Ju­de­line Cor­ri­veau brigue la mai­rie de Sha­wi­ni­gan

L'Hebdo du Saint-Maurice - - ACTUALITÉS - PA­TRICK VAILLAN­COURT pa­trick.vaillan­court@tc.tc

PO­LI­TIQUE. C’est de­vant une di­zaine de par­ti­sans, amis et membres de la fa­mille au Bis­tro Le Che­na­pan que Ju­de­line Cor­ri­veau a of­fi­ciel­le­ment lan­cé sa can­di­da­ture pour la mai­rie de Sha­wi­ni­gan.

Mme Cor­ri­veau est consul­tante pour l’en­tre­prise CGI et de­meure à Sha­wi­ni­gan de­puis 5 ans.

Lors de son al­lo­cu­tion, la can­di­date a pré­sen­té les grandes lignes de sa cam­pagne en ci­blant des pro­blé­ma­tiques pou­vant frei­ner le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique : le taux éle­vé d’em­plois pré­caires et à faible re­ve­nu ; une meilleure pla­ni­fi­ca­tion ur­baine à court et long terme ; et l’état des ser­vices et in­fra­struc­tures of­fert à la po­pu­la­tion.

Il s’agit de la pre­mière ex­pé­rience po­li­tique de Mme Pour­quoi ci­bler la mai­rie? « Quand j’ai fait ma re­cherche, j’ai re­gar­dé ce qu’était le rôle de maire, et le rôle de conseiller. Le rôle d’un conseiller est d’écou­ter les gens de son sec­teur, mais je pense que les pro­blèmes qu’on a à Sha­wi­ni­gan dé­passent les sec­teurs. Je vou­lais être ca­pable d’ap­por­ter des so­lu­tions pour l’en­semble des sec­teurs, et pas juste un sec­teur. »

C’est en fé­vrier der­nier que Mme Cor­ri­veau a pris la dé­ci­sion de se lan­cer pour la mai­rie. Pour­quoi avoir at­ten­du la pé­riode of­fi­cielle des can­di­da­tures pour s’an­non­cer afin de pou­voir réa­li­ser une pré-cam­pagne ? « Je sa­vais que je vou­lais faire par­tie de la solution. J’ai fait un tra­vail de re­cherche, j’ai as­sis­té à des séances du con­seil mu­ni­ci­pal. On a fait du porte-à-porte pour par­ler aux gens. J’ai fait du tra­vail de ter­rain dans l’ombre », ex­plique la can­di­date.

Quel a été l’élé­ment dé­clen­cheur afin que Mme Cor­ri­veau soit cer­taine de se pré­sen­ter pour la mai­rie? «C’est quand j’ai re­çu mon compte de taxes en fé­vrier der­nier et que c’était une aug­men­ta­tion ful­gu­rante. J’ai vu des pan­cartes de mai­sons à vendre. Ç’a chan­gé la qua­li­té de vie des gens et leur si­tua­tion fa­mi­liale. Par exemple, les fa­milles de­vaient faire un choix d’ins­crire leur en­fant au hockey, ou au judo. Les taxes étaient éle­vées si bien que les fa­milles de­vaient faire des choix. »

Par­mi les so­lu­tions pro­po­sées par Mme Cor­ri­veau pour la Ville de Sha­wi­ni­gan, elle dé­sire of­frir un avan­tage fis­cal aux fa­milles, elle avance un congé de taxes de 5 ans pour des com­merces et des en­tre­prises avec cer­taines condi­tions, et per­mettre l’ac­ces­si­bi­li­té au fi­nan­ce­ment pour les nou­velles en­tre­prises.

Comment mettre de l’avant l’avan­tage fis­cal pour les fa­milles. « Comme je n’ai pas tous les chiffres, je n’avan­ce­rais pas de mon­tant. Par exemple, ça peut être le trans­port en com­mun gra­tuit pour les jeunes avec une carte étu­diante », ré­pond la can­di­date.

Con­cer­nant le congé de taxes de 5 ans pour les en­tre­prises, Mme Cor­ri­veau don­ne­ra plus de dé­tails pro­chai­ne­ment.

Pour ce qui est du point de l’ac­ces­si­bi­li­té au fi­nan­ce­ment pour les nou­velles en­tre­prises, la can­di­date dé­sire que le fi­nan­ce­ment soit plus ou­vert, et non seule­ment di­ri­gé vers un cré­neau en par­ti­cu­lier. « L’ac­ces­si­bi­li­té, ce n’est pas juste de l’ar­gent. On a des lo­caux vides, pour­quoi ne pas don­ner ac­cès à des lo­caux à un taux pré­fé­ren­tiel », ajoute la can­di­date.

(Pho­to TC Me­dia – Pa­trick Vaillan­court)

Ju­de­line Cor­ri­veau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.