cham­pagne et Syl­vie Le­mieux il y a de ce­la 23 ans, alors que l’une louait un em­pla­ce­ment de cam­ping à l’autre sur son propre ter­rain lors du Fes­ti­val Wes­tern de St-Tite. Les deux femmes ne se dou­taient pas qu’elles tis­se­raient des liens d’ami­tié aus­si forts… en plus de se dé­cou­vrir des liens de pa­ren­té !

Les deux femmes n’ont pas su tout de suite qu’elles étaient de la même fa­mille, l’une ha­bi­tant Saint-Tite et l’autre Sainte-Barbe, près de Val­ley­field. Elles se sont connues lors du Fes­ti­val Wes­tern de St-Tite, pen­dant le­quel Syl­vie Cham­pagne, comme plu­sieurs autres ré­si­dents de Saint-Tite, hé­berge des cam­peurs.

Dès la pre­mière an­née, les deux femmes se sont liées d’ami­tié. « Je l’ap­pe­lais ma pe­tite soeur cos­mique parce que je trou­vais qu’on avait beau­coup de points en com­mun », ex­plique-t-elle. D’an­nées en an­nées, elles étaient heu­reuses de se re­trou­ver à l’ar­ri­vée du fes­ti­val.

« Chaque fois qu’elle re­par­tait d’ici on pleu­rait. On trou­vait ça dif­fi­cile d’at­tendre en­core un an avant de se re­voir parce que nous avions tis­sé des liens ser­rés », pour­suit Syl­vie Cham­pagne. « Nous avons com­men­cé à nous ap­pe­ler, à nous en­voyer des mes­sages texte et à s’écrire sur In­ter­net et même à voya­ger en­semble. »

DE LA MÊME FA­MILLE

Quelques an­nées après leur ren­contre, les deux femmes ont dé­cou­vert un lien par­ti­cu­lier qui les unis­sait.

« En pre­nant un ca­fé un soir dans sa rou­lotte, Syl­vie a com­men­cé à me par­ler de sa fa­mille Ba­ro­let à Trois-Ri­vières. C’est un nom as­sez peu com­mun… et ma grand-mère était une Ba­ro­let », re­late-t-elle. Quelques vé­ri­fi­ca­tions plus tard, ils se sont ren­du compte que la grand-mère de Syl­vie Cham­pagne et le grand-père de Syl­vie Le­mieux étaient… frères et soeurs.

« Nous avons beau­coup de points en com­mun, nous avons les mêmes goûts », ap­puie Syl­vie Le­mieux. « Nous avons éle­vé par la même fa­mille, ça doit être pour ça qu’on se re­joint. »

De­puis, elles n’ont ja­mais bri­sé ce lien qui les unit et le fes­ti­val est un mo­ment de réunion pri­vi­lé­gié pour elles et leurs conjoints. Même leurs quatre en­fants se sont liés d’ami­tié, ce qui crée de joyeuses re­trou­vailles chaque an­née. « On aime se re­trou­ver, c’est tou­jours aus­si in­tense qu’au dé­but. »

OU­VRIR SES PORTES AUX FES­TI­VA­LIERS

Beau­coup de ré­si­dents de Saint-Tite ac­cueillent des fes­ti­va­liers de­puis de nom­breuses an­nées, que ce soit en leur louant un es­pace de cam­ping à même leur ter­rain ou en­core en leur of­frant une chambre dans leur mai­son. Au fil des ans, des tra­di­tions se pour­suivent et des ami­tiés se créent.

Syl­vie Cham­pagne aime d’ailleurs re­ce­voir en grand, en of­frant no­tam­ment le pe­tit dé­jeu­ner aux cham­breurs. « J’ai tou­jours été éle­vée dans un com­merce. Ça me man­quait d’avoir des gens près de moi », confie-t-elle. « Ça crée des liens pour tout le monde, c’est cer­tain ! »

« Syl­vie prend très soin des gens qu’elle ac­cueille chez elle. Elle est très cha­leu­reuse et ac­cueillante », pour­suit Syl­vie Le­mieux. « On a tou­jours hâte d’ar­ri­ver pour voir tout le monde ! »

(Pho­to TC Media – My­riam Lor­tie)

Syl­vie Cham­pagne et Syl­vie Le­mieux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.