Ale­ris : Qué­bec force les pro­prié­taires à dé­con­ta­mi­ner

L'Hebdo Journal - - ACTUALITÉS - Ma­rianne.cote@tc.tc

EN­VI­RON­NE­MENT. Un peu plus de 24 heures après la sor­tie de la Ville de Trois-Ri­vières, le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment a dé­po­sé une or­don­nance afin d’obli­ger un an­cien ac­tion­naire et le pro­prié­taire ac­tuel de l’usine désaf­fec­tée Ale­ris à pro­cé­der à la ré­ha­bi­li­ta­tion du ter­rain de la rue Saint-Laurent.

Des do­cu­ments ju­ri­diques ont été en­voyés par huis­sier, mer­cre­di ma­tin, à Ges­tion Al­coa ain­si qu’à la com­pa­gnie Cor­po­ra­tion de dé­ve­lop­pe­ment TR, di­ri­gée par l’Amé­ri­cain Tim Mar­ti­nez.

On leur de­mande de pro­cé­der à la dé­con­ta­mi­na­tion du ter­rain du sec­teur Cap-de-la-Ma­de­leine aban­don­né de­puis 2009. Un peu plus de 24 000 litres d’hy­dro­car­bures se sont in­fil­trés dans l’eau sou­ter­raine.

Pas plus tard que lun­di soir, le con­seil mu­ni­ci­pal de Trois-Ri­vières avait adop­té une ré­so­lu­tion à «faire des pres­sions» sur le gou­ver­ne­ment afin de voir en­fin abou­tir ce dos­sier qui traîne de­puis plus de huit ans.

Mer­cre­di après-mi­di, le maire Yves Lé­vesque s’est dit sou­la­gé de voir que le dos­sier était pris au sé­rieux. « J’es­père que cette or­don­nance va ajou­ter du bois dans la balance afin de faire en sorte que ça bouge ra­pi­de­ment », a-t-il dé­cla­ré.

Ce der­nier es­père tou­te­fois que cette or­don­nance n’ait pas pour unique but de « don­ner une bonne image au gou­ver­ne­ment ». Il fait re­mar­quer que de­puis la faillite de l’en­tre­prise, le gou­ver­ne­ment a dé­pen­sé des di­zaines de mil­lions de dol­lars en pour­suites ju­di­ciaires et en frais de sur­veillance sur le site.

De l’ar­gent qui au­rait pu ser­vir à la dé­con­ta­mi­na­tion du ter­rain éva­lué à tout près de 15 mil­lions de dol­lars. « Si on at­tend en­core, l’ar­gent dé­bour­sé pour main­te­nir le site at­tein­dra les 15 mil­lions de dol­lars, soit au­tant qu’il en faut pour ré­gler le dos­sier », a dé­plo­ré Yves Lé­vesque.

Il rap­pelle que le gou­ver­ne­ment a eu l’oc­ca­sion d’in­ter­ve­nir à mainte re­prise dé­jà, no­tam­ment en blo­quant la vente des équi­pe­ments de l’usine, la seule chose qui avait une va­leur mo­né­taire, pour ain­si gar­der des ga­ran­ties mo­né­taires. Ils ont été re­ven­dus pour 12,5 mil­lions de dol­lars à un in­ves­tis­seur qui a pu en re­ti­rer le double.

Qué­bec a plu­tôt en­ta­mé des pour­suites ju­di­ciaires contre l’ac­tuel pro­prié­taire du site, Tim Mar­ti­nez, qui a ra­che­té le site après la faillite d’Ale­ris. « Mais on sait qu’il n’a pas d’ar­gent », a men­tion­né le maire Lé­vesque. Mar­ti­nez doit dé­jà un peu plus de 780 000 $ en taxes mu­ni­ci­pales im­payés à la Ville. « De plus, il n’a rien à voir avec la conta­mi­na­tion du site », a-t-il ajou­té.

Les ac­teurs vi­sés par l’or­don­nance ont dix jours pour la con­tes­ter, s’il le sou­haite. « Ce se­rait tou­te­fois un peu gê­nant pour Al­coa puisque l’en­tre­prise a ex­ploi­té l’usine de 1945 à 1997. Ils ont pro­fi­té des fruits de l’opé­ra­tion », a dé­cla­ré le maire Yves Lé­vesque.

MA­RIANNE CÔ­TÉ (Pho­to TC Me­dia – Ar­chives)

Un peu plus de 24 000 litres d’hy­dro­car­bures se sont in­fil­trés dans l’eau, sous l’an­cienne usine Ale­ris.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.