Des skateboards fa­bri­qués à la main à Cham­plain

L'Hebdo Journal - - DES CHENAUX - AU­DREY LE­BLANC au­drey.le­blanc@tc.tc

AR­TI­SANS. Dans leur ate­lier de la rue Notre-Dame à Cham­plain, Mike Quer­ry et Guillaume Mas­si­cotte fa­briquent des planches à rou­lettes ar­ti­sa­nales. Faites à la main de A à Z, elles se dé­marquent par leur de­si­gn vin­tage.

Leur en­tre­prise, Pic Bois Skateboards, est dé­mar­rée de­puis fé­vrier. Les as­so­ciés pos­sèdent six moules et pro­posent plu­sieurs styles de planches. Cer­taines s’ap­pa­rentent da­van­tage aux an­nées 70 et 80 alors que d’autres sont plus mo­dernes.

« On va cher­cher le bois dans une com­pa­gnie à Sha­wi­ni­gan. Ce sont de minces feuilles de bois. On en colle 7 en­semble. On met le tout dans un moule sous presse et on laisse sé­cher pen­dant 4 heures. Quand ça sort, c’est un rec­tangle sur le­quel on trace la forme sou­hai­tée. En­suite, c’est la dé­coupe et la fi­ni­tion qui com­prend, entre autres, le sa­blage et le ver­nis­sage », ex­plique Mike.

La fa­bri­ca­tion d’une seule planche né­ces­site plu­sieurs heures de tra­vail. «Le col­lage des feuilles de bois, c’est en­vi­ron 15 mi­nutes. Il faut en­suite at­tendre 4 heures dans le moule. Après, c’est en­vi­ron 3 heures de tra­vail pour la dé­coupe et la fi­ni­tion », énu­mère Mike.

Mais le tra­vail ne s’ar­rête pas là. Pour le des­sin sur la planche, c’est Guillaume qui prend le re­lais. Il uti­lise l’im­pres­sion en sé­ri­gra­phie (une tech­nique qui uti­lise des po­choirs entre l’encre et le sup­port) pour créer un look vin­tage.

« Je fais une im­pres­sion pour cha­cune des cou­leurs qu’il y a sur la planche, dit-il. C’est fait comme ce l’était dans le temps. De nos jours, les com­pa­gnies collent une pel­li­cule de plas­tique sur la planche. C’est plus ra­pide comme pro­cé­dé, mais ça ne donne pas le fi­ni vin­tage. Je des­sine et après j’im­prime. L’im­pres­sion en sé­ri­gra­phie va prendre une jour­née ou deux parce que j’en fais une ving­taine à la fois. »

Ré­cem­ment, un mo­dèle a été créé à l’ef­fi­gie de l’hu­mo­riste Phil Roy. Une autre des planches est un ta­bleau sur le­quel on peut des­si­ner avec des craies. «On es­saie d’uti­li­ser le plus pos­sible des pro­duits na­tu­rels, men­tionne Mike. On a des pein­tures au lait. On uti­lise aus­si des ver­nis à base d’eau. La colle est bio­dé­gra­dable. On ne veut pas se pour­rir la vie en fai­sant des skateboards, à res­pi­rer des pro­duits no­cifs pour la san­té. »

AC­CES­SIBLE À TOUS

Ce pro­jet en­tre­pre­neu­rial, Mike et Guillaume l’avait en tête de­puis dé­jà un bon mo­ment. Le rêve est de­ve­nu réa­li­té quand ils ont fait l’achat des moules en no­vembre der­nier. « Quand Mike est tom­bé sur l’an­nonce des moules à vendre à Ting­wick dans le coin de Vic­to­ria­ville, ç’a été l’étin­celle. On a com­men­cé à faire des planches en fé­vrier », ra­conte Guillaume.

« La phi­lo­so­phie de notre en­tre­prise, c’est de rendre le skate ac­ces­sible à tous, ajoute Mike. On s’adresse à tout le monde, pas seule­ment à ceux qui font de la com­pé­ti­tion. Il y a beau­coup de gens qui uti­lisent le skate pour se pro­me­ner, pas né­ces­sai­re­ment pour al­ler dans les ska­te­parks. »

Le lan­ce­ment of­fi­ciel de la com­pa­gnie a eu lieu en mai. Ce n’est que de­puis quelques se­maines que les planches fa­bri­quées à Cham­plain sont sur le mar­ché. Elles sont dis­po­nibles à la bou­tique S3 à Trois-Ri­vières. Il est éga­le­ment pos­sible de com­man­der via la page Fa­ce­book de l’en­tre­prise (Pic bois skateboards). Une planche coûte près de 80 $.

(Pho­to TC Media - Au­drey Le­blanc)

Guillaume Mas­si­cotte et Mike Quer­ry de l’en­tre­prise Pic Bois Skateboards.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.