Pour la res­tau­ra­tion de la pro­me­nade du Saint-Mau­rice

Pa­trice Bol­duc sou­haite qu’elle soit ins­crite au pa­tri­moine bâ­ti de la Ville

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - PA­TRICK VAILLAN­COURT pa­trick.vaillan­court@tc.tc

IN­FRA­STRUC­TURE. Sou­cieux de la pré­ser­va­tion de la ri­chesse pa­tri­mo­niale de Sha­wi­ni­gan, Pa­trice Bol­duc a ef­fec­tué une de­mande de pro­po­si­tion de clas­se­ment afin que la pro­me­nade du Saint-Mau­rice soit in­cluse dans le pa­tri­moine bâ­ti de la mu­ni­ci­pa­li­té. Une re­quête re­fu­sée par le mi­nis­tère de la Culture et des Com­mu­ni­ca­tions du Qué­bec.

C’est au dé­but de l’an­née 2016 que le Sha­wi­ni­ga­nais a adres­sé sa de­mande au mi­nis­tère. Il a re­çu la ré­ponse du re­fus le 23 fé­vrier 2017.

En avril der­nier, M. Bol­duc a réa­li­sé une de­mande d’ac­cès à l’in­for­ma­tion au­près du mi­nis­tère afin d’ob­te­nir le rap­port d’ana­lyse et de re­com­man­da­tion du co­mi­té d’ap­pui aux dos­siers en pa­tri­moine. Dans la cor­res­pon­dance, on peut lire : « La di­rec­trice de la Mau­ri­cie, de l’Es­trie et du Centre-du-Qué­bec a con­tac­té le maire de Sha­wi­ni­gan afin de connaître son in­té­rêt pour la pré­ser­va­tion de la pro­me­nade Saint-Mau­rice. Ce der­nier, bien qu’il consi­dère cet amé­na­ge­ment ur­bain comme ayant un in­té­rêt, ne s’est pas mon­tré en faveur d’un clas­se­ment. »

500 SI­GNA­TURES

De­puis près d’un mois, Pa­trice Bol­duc se rend sur la pro­me­nade du Saint-Mau­rice et dis­pose des pan­neaux d’in­for­ma­tions avec pho­tos mon­trant la dé­cré­pi­tude de la ba­lus­trade le long de la pro­me­nade. Une pé­ti­tion a aus­si été créée et près de 500 per­sonnes l’ont si­gnée. La pé­ti­tion de­mande que la Ville ins­crive la pro­me­nade dans son in­ven­taire du pa­tri­moine bâ­ti ; que la Ville cite la pro­me­nade en ver­tu de la Loi sur le pa­tri­moine cultu­rel ; que la Ville mette en oeuvre un pro­gramme d’en­tre­tien pé­rio­dique et un plan de res­tau­ra­tion com­plet de la pro­me­nade; et que la Ville oeuvre à conser­ver l’in­té­gri­té du pay­sage sur le­quel donne la pro­me­nade.

Lors de la der­nière as­sem­blée pu­blique, Pa­trice Bol­duc est in­ter­ve­nu à la pé­riode de ques­tions afin de sa­voir pour­quoi le maire Mi­chel An­gers ne sou­te­nait pas sa dé­marche. « Nous avons un co­mi­té du pa­tri­moine à la Ville, et la re­com­man­da­tion n’a pas été d’ac­cep­ter la de­mande de clas­se­ment. Per­son­nel­le­ment, je ne me rap­pelle pas des mo­tifs en­tou­rant cette dé­ci­sion. Mais la res­tau­ra­tion de la pro­me­nade fait par­tie de notre plan de match. Nous avons dé­jà ré­pa­ré cer­tains élé­ments comme des po­teaux, etc. Mais il y a tou­jours des coûts im­por­tants de re­liés à ça. Un des élé­ments im­por­tants à ve­nir se­ra de pré­ser­ver la bande ri­ve­raine et ce sont des tra­vaux très cou­teux. Le fond de ter­rain ap­par­tient à Hy­dro-Qué­bec et c’est la so­cié­té d’État qui est res­pon­sable des berges. Alors des dis­cus­sions de­vront être en­clen­chées avec Hy­dro-Qué­bec », a fait va­loir le maire An­gers lors de l’as­sem­blée pu­blique du con­seil mu­ni­ci­pal de mar­di der­nier.

RÉ­PA­RA­TIONS DOU­TEUSES

« Plu­sieurs tou­ristes viennent se pro­me­ner le long de la ri­vière et beau­coup de ci­toyens. Il y a des en­droits où l’ar­ma­ture est à dé­cou­vert, c’est dan­ge­reux. Je suis ori­gi­naire de Sha­wi­ni­gan, mais j’ai de­meu­ré à Mon­tréal. Quand je suis re­ve­nu ici il y a trois ans je n’en re­ve­nais pas de voir l’état de la ba­lus­trade. Il y a eu quelques ré­pa­ra­tions, mais elles sont sou­vent mal réa­li­sées. Par exemple, une poutre de bé­ton ins­tal­lée l’an der­nier com­mence dé­jà à cra­quer parce qu’elle n’est pas bien sup­por­tée par les ba­lustres », ajoute M. Bol­duc.

Ce der­nier voit d’un bon oeil la cor­po­ra­tion qui tend à être for­mée pour le parc de la ri­vière Grand-Mère par un groupe de ci­toyens. « On pour­rait peut-être for­mer un groupe pour tous les parcs ri­ve­rains », ajoute-t-il.

Le di­rec­teur des com­mu­ni­ca­tions de la Ville de Sha­wi­ni­gan Fran­çois St-Onge a pré­ci­sé que la Ville ci­blait plu­tôt les im­meubles pour être in­cluse dans le pa­tri­moine plu­tôt que de l’amé­na­ge­ment ur­bain. « La pro­me­nade est une si­gna­ture vi­suelle im­por­tante pour Sha­wi­ni­gan et on consi­dère que c’est im­por­tant d’y in­ves­tir des mon­tants, comme plus de 100 000 $ il y a deux ans, mais on a aus­si des be­soins à la gran­deur de la ville qui sont énormes. On aime mieux ci­ter des bâ­ti­ments pour les­quels on peut être ad­mis­sible à des pro­grammes de sub­ven­tions. Ce n’est pas parce qu’on ne re­com­mande pas un clas­se­ment qu’on ne trouve pas ça im­por­tant. On aime ça quand il y a des ci­toyens qui se pro­noncent et qui re­con­naissent l’im­por­tance d’un sec­teur. Qu’un ci­toyen rap­pelle à la Ville de prendre soin de la pro­me­nade, on re­çoit ça d’un bon oeil. »

(Pho­to TC Media – Pa­trick Vaillan­court)

Pa­trice Bol­duc vou­drait que la Ville in­ves­tisse da­van­tage dans la pré­ser­va­tion de la pro­me­nade du Saint-Mau­rice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.