Fes­ti­val Wes­tern: des re­tom­bées pour l’édu­ca­tion

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - PA­TRICK VAILLAN­COURT pa­trick.vaillan­court@tc.tc

FES­TI­VAL. De­puis main­te­nant 50 ans, le pe­tit vil­lage de Saint-Tite se trans­forme pen­dant deux se­maines en sep­tembre. Saint-Tite de­vient wes­tern… et l’école se­con­daire Paul-Le Jeune aus­si.

Le per­son­nel en­sei­gnant et les élèves mettent la main à la pâte afin que l’école Paul-Le Jeune puisse aus­si pro­fi­ter des re­tom­bées du Fes­ti­val Wes­tern.

De­puis main­te­nant 30 ans, le ter­rain de l’école se­con­daire est trans­for­mé pour of­frir des ter­rains de cam­ping aux vi­si­teurs. « Pour une pre­mière an­née, notre cam­ping af­fiche com­plet. Nos 600 ter­rains sont loués. Comme nou­veau­té cette an­née, nous of­frons le Wi-Fi à nos vi­si­teurs à la gran­deur du ter­rain », in­dique De­nis Bou­ras­sa, co­or­don­na­teur du cam­ping et en­sei­gnant à l’école de­puis 27 ans.

En plus du cam­ping, une équipe de jeunes ra­masse les bou­teilles aux Grandes es­trades après chaque ac­ti­vi­té. De plus, le co­mi­té à l’école af­fec­té à l’or­ga­ni­sa­tion pen­dant le fes­ti­val tient un sta­tion­ne­ment et les fonds ap­par­tiennent à l’école. Il y a aus­si des rou­lottes com­mer­ciales qui sont dis­po­sées sur le ter­rain de l’école, alors les frais de lo­ca­tion re­viennent à l’ins­ti­tu­tion d’édu­ca­tion.

Il s’agit de mil­liers de dol­lars en re­tom­bées éco­no­miques pour l’école Paul-Le Jeune. L’an­née der­nière, tous les or­di­na­teurs du lo­cal in­for­ma­tique ont pu être rem­pla­cés. De nou­veaux ins­tru­ments mu­si­caux peuvent être ache­tés. De plus, l’ar­gent re­cueilli per­met aux élèves de se­con­daire 2 jus­qu’au se­con­daire 5, de réa­li­ser leur voyage de fin d’an­née. Le Club plein air pro­fite aus­si des re­tom­bées, tout comme le pro­gramme en adap­ta­tion sco­laire, les ac­ti­vi­tés so­ciales, et les frais d’ins­crip­tion sont ré­duits pour les équipes spor­tives.

« En­vi­ron 80 % des membres du per­son­nel s’im­plique. Nous avons deux jour­nées pé­da­go­giques les ven­dre­dis pen­dant le fes­ti­val, et les pro­fes­seurs peuvent faire leur jour­née en se pré­sen­tant sur le ter­rain. La di­rec­tion est tou­jours pré­sente lors de nos réunions de co­mi­té, et nous avons une belle col­la­bo­ra­tion. Nous avons tour­né les in­con­vé­nients du fes­ti­val en avan­tage pour nous. Chaque dol­lar qu’on peut al­ler cher­cher, on y met l’ef­fort, parce que les re­tom­bées sont toutes pour les élèves », ajoute M. Bou­ras­sa.

Et comment les jeunes ré­agissent-ils pen­dant le fes­ti­val ? « Les jeunes ont été éle­vés dans la culture du fes­ti­val wes­tern. La plu­part tra­vaillent dans un kiosque ou pour un membre de la fa­mille. À Paul-Le Jeune, nous avons deux ren­trées sco­laires : celle tout juste avant le fes­ti­val, et celle après. Dans le fond, c’est comme si notre école avait ga­gné à la lo­to ga­gnant à vie ! », ex­prime le co­or­don­na­teur du cam­ping de l’école.

Ce der­nier rap­pelle qu’au­cune ins­tal­la­tion pour les élèves qui est sa­cri­fiée au pro­fit des ins­tal­la­tions pour le fes­ti­val wes­tern.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

De gauche à droite : Sté­phane Dro­let (res­pon­sable des in­fra­struc­tures), Lu­cie Beau­pré (tré­so­rière), Jo­sée Gi­gnac (res­pon­sable des ré­ser­va­tions), Ma­rie-Jo­sée Le­page (di­rec­trice ad­jointe de l’école), De­nis Bou­ras­sa (co­or­don­na­teur).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.