De re­tour à leur mai­rie res­pec­tive!

An­dré Le­veillé reste à Saint-Tite, Mi­chel Gros­leau re­tourne à Saint-Pros­per

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - MY­RIAM LORTIE my­riam­lor­tie@tc.tc

PO­LI­TIQUE. Re­vi­re­ments de si­tua­tion ro­cam­bo­lesques dans le monde po­li­tique mu­ni­ci­pal de la ré­gion. Après avoir an­non­cé le contraire, An­dré Lé­veillé est de re­tour dans la course à la mai­rie de Saint-Tite alors que Mi­chel Gros­leau, qui vou­lait lui suc­cé­der, dé­po­se­ra fi­na­le­ment sa can­di­da­ture… à Saint-Pros­per, où il est maire de­puis 15 ans.

Après avoir an­non­cé mer­cre­di der­nier qu’il sou­hai­tait se re­ti­rer de la mai­rie de Saint-Tite pour pas­ser le flam­beau à l’ac­tuel maire de Saint-Pros­per, An­dré Lé­veillé sol­li­ci­te­ra fi­na­le­ment un troi­sième man­dat lors des élec­tions mu­ni­ci­pales du 5 no­vembre pro­chain.

Mi­chel Gros­leau, qui de­vait de son cô­té quit­ter sa mu­ni­ci­pa­li­té pour bri­guer la mai­rie de Saint-Tite, d’où il est ori­gi­naire, dé­po­se­ra, fi­na­le­ment, sa can­di­da­ture à la mai­rie de Saint-Pros­per.

UN IM­POR­TANT DÉ­TAIL

« À l’oc­ca­sion du congrès de la Fé­dé­ra­tion qué­bé­coise des mu­ni­ci­pa­li­tés (28, 29 et 30 sep­tembre), nous avons pu échan­ger avec nos col­lègues et les avo­cats sur place. La loi pré­cise que même si je suis na­tif de Saint-Tite, même si je pos­sède une ré­si­dence dans la mu­ni­ci­pa­li­té, je ne peux m’y pré­sen­ter comme élu parce que je n’y ha­bite pas de fa­çon conti­nue ou non de­puis au moins les 12 der­niers mois », ex­plique Mi­chel Gros­leau, maire sor­tant de Saint-Pros­per.

Or, dans ces condi­tions, M. Gros­leau es­time qu’il a le de­voir de pour­suivre le tra­vail à Saint-Pros­per. « J’ai agi de bonne foi et en toute trans­pa­rence. Je pense que les ci­toyens de Saint-Pros­per le com­pren­dront et qu’ils ju­ge­ront utile que je me re­pré­sente à la mai­rie pour conti­nuer de les ser­vir », in­dique-t-il.

Il di­sait avoir le sen­ti­ment de lais­ser sa mu­ni­ci­pa­li­té entre bonnes mains, sa­chant qu’une re­lève de­vrait dé­po­ser sous peu sa can­di­da­ture à la mai­rie.

RE­TRAITE RE­POUS­SÉE

De son cô­té, le maire sor­tant de Saint-Tite, An­dré Lé­veillé, en­tend re­pous­ser sa re­traite et pour­suivre sa mis­sion au­près de ses conci­toyens. À 74 ans, il se di­sait prêt à pas­ser le flam­beau à M. Gros­leau pour di­mi­nuer la ca­dence. Voyant que ce der­nier re­tour­ne­rait fi­na­le­ment à Saint-Pros­per, après un bref mo­ment de ré­flexion, An­dré Lé­veillé a dé­ci­dé de pour­suivre son tra­vail.

Je pense que les ci­toyens de SaintP­ros­per le com­pren­dront et qu’ils ju­ge­ront utile que je me re­pré­sente à la mai­rie pour conti­nuer de les ser­vir »

« J’es­time que le rôle de maire d’une ville comme Saint-Tite com­mande d’y consa­crer beau­coup de temps et c’est la mis­sion que j’en­tends pour­suivre. Si les ci­toyens me le per­mettent, je se­rai au poste pour les quatre pro­chaines an­nées pour me­ner à terme le pro­jet d’eau po­table et pro­pul­ser l’es­sor in­dus­triel que nous connais­sons ac­tuel­le­ment », men­tionne M. Lé­veillé, qui s’ap­prête à dé­po­ser sa can­di­da­ture pour un troi­sième man­dat. Rap­pe­lons que l’ac­tuelle conseillère mu­ni­ci­pale Annie Pro­no­vost a éga­le­ment an­non­cé ses in­ten­tions de bri­guer la mai­rie de Saint-Tite.

Mes­sieurs Gros­leau et Lé­veillé es­pèrent que cette si­tua­tion ser­vi­ra à éclai­rer d’autres as­pi­rants élus. Au­cune can­di­da­ture n’avait été of­fi­ciel­le­ment dé­po­sée.

(Pho­to TC Me­dia – My­riam Lortie)

An­dré Lé­veillé bri­gue­ra fi­na­le­ment la mai­rie de Saint-Tite et Mi­chel Gros­leau celle de Saint-Pros­per.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.