Mi­chel An­gers veut construire l’ave­nir main­te­nant

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - PATRICK VAILLAN­COURT patrick.vaillan­court@tc.tc

PO­LI­TIQUE. C’est dans un Fi­lo­zen café bon­dé au sec­teur Grand-Mère ven­dre­di en fin de jour­née que le maire sor­tant de Sha­wi­ni­gan Mi­chel An­gers a lan­cé sa troi­sième cam­pagne élec­to­rale ayant pour thème Construire l’ave­nir main­te­nant.

Lors de son al­lo­cu­tion, M. An­gers a réa­li­sé le bi­lan de ses quatre der­nières an­nées à la mai­rie et in­di­quant que ses pers­pec­tives pour les quatre pro­chaines se­ront an­non­cées bien­tôt.

Au coeur de son bi­lan, Mi­chel An­gers a dé­si­gné le pro­jet d’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau po­table comme étant la ba­taille de sa vie. « Nous avons fait beau­coup plus de che­min que je l’avais ima­gi­né il y a 8 ans. Mon thème est Construire l’ave­nir main­te­nant, et c’est vrai­ment l’im­pres­sion que c’est ce que j’ai fait de­puis 8 ans, et c’est ce que je vais conti­nuer à faire. Le plus im­por­tant, c’était l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau po­table. La mi­nistre Bou­let l’a dit et elle avait rai­son, ça été la ba­taille de ma vie. »

Des réa­li­sa­tions comme le pro­jet d’as­sai­nis­se­ment des eaux usées et égouts du lac à la Tor­tue, la ré­fec­tion de l’ave­nue de la Sta­tion, de la 5e Rue de la Pointe, de l’ave­nue de Grand-Mère, et du via­duc Saint-Marc ne sont pas pas­sés sous si­lence.

Suite aux études et aux ana­lyses ef­fec­tuées par la Ville, M. An­gers a pré­sen­té des chiffres im­por­tants. « Outre les tra­vaux qui ont été faits, si on veut mettre à ni­veau les in­fra­struc­tures d’aque­ducs et d’égouts à Sha­wi­ni­gan, c’est un mon­tant de 630 M$ qu’on de­vrait in­ves­tir, et plus d’un mil­liard de dol­lars avec l’as­phalte. C’est im­pos­sible ! On de­vrait mettre 30 M$ pen­dant 30 ans. On va y al­ler au fur et à me­sure. Une in­fra­struc­ture qui s’écrase ça coûte le double. C’est pour­quoi, pour une rai­son de sé­cu­ri­té, on a pris la dé­ci­sion de faire les tra­vaux sur le via­duc Saint-Marc qui me­na­çait de s’écrou­ler. »

LA DETTE

Le maire sor­tant a mis en pers­pec­tive le chiffre de la dette de 172 M$, en in­di­quant que le vrai chiffre est de 131,3 M$. « Les gens ou­blient d’en­le­ver les sub­ven­tions gou­ver­ne­men­tales au chiffre de la dette. On est dans un pro­ces­sus de ré­duc­tion de la dette avec des em­prunts de 16 M$ par an­née maxi­mum. En 8 ans, on est al­lé cher­cher 158 M$ en sub­ven­tion. Est-ce qu’on laisse pas­ser une oc­ca­sion d’ob­te­nir une sub­ven­tion ? »

AUTRES RÉA­LI­SA­TIONS

Mi­chel An­gers est aus­si re­ve­nu sur le pro­jet de la ma­ri­na de Grand-Mère, l’har­mo­ni­sa­tion des noms de rue « qui de­vait être faite », sur la re­con­ver­sion éco­no­mique de la Ville suite à la fer­me­ture de trois usines im­por­tantes, la ve­nue de CGI, Ne­mas­ka Li­thium, et le nombre d’en­tre­prises in­cluses dans le Centre d’en­tre­pre­neu­riat.

« Au cours des quatre der­nières an­nées, je me suis em­ployé à être par­tout. Je ne manque à peu près rien, et j’ai l’in­ten­tion de faire la même chose pour les quatre pro­chaines an­nées. Ma fa­mille écope, mais c’est le prix à payer pour sa­voir ce qui se passe sur le ter­rain », évoque-t-il.

LA COM­PA­RAI­SON

Quel com­pa­ra­tif le pre­mier ma­gis­trat peut-il faire entre le pre­mier et le se­cond man­dat ? « J’ai été plus per­for­mant lors du deuxième man­dat en ayant des contacts éta­blis. Le pre­mier man­dat re­po­sait sur­tout sur le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance. »

Est-ce que M. An­gers vou­drait chan­ger cer­taines er­reurs com­mises ? « Ça été une ques­tion d’ex­pé­rience, mais d’être plus pru­dent avec des in­ves­tis­seurs ex­ternes comme les Ri­ma et Fer­ro At­lan­ti­ca de ce monde, et avec tous ces gens qui n’ont pas les mêmes règles d’éthique que nous. J’ai ap­pris à être ex­trê­me­ment mé­fiant. On tra­vaille sur de gros pro­jets, et on la joue de fa­çon beau­coup plus ser­rée. »

En guise de conclu­sion, M. An­gers a ci­té Pierre Fa­lar­deau : « On va tou­jours trop loin pour ceux qui ne vont nulle part. »

Mi­chel An­gers sol­li­cite un troi­sième man­dat à la mai­rie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.