Le re­pê­chage à Sha­wi­ni­gan pour une deuxième an­née

Ligue de ba­se­ball ma­jeur du Qué­bec (LBMQ)

L'Hebdo du Saint-Maurice - - SPORTS - PA­TRICK VAILLAN­COURT pa­trick.vaillan­court@tc.tc

BA­SE­BALL. La pous­sière est main­te­nant re­tom­bée pour les Cas­cades de Sha­wi­ni­gan qui ont été éli­mi­nées à la fin du mois d’août lors de la ronde pré­li­mi­naire des sé­ries éli­mi­na­toires de la Ligue de ba­se­ball ma­jeur du Qué­bec (LBMQ) contre le Royal de St-Jé­rôme.

Même si la dé­cep­tion était pré­sente au sein de l’équipe suite à l’éli­mi­na­tion, le di­rec­teur gé­né­ral Erak­lis Tza­vel­las note une pro­gres­sion de l’équipe de­puis son ar­ri­vée dans la LBMQ.

« Je ne cache pas qu’on était dé­çu. On es­pé­rait pas­ser la pre­mière ronde pré­li­mi­naire. Les par­ties contre St-Jé­rôme avaient été ser­rées au cours de la sai­son ré­gu­lière. Je consi­dère que nous nous sommes bat­tus nous-mêmes. Nous avons man­qué d’op­por­tu­nisme. Tou­te­fois, ce qui est po­si­tif, c’est que l’équipe pré­sente une pro­gres­sion sai­son après sai­son de­puis notre ar­ri­vée dans la ligue il y a trois ans », ex­plique le di­rec­teur gé­né­ral.

Les Cas­cades ont vu une lé­gère baisse de l’as­sis­tance cette sai­son. « On a re­mar­qué une baisse, mais se­lon moi c’est lié avec de mau­vaises per­for­mances que nous avons connues à do­mi­cile. Quand une équipe gagne à la mai­son, ça at­tire plus les foules peu im­porte le sport », sou­tient M. Tza­vel­las.

Pour une deuxième an­née consé­cu­tive, le re­pê­chage de la LBMQ ain­si que la soi­rée de ga­la se dé­rou­le­ront à Sha­wi­ni­gan le 28 oc­tobre. Le pré­sident de l’équipe Alain Bou­cher est très em­bal­lé de pré­sen­ter ces deux évé­ne­ments à nou­veau à Sha­wi­ni­gan. « On est très heu­reux de faire ce­ci dans notre ville. C’est la ré­com­pense de nos ef­forts des 3 der­nières an­nées. Nous sommes dé­jà en pré­pa­ra­tion pour la sai­son 2018 ».

Est-ce que le di­rec­teur gé­né­ral au­ra une stra­té­gie pré­cise lors du re­pê­chage ? « On tente de re­pê­cher le meilleur joueur dis­po­nible, et si pos­sible que le joueur soit de la ré­gion. À tout le moins, on s’as­sure que le joueur veut ve­nir à Sha­wi­ni­gan. Les lan­ceurs sont im­por­tants comme l’ex­pres­sion an­glaise l’in­dique : « Name of the game is pit­ching ». Nous al­lons re­gar­der aus­si pour un joueur de champ ex­té­rieur. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.