Du pot ? Non, du chanvre bio­lo­gique

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - BERNARD LE­PAGE bernard.le­page@tc.tc

CULTURE. Si vous avez cir­cu­lé cet été sur le Che­min de la Val­lée du Parc, à l’in­ter­sec­tion du Che­min des Pom­miers, peut-être avez-vous été in­tri­gué par un vaste champ gar­ni de plants res­sem­blant à de la ma­ri­jua­na.

En fait, Alain Sig­men y a plu­tôt culti­vé du chanvre sur une su­per­fi­cie de 40 hec­tares, une culture en­core as­sez peu connue mais qui se dé­ve­loppe de plus en plus. « Ça fait une quin­zaine d’an­nées que c’est ar­ri­vé au Qué­bec mais ma pro­duc­tion a la par­ti­cu­la­ri­té d’être bio », ex­plique l’agri­cul­teur.

Le plant de chanvre res­semble à deux gouttes d’eau à son cou­sin can­na­bis à la dif­fé­rence que son taux de THC – qui pro­cure l’ef­fet eu­pho­ri­sant re­cher­ché par le consom­ma­teur de pot - est qua­si nulle. Avant que le gou­ver­ne­ment n’en in­ter­dise la culture dans les an­nées 1930 (elle a de nou­veau été au­to­ri­sée au Ca­na­da en 1998) dans le cadre de la lutte à la drogue, le chanvre était culti­vé pour sa fibre.

De son cô­té, Alain Sig­men a dé­mar­ré cette pro­duc­tion pour une pre­mière fois cet été afin de ré­col­ter les graines des plants fe­melles. L’huile qu’on en ex­trai­ra est uti­li­sé par les in­dus­tries phar­ma­ceu­tique pour son pou­voir hy­dra­tant ; et ali­men­taire pour son conte­nu riche en omé­ga-3.

Les plants de chanvre des­ti­nés à la ré­colte des graines sont plus courts (en­vi­ron 6 pieds) que ceux des­ti­nés à la fibre qui peuvent at­teindre le double de taille. Les se­mences ont été plan­tées au dé­but du mois de juin et la ré­colte a eu lieu au dé­but du mois de sep­tembre. Parce qu’il est à 100 % bio, Alain Sig­men a lais­sé la base des tiges de­bout afin qu’elle se dé­com­pose d’elle-même dans les pro­chains mois et en­ri­chisse le sol en com­post.

Évi­dem­ment, une telle culture res­sem­blant à s’y mé­prendre à un champ de pot a at­ti­ré la cu­rio­si­té de quelques adeptes des pa­ra­dis ar­ti­fi­ciels… même si le tout se re­trouve juste à cô­té d’une route pas­sante. « À quelques en­droits, on voit que des gens ont pas­sé dans le champ mais je pense que les vrais connais­seurs savent que ce n’est pas de la ma­ri­jua­na. »

Et le prix qu’en ré­col­te­ra l’agri­cul­teur se­ra aus­si moins payant que si ce­la avait été du can­na­bis. Alors que les au­to­ri­tés po­li­cières es­timent qu’un seul plant de pot peut va­loir 1000$ sur le mar­ché noir, c’est en­vi­ron 4000 $ la tonne que sou­haite ti­rer Alain Sig­men de sa ré­colte. « J’es­père une pro­duc­tion d’une tonne à l’hec­tare, pré­cise-t-il. Étant don­né que la culture du chanvre se dé­ve­loppe, il y a de plus en plus d’ache­teurs et ça, c’est bon pour les prix », ter­mine-t-il.

Alain Sig­men au mi­lieu de son champ… de chanvre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.